Formation

Formation numérique : Alegria veut booster le métier de no code maker

Par Philippe Guerrier | le | Organisme de formation

Au sein d’Alegria Group cofondé par Francis Lelong, une académie a été créée pour former des no code makers professionnels visant à fluidifier la transformation numérique des entreprises. Un premier financement soutient sa démarche.

Francis Lelong, CEO d’Alegria Group - © D.R.
Francis Lelong, CEO d’Alegria Group - © D.R.

Comment expliquer la genèse d'Alegria Group à la fois agence de création, plateforme de services et organisme d’apprentissage qui concentre ses activités sur le no code ? 

« Notre postulat est simple : 0,3 % de la population mondiale sait coder. Et, dans cette proportion, on ne trouve que 15 % de femmes. C’est trop faible par rapport aux besoins globaux. Il faut trouver des solutions pour accompagner les entreprises dans leur transformation numérique sans passer par le code. Et c’est le no code », selon Francis Lelong, CEO et cofondateur d’Alegria.

L’approche no code de développement informatique a vocation à faciliter la transformation numérique des entreprises.

Objectif : donner la main à des employés qui savent utiliser des outils facile d’accès conçus pour aider les équipes métiers dans leurs projets web. Autrement dit : c’est une manière d’éviter la sollicitation permanente des équipes dev’.

« Un no code maker professionnel est capable de réaliser pour le compte des équipes métiers en entreprise 80 % des tâches attribuées à un développeur, qui pourra de son côté se concentrer sur des missions à plus forte valeur ajoutée : data, IA, R&D… », indique Francis Lelong. 

« Les départements métiers dans les organisations doivent être en capacité d’avancer sur des projets numériques par leurs propres moyens sans passer par les équipes Tech qui coûtent cher et qui sont en pénurie de ressources. »

Profils no code : état des lieux

• On recense en France 1.000 no code makers professionnels en France dont 250 chez Alegria.
• D’ici 2026, le nombre pourrait passer à 100.000.
• Il est possible de trouver des traces de ce type de fonction « no code » sur le moteur d’emploi Indeed ou sur des plateformes de mises en relation entre entreprises et freelances comme Malt.
• « Il existe 750 outils no code recensés dans le monde ; on en maîtrise une centaine chez Alegria, dont une vingtaine parmi les plus utilisés dont Bubble, Airtable, Make et Webflow », indique Francis Lelong.

Une première levée de fonds pour accentuer la formation no code

Fondée en décembre 2020 par Francis Lelong, Christelle Curcio et Thomas Bonnenfant, la société Alegria.group est composée de trois entités :

  • Alegria.academy, « la première école de formation des professionnels du no code » certifiée Qualiopi,
  • Alegria.tech, un studio de projets no code,
  • Alegria.network, plateforme de services pour les no code makers professionnels.

Le groupe a réalisé plus de 300 projets no code pour plus de 200 entreprises clientes, toutes tailles et industries confondues.

Après une levée de fonds de 4 millions d’euros réalisée en juillet 2022 auprès de business angels et de family offices, il envisage une campagne de financement participatif sur la plateforme Tudigo à partir d’octobre 2022.

« Nous mettons à la rentrée l’accent sur la partie formation au no code. C’est une question d’urgence au regard de la pénurie des compétences numériques sur le marché », déclare Francis Lelong.  

« À l’international, nous avançons en mode ‘soft launch’ : nous avons pénétré les États-Unis en mars 2022 en installant un siège social à Los Angeles et une personne localisée au Mexique, ainsi que l’Angleterre et l’Espagne avec des bureaux locaux. Nous regardons désormais du côté de l’Allemagne et de l’Italie », indique le dirigeant.

Alegria veut devenir la « première école de formation des no code makers professionnels au monde »

La formation no code par Alegria.academy ne requiert pas de niveaux de diplôme spécifique.

Elle se déroule sur une période de 12 à 15 mois et en deux phases :

  • Trois mois à l’école en mode hybride pour la formation académique,
  • 12 mois de contrat d’apprentissage en entreprise : quatre jours en entreprises et une journée à l’école.

« C’est plus rapide que la formation d’un bon développeur qui nécessite trois à cinq ans », selon Francis Lelong.

Deux profils de parcours professionnels se distinguent parmi les candidats retenus :

  • Jeunes en reconversion académique,
  • Personnes en reconversion professionnelle (aux profils de tous horizons, loin de l’univers technologique) pour démarrer une nouvelle vie.

« Ce sont d’abord des passionnés autodidactes qui ont envie de transformer leur passion de l’informatique en métier. On trouve aussi des décrocheurs », indique Francis Lelong.

La tranche d’âge des candidats se situe entre 22 à 53 ans avec le respect d’une parité (50 % de femmes et 50 % d’hommes) instaurée par Alegria.academy.

La formation est gratuite pour l’apprenant avec un financement en partie assuré par :

  • Pôle emploi dans le cadre de POEI. Il finance les trois premiers mois d’apprentissage,
  • L’Opco de l’entreprise dans laquelle l’apprenant effectue son alternance,
  • l’entreprise qui accueille l’entreprise.

« Faute de certification professionnelle reconnue pour le métier de no code maker, Alegria.academy ne bénéficie pas des mêmes niveaux d’aides à l’embauche pour l’apprentissage », précise Francis Lelong.

« Depuis le lancement d’Alegria.academy début 2022, nous voulons former 70 étudiants la première année. Nous avions reçu initialement 6.000 candidatures pour 100 places au maximum. En 2023, nous comptons en former 150. »

No code maker : à la recherche d’une reconnaissance du métier

Un dossier de reconnaissance du métier de no code maker a été déposé dans le cadre du 4ème appel à contributions pour les métiers émergents lancé par France compétences lancé le 18 mai 2022.

Cette démarche a pour objectif « d’établir la liste de métiers en émergence ou en particulière évolution pour l’année 2023 ». Les certifications professionnelles correspondant à ces métiers bénéficieront d’une « procédure d’enregistrement simplifiée » au RNCP, selon France compétences.

« Nous avons lancé notre formation au no code, que nous espérons un jour certifiante, sous un horizon de 12 à 18 mois. En juillet 2022, le SFPN (Syndicat français des professionnels du no code), créé en 2020 par une vingtaine d’acteurs technologiques (dont Alegria), a déposé un dossier pour reconnaître le métier de no code maker professionnel dans le cadre d’un appel à contributions initié par France compétences. »

Selon Francis Lelong, le salaire d’un no code maker professionnel varie entre 38 et 42 k brut par mois (et entre 250 et 400 euros HT pour le tarif journalier d’un freelance). « C’est le niveau de salaire d’un étudiant sortant d’une école de commerce. Mais on reste loin d’un salaire de développeur full stack à 45 k », déclare le dirigeant.

D’autres formations no code apparaissent sur le marché en France avec la start-up On-Train par exemple.

Une première convention Nocode Summit se déroule à Paris entre le 29 et 30 septembre 2022 avec Alegria au coeur de l’organisation.

Pour en savoir plus:

Transférer cet article à un(e) ami(e)