Formation

Oteria Cyber School lève 3 millions d'euros : priorité aux formations cyber

Par Philippe Guerrier | Le | Organisme de formation

Oteria Cyber School ouvre un campus de formations en cybersécurité avec une première promotion de 60 étudiants en alternance. Le point avec les cofondateurs Hugues Spriet et Romain Burel.

Equipe dirigeante d’Oteria Cyber School : Hugues Spriet, Romain Hennion, Romain Burel - ©  D.R.
Equipe dirigeante d’Oteria Cyber School : Hugues Spriet, Romain Hennion, Romain Burel - ©  D.R.

Selon une évaluation de William Lecat, coordinateur national de la stratégie cybersécurité, il existe
15 000 postes cyber à pourvoir actuellement en France et 35 000 postes à créer d’ici 2025.

Oteria Cyber School veut apporter sa contribution et lève lève 3 millions d’euros auprès d’investisseurs individuels pour amorcer ses activités.

Exploité par la société IKAI SAS, cet organisme de formation dispose de la certification Qualiopi et  travaille avec tous les Opco en raison du caractère trans-sectoriel de la cybersécurité.

En septembre 2022, il ouvrira son campus à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) avec une première promotion de 60 étudiants en alternance sur 3 ans.

Une équipe de 12 enseignants experts et formateurs issus du monde de l’entreprise ou de la recherche accompagneront les étudiants.

Trois années cyber pour aboutir à une spécialisation

« Nous avons identifié des besoins de professionnels en cybersécurité en volumétrie mais aussi de spécialisations métiers dans ce domaine », déclare Romain Burel, directeur général et cofondateur d’Oteria Cyber School.

  • La première année de formation portera les concepts essentiels de la cybersécurité,
  • la deuxième sur les techniques d’attaque et de défense cyber,
  • la troisième année sur une spécialisation.

« Nous diplômons en titre professionnel expert en cybersécurité (RNCP, niveau 7). Nous formons à des spécialisations comme le DevSecOps, l’analyse SOC ou l’expertise en intrusion et à des thèmes moins techniques sur la gouvernance, les risques et la compliance », indique Hugues Spriet, directeur pédagogique et cofondateur.

Dans le rythme d’apprentissage sur trois ans, les élèves doivent passer en théorie :

  • en année 1 : une semaine à l’école (cumul de 560 heures de formation) et deux semaines en entreprise,
  • en années 2 et 3 : une semaine à l’école (cumul respectif de 420 heures de formation) et trois semaines en entreprise.

En rythme de croisière, Oteria Cyber School veut accueillir 90 nouveaux étudiants par promotion.

« Nous portons un regard important sur la parité avec un taux de féminisation de 10 % dans la cyber. Avec les premiers étudiants d’Oteria, nous sommes un peu au-dessus de cette moyenne en l’état actuel, même si nous demeurons encore loin de la parité à 50/50. Nous mettons en place un système conventionné de mentorat pour que les femmes puissent construire leur ambition et casser certaines barrières dans leurs parcours de formation », indique Romain Burel.

Présence au Cyber Campus

Depuis janvier 2022, Oteria Cyber School a reçu 700 candidatures. Sur 60 places disponibles, 40 profils issus de formations scientifiques ou informatiques, dont L’Ecole 42, ont déjà été sélectionnés.

« Nous sommes entrés dans une phase de placement des premiers inscrits dans les entreprises », indique Hugues Spriet. Entre mars et mai 2022, le centre de formation cyber veut réaliser 4 forums de recrutement avec des sociétés comme Thales, Renault, Sopra Steria, KPMG, Atos, Alstom et Cyberwatch.

Le tri des candidats est réalisé sur dossiers, entretiens préliminaires sur le centre d’intérêt de la thématique cyber, des rendez-vous avec des membres de l’équipe pédagogique et des évaluations sur les connaissances (programmation, systèmes, réseaux) et des tests techniques.

Dans le modèle économique, il est prévu :

  • que la formation soit gratuite pour l’étudiant ;
  • que l’alternance soit financée par l’entreprise hôte ;
  • qu’Oteria ne demande aucun frais d’admission ou de dossier.

Egalement présent sur le Cyber Campus inauguré en février 2022 dans le quartier d’affaires Paris La Défense, Oteria Cyber School veut « privilégier des sessions physiques de formation pour apprendre à travailler dans un cadre de relation humaine » selon Hugues Spriet.

Un premier financement pour amorcer les activités

La première levée de fonds de 3 millions d’euros a été réalisé en mars 2022 avec 30 business angels dont :

  • Gilles Schnepp, Président du conseil d’administration de Danone ;
  • Jacques Richier, ex-PDG d’Allianz ;
  • Jean-Paul Guisset, fondateur du groupe JPG ;
  • Ilhame Choukrani, ex-Directrice cybersécurité chez Sopra Steria ;
  • Fred Potter, fondateur de Netatmo.

Les fonds serviront :

  • à équiper le campus de Gennevilliers pour que les étudiants travaillent dans un environnement high-tech qui inclue un cyberlab pour l’entraînement à des cas cyber réels,
  • à renforcer l'équipe (encadrement, pédagogie).

Pédagogie : une équipe et un comité autour d’Hugues Spriet

12 formateurs ont intégré l’équipe pédagogique d’Oteria dont :

• Romain Hennion, ex-directeur cyber chez Deloitte,
• Olivier Cros, cyber incident responder chez Airbus Cybersecurity,
• Franck Ebel, responsable de la 1ère licence professionnelle en « Ethical Hacking »,
• Bancal Damien, fondateur du site média Zataz spécialisé dans la cybersécurité,
• Eléonore Carpentier, security engineer chez Github.

Un comité pédagogique avec des expertes a été composé avec :
• Nolwenn le Ster, directrice cybersécurité chez Capgemini France,
• Ilhame Choukrani, ex-directrice cybersécurité de Sopra Steria ,
• Laila Ahddar, VP cybersécurité chez Idemia.

Parallèlement, un partenariat a été monté avec Formind, cabinet conseil et d’intégration en cybersécurité.

Transférer cet article à un(e) ami(e)