Qvt

Politique et sensibilisation RSE : "C'est clairement un sujet RH" selon CiviTime

Par Philippe Guerrier | Le | Rse

La start-up de Tours a récemment réalisé une levée de fonds de 2 millions d’euros pour poursuivre le développement de sa plateforme dédiée à la politique RSE en mode serious game. Le point avec Anthony Mollé, CEO de CiviTime.

Anthony Mollé, CEO de CiviTime : « Il y a un vrai travail d’évangélisation sur la RSE »" - ©  D.R.
Anthony Mollé, CEO de CiviTime : « Il y a un vrai travail d’évangélisation sur la RSE »" - ©  D.R.

« Il y a un vrai travail d’évangélisation sur la RSE. Pour beaucoup de collaborateurs, la RSE évoque le remplacement des gobelets plastiques par des mugs en entreprise et mettre des ruches sur les toits », commente Anthony Mollé, CEO de CiviTime.

Fondée en 2018, CiviTime propose une plateforme numérique et collaborative basée sur la « gamification » (ressorts ludiques) afin d’engager et fédérer les salariés dans la démarche de responsabilité sociétale des entreprises de leur entreprise.

« Il faut intégrer la RSE dans une démarche globale : environnement, social et sociétale et économique pour parvenir à l’évaluation de la performance durable. Il faut que le RSE fasse partie du modèle économique de l’entreprise », explique le dirigeant de la société 

« La RSE est clairement un sujet RH. On trouve derrière des enjeux de marque employeur et de sentiment d’appartenance à l’entreprise. Un collaborateur engagé est plus motivé et efficace en entreprise à partir du moment où la gouvernance d’entreprise s’est emparé de ce sujet. »

Une levée de fonds pour accompagner le développement de CiviTime

Fin août, la start-up tourangelle a réalisé une levée de fonds de 2 millions d’euros.

Le financement provient de :

• Loire Valley Invest (un fonds régional géré par Go Capital) ,
• CAP2025 (véhicule de financement du fonds Angelor), 
• WeLike Startup (réseau de financement de l’innovation),
• Le Club Startup (groupe de business d’angels),
• Bpifrance, BNP Paribas, Société Générale, Région Centre Val de Loire (acteurs bancaires et institutionnels).

En 2019, CiviTime a déjà réalisé un premier tour de table de 800 000 euros avec Loire Valley Invest/Go Capital.

Avec le récent financement, plusieurs priorités ont été fixées :

  • profilage accentué par les mécaniques de jeux (50 modules, traductions en 22 langues, déploiement dans 52 pays) et développement IA. « En fonction des modules (compétition, collaboration…) qui auront plus d’impact sur lui, nous voudrions adapter les contenus », indique Anthony Mollé. 
  • travail sur les données de parcours des utilisateurs,
  • recrutement avec 20 postes à pourvoir au sein de CiviTime d’ici fin 2023, ce qui passe notamment avec la constitution d’un pôle customer success pour l’accompagnement des plus importants clients. L’objectif est de gonfler l’effectif afin de passer de 22 à 42 collaborateurs d’ici fin 2023. 

« Doubler le portefeuille clients chaque année »

Le modèle économique repose sur un système d’abonnement avec la vente de licence par collaborateur pour un accès à la plateforme accessible en mode SaaS.

CiviTime dispose de bases de 100 entreprises clientes et 100 000 collaborateurs qui utilisent sa plateforme dédiée à la RSE.

« Nous voulons doubler notre portefeuille clients chaque année », prévoit Anthony Mollé

En terme de couverture géographique, la priorité demeure le marché français. « Nous commençons à regarder l’international en accompagnant des clients grands comptes comme Plastic Omnium, L’Oréal, et Allianz Trade », indique Anthony Mollé.

Transférer cet article à un(e) ami(e)