Recrutement
&
talents

Quel est le profil des nouveaux leaders ?

Le | Solutions d'évaluation

Selon le Larousse, le leader est celui qui à l’intérieur d’un groupe, prend la plupart des initiatives mène les autres membres du groupe et détient le commandement. Mais à quoi reconnaît-on un leader performant aujourd’hui ? Portrait-robot…

Selon le Larousse, le leader est celui qui à l’intérieur d’un groupe, prend la plupart des initiatives mène les autres membres du groupe et détient le commandement. Mais à quoi reconnaît-on un leader performant aujourd’hui ? Portrait-robot…

- Le leader se connaît bien

« Un leader doit avoir une bonne connaissance de soi, c’est-à-dire avoir conscience non seulement de sa personnalité, de ses valeurs de ses capacités personnelles, mais aussi de ses propres limites », explique Gilles Dacquet, directeur général de Go4it Group. Il doit en quelque sorte être capable de se manager lui-même.

- Le leader est altruiste

« Un leader performant n’oublie jamais qu’il est au service de son équipe et de son écosystème », met en avant Jean Zuccarelli, Principal Consultant Talent Management chez Right Management. Sa mission ? « Se positionner en développeur de talents et tout mettre en place pour libérer les potentiels de ses collaborateurs. » Il doit faire preuve d’empathie : « Il sait se mettre en posture d’écoute profonde des collaborateurs, des clients et de son écosystème, et sait, dans cette optique, faire preuve d’humilité », précise Gilles Dacquet.

- Le leader est clairvoyant

Autre dimension aujourd’hui essentielle, « Le leader actuel est clair sur son intention, le cap et le cadre et sait l’exprimer clairement et de façon simple », déclare Gille Dacquet. Et d’ajouter : « Il a également une forte capacité de pensées latérales, c’est-à-dire qu’il a une vue globale des évènements qui lui permet de prendre du recul. En arrivant à associer des équipes et des savoir-faire, il est ainsi en mesure d’amener l’innovation au sein de l’entreprise ».

- Le leader est agile

Au quotidien, son atout clé est l’agilité. « Le nouveau leader sait adapter sa posture, sa manière d’agir et son empreinte personnelle, en fonction des circonstances et du profil des personnes qui l’entourent, tout en incarnant sur la continuité des valeurs fortes, une intégrité et une exemplarité personnelles », analyse Jean Zuccarelli.

- Le leader est un homme de réseau

Aujourd’hui, un leader performant est capable de faire exécuter des plans en responsabilisant ses collaborateurs. On ne lui demande pas simplement de donner des ordres comme il y a 20 ans, mais de faire que les choses aboutissent par la responsabilisation et l’écoute. « Il doit être en mesure de mettre son équipe, ses collaborateurs ou son écosystème en réseau avec d’autres écosystèmes pour atteindre ses objectifs », observe Gilles Dacquet. Le leader est capable de regarder au-delà de son propre écosystème quels sont les savoir-faire avec lesquels il pourrait travailler, se mettre en relation et créer de nouvelles configurations pour prendre des opportunités.

- Le leader est authentique

Dans les années 80 et 90, il y a eu une très forte progression du management par les process dans lequel toutes les décisions et toutes les actions devaient être documentées, analysées en amont, et accompagnées d’un certain nombre de process qui aboutissaient à une forme de leadership et de management désincarnée. Aujourd’hui, le nouveau leader est incarné. Tout ce qui émane de sa personne, de son intégrité et de son authenticité va faire la différence. « La génération qui arrive aujourd’hui sur le marché du travail est extrêmement exigeante et possède un flair incroyable pour détecter les personnes qui n’incarnent pas moralement et physiquement les mots qu’ils partagent », conclut Jean Zuccarelli. 

Stéphanie Marpinard

Transférer cet article à un(e) ami(e)