Qvt

Édition logicielle en France : les limites RH de la vitalité sectorielle

Par Philippe Guerrier | Le | Rse

Des fortes tensions sur le recrutement et la fidélisation des collaborateurs apparaissent dans la version 2022 du Top 250 des éditeurs de logiciels français publié par Numeum et EY. Analyses et témoignages.

Etude Numeum-EY : Focus RH sur le panorama TOP 250 des éditeurs de logiciels français (novembre 2022) - © D.R.
Etude Numeum-EY : Focus RH sur le panorama TOP 250 des éditeurs de logiciels français (novembre 2022) - © D.R.

Tout comme les entreprises de services numériques (ESN, que l’on appelait auparavant les SSII), les éditeurs de logiciels ont besoin de sang neuf pour se développer. Mais les compétences et les talents se font rares. 

Selon les principaux indicateurs RH issus du Panorama Top 250 des éditeurs de logiciels français (12e édition) publié le 17 novembre par Numeum et EY : 

  • Les effectifs des éditeurs de logiciels français ont progressé de 9 % en 2021 (vs 5 % en 2020) ;
  • Les femmes représentent 35 % des effectifs globaux (+4 points par rapport à l’étude 2021) ;
  • La proportion de femmes dans les comités de direction est de 29 % (+ 6 points) ;
  • 88 % des éditeurs prévoient d’augmenter leurs effectifs en 2022 (vs 85 % dans l’étude 2021) et 11 % veulent les maintenir ;
  • 89 % des éditeurs français rencontrent des difficultés plus importantes pour recruter (vs 83 % dans l’étude 2021) ;
  • 62 % des éditeurs français ont initié une « démarche RSE structurée » et 9 % disposent d’un label RSE.

« La croissance des effectifs montre la vitalité du secteur de l’édition logicielle en France. On a observé 6.800 emplois net créés en 2021 (+7 % par rapport 2020) chez les éditeurs de la catégorie pure players [qui réalisent au moins 75 % de leur CA dans l’édition logicielle] », indique Céline Skica Tarlet, Senior Manager chez EY & Associés.

Édition logicielle : un marché dynamique

  • Le CA des 294 éditeurs de logiciels inclus dans le panorama 2021 atteint 19,4 Md€ (+10,2 % sur un an) ;
  • Les éditeurs de plus de 100 Md€ de CA - soit 9 % des acteurs du panel - contribuent à hauteur de 77 % du CA global.

« Notre secteur compte désormais une trentaine d’éditeurs affichant plus de 100 M€ de CA logiciel et 150 éditeurs de plus de 10 M€ », indique Stanislas de Rémur, Président du collège Éditeurs et Plateformes de Numeum.

  • En 2022, la France est le premier pays contributeur en matière de CA pour 84 % des éditeurs du panel. Les États-Unis représentent le premier pays de business à l’international pour 9 % d’entre eux.

Etude Numeum - EY : Panorama TOP 250 des éditeurs de logiciels français (novembre 2022) - © D.R.
Etude Numeum - EY : Panorama TOP 250 des éditeurs de logiciels français (novembre 2022) - © D.R.

Tensions dans le recrutement

Dans les processus de recrutement, les profils les plus recherchés sont :

  • à 67 % des développeurs,
  • à 15 % des consultants et chefs de projets,
  • à 14 % des commerciaux,
  • à 4 % des conseillers support.  

« Des métiers apparaissent dans les offres d’emploi comme CSM pour Customer Success Manager pour accompagner les clients dans le déploiement des solutions et approfondir les relations commerciales. Ce ne sont pas forcément des gens ‘tech’ mais des gens métiers qui se rendent chez les clients », indique Gilles Mezari, vice-président du collège des éditeurs de logiciels et plateformes de Numeum.

La chasse aux talents tech est confirmée, quitte à piocher dans les viviers des autres. « Les éditeurs se prennent les développeurs entre eux et nous essayons de fidéliser les nôtres. Avec l’essor du mode SaaS, nous avons tous besoin des mêmes compétences », commente Gilles Mezari. 

« Dans la tech, nous ne cherchons pas que des développeurs. Sachant qu’il existe 800 métiers dans le secteur du numérique. Nous voulons aussi trouver d’autres profils qu’il faut former à la tech, comme des commerciaux capables de vendre du SaaS. C’est un mindset particulier : vendre de la valeur sur quelque chose d’immatériel. Il faut les former pour qu’ils comprennent le modèle et pour qu’ils puissent former les clients après. Nous devons aussi intégrer des profils marketing capables de créer et de modéliser des produits à partir du SaaS », évoque Grégoire de Beaumont, directeur commercial France de Deepki, un fournisseur de solutions ESG qui exploite une plateforme SaaS dédiée et qui se distingue dans le cadre de cette 12ème édition du Panorama Top 250 des éditeurs de logiciels français (voir fin de l’article).

Les salaires et les primes, le principal levier de fidélisation

Salaire et primes : l’outil de fidélisation des salariés le plus plébiscité (Panorama Numeum-EY : Top 250 des éditeurs de logiciels français de 2022) - © D.R.
Salaire et primes : l’outil de fidélisation des salariés le plus plébiscité (Panorama Numeum-EY : Top 250 des éditeurs de logiciels français de 2022) - © D.R.


(Extraction d’une data visualisation dynamique accessible sur News Tank RH) 

  • Les salaires et les primes demeurent les premiers outils utilisés par les éditeurs de logiciels français pour conserver les talents. C’est le premier choix à 68 %, devant le positionnement sociétal et social non financier (24 %), l’accès au capital (13 %), l’intéressement et la participation (10 %), « autres » (24 %).
  • Le deuxième choix se tourne d’abord vers le positionnement sociétal et social non financier (42)
  • Le troisième choix aborde d’abord « d’autres » leviers non précisés dans l’étude (60 %). 

L’adhésion à la démarche RSE

« Parmi les nouveaux enjeux du secteur, la RSE est un sujet dont les éditeurs se sont emparés très rapidement avec une grande majorité des acteurs qui a initié une démarche structurée », indique Jean-Christophe Pernet, associé EY en charge de l’étude pour Numeum.

  • Pour 71 % des éditeurs du panel, la RSE est devenue « un sujet prioritaire » pour 71 % des éditeurs du panel ;
  • 62 % d’entre eux déclarent avoir « initié une démarche RSE structurée » ;
  • 31 % déclarent réaliser un bilan carbone ;
  • 9 % du panel ont adopté un label RSE (soit 237 sociétés).

Parmi les 5 Trophée 2022 remis par EY et Numeum, un éditeur se démarque dans la RSE : Deepki s’est vu décerner le Trophée 2022 Prix du jury. Il développe une plateforme SaaS collaborative et des services d’accompagnement et de conseil autour de la thématique ESG et dispose d’une certification B Corp.

Les autres lauréats sont :

  • Skeepers qui a reçu le Trophée 2022 SaaS. Il développe une plateforme SaaS qui permet aux e-commerçants de demander l’avis de leurs clients ;
  • Equativ (ex-Smart AdServer) qui s’est vu attribuer le Trophée 2022 International. Il développe une plateforme de publicité digitale ;
  • Tehtris qui est le récipiendaire du Trophée 2022 Innovation. Il développe des solutions de cybersécurité ;
  • Microids qui a obtenu le Trophée 2022 Jeux vidéo. C’est un éditeur et distributeur de jeux vidéo, propriété de Groupe Média-Participations (4ème groupe français d'édition).

Méthodologie étude EY - Numeum

• Enquête par questionnaire
• Classement général effectué sur la base du CA correspondant à l’activité d’édition logicielle de 294 éditeurs français (professionnels ou grand public).
• Données collectées entre mai et septembre 2022.

Pour télécharger l’intégralité de l'étude Enquête et Classement Top 250 des éditeurs de logiciels en France (Edition 2022, couvrant l’année 2021) au format PDF.

Transférer cet article à un(e) ami(e)