Paie

Spayr : la Fintech au service du pouvoir d’achat des salariés

Le | Contenu sponsorisé - Rémunération

Près d’un Français sur deux a eu recours au découvert bancaire en 2021, une situation qui ne devrait pas s’améliorer, à l’heure où la question du pouvoir d’achat est au centre des débats. Dans ce contexte sous tension, une start-up bretonne propose une solution pour améliorer la santé financière des salariés : Spayr, un système de rémunération souple leur permettant d’accéder à une fraction de leur salaire sur demande. Rencontre avec Louis Ajacques, Directeur associé de Spayr, et Pauline Prostak, experte RH indépendante.

Spayr : interview de Louis Ajacques, Directeur associé et Pauline Prostak, experte RH indépendante - © D.R.
Spayr : interview de Louis Ajacques, Directeur associé et Pauline Prostak, experte RH indépendante - © D.R.

Aujourd’hui, comment la Tech s’empare de la question du pouvoir d’achat ?

Louis Ajacques : On voit émerger de nombreuses innovations un peu partout en France, qui ont un impact direct sur le budget des salariés. Les entreprises investissent dans de nouveaux outils très intuitifs qui favorisent l’autonomie et la montée en compétences (progiciels formation, notes de frais …).

Des acteurs apparaissent également pour faciliter l’accès des salariés à des sources de revenus indirectes (subventions et allocations, plans d’épargne, etc.).

Depuis quelques années, des applications d’aide à la gestion de budget sont également en plein essor : elles permettent à chacun de mieux visualiser son compte et d’optimiser ses charges.

Pauline Prostak : On demande beaucoup aux entreprises sur ces sujets. Ces innovations vont dans la bonne direction et offrent aux salariés des opportunités d’améliorer leur gestion en devenant acteur de leur pouvoir d’achat.

Vous souhaitez donner aux salariés plus de contrôle sur le versement de leur rémunération. Quel est le constat à l’origine de Spayr ?

Louis Ajacques : Nous avons d’abord souhaité apporter plus de flexibilité au système de rémunération, qui est mensualisé. Avantageuse pour les entreprises, la mensualisation permet notamment :

  • d’effectuer une seule clôture de paie, processus souvent complexe et chronophage ;
  • un seul décaissement de trésorerie lié à la masse salariale, en fin de mois.

Les salariés sont contraints de s’adapter à ce système avec quelques frictions : l’année dernière, près de 1 Français sur 2 a eu recours au découvert bancaire, pour un montant moyen de 232 euros (étude Panorabanques, 2021).

Le marché des frais bancaires en France représente plus de 7 milliards d’euros par an, une charge punitive pour beaucoup de Français. Aujourd’hui, demander un acompte à son employeur est un dispositif encore largement tabou, et peu utilisé car fastidieux et rarement adapté aux urgences des situations (les versements arrivant au bout de quelques jours). Alors que dans le même temps, 35 % des Français souhaiteraient recevoir leur salaire en plusieurs fois, proportion qui monte à 62 % chez les jeunes (sondage OpinionWay) !

Pauline Prostak : On a tendance à réduire la paie à un simple clic sur un bouton…mais nous savons tous que c’est très loin de la réalité ! L’actualité paie change constamment, les équipes sont très sollicitées.

Un outil comme Spayr mérite toute l’attention des acteurs RH : il est facile d’utilisation pour les salariés, aisément paramétrable par les entreprises, et respecte les règles légales en vigueur. C’est un nouveau levier pour renforcer sa politique de rémunération.

Concrètement, comment fonctionne la solution Spayr ?

Louis Ajacques : Nous nous intégrons au logiciel SIRH de l’entreprise pour connaître en temps réel le temps travaillé pour chaque collaborateur.

Pour les salariés, notre application mobile affiche au jour le jour l’évolution du salaire gagné. En deux clics, chacun peut retirer une partie de son solde, qui sera viré en instantané et gratuitement sur son compte bancaire.

Pour les entreprises, un tableau de bord permet le suivi des demandes et le paramétrage des règles de retrait. Spayr est au service de la politique salariale des entreprises, qui configurent comme elles le souhaitent les plafonds et la fréquence de retrait des salariés. Nous gérons toutes les demandes et pouvons avancer la trésorerie à leur place au cours du mois. Tout le monde y gagne.

Pauline Prostak : C’est une véritable simplification de la gestion RH. Aujourd’hui, lorsqu’un salarié a besoin d’un acompte, il doit souvent en faire la demande à son manager, qui lui-même doit demander au service RH etc. 

Spayr apporte de la flexibilité aux entreprises et aux salariés. Et les possibilités sont nombreuses : toutes les primes versées ponctuellement mais dont les montants sont connus en avance peuvent transiter par Spayr.

Prenez le treizième mois, par exemple : au lieu de recevoir ce treizième mois en décembre, avec Spayr il sera possible de débloquer cet avantage salarié en avance, au prorata du nombre de mois travaillés. C’est intéressant, surtout en cas de projet personnel à financer.

 

Transférer cet article à un(e) ami(e)