Qvt

Quintet Conseil : 5 ex-conseillers du ministère du Travail unis autour de la stratégie sociale

Le | Rse

Cinq proches collaborateurs de l’ancienne ministre du Travail Muriel Pénicaud, dont l’ex-dircab Antoine Foucher, ont monté un cabinet conseil en « stratégie sociale et raison d'être ».

Quintet Conseil : l'équipe fondatrice connaît bien les arcanes règlementaires du travail post-Covid19 - © D.R.
Quintet Conseil : l'équipe fondatrice connaît bien les arcanes règlementaires du travail post-Covid19 - © D.R.

Basculer de la sphère gouvernementale au privé, tout en gardant une empreinte sociale…C’est le choix de cinq anciens membres du cabinet de l’ex-ministre du Travail Muriel Pénicaud du gouvernement d’Edouard Philippe qui ont annoncé la semaine dernière la création d’un cabinet conseil en stratégie sociale : Quintet Conseil. Le site Web vitrine est ouvert. 

La nouvelle structure a été fondée par : 

  • Antoine Foucher, ex-directeur de cabinet de la ministre du Travail Muriel Pénicaud (mai 2017 - juillet 2020) ;
  • Pauline Calmès, ex-conseillère communication ;
  • Damien Delevallée, ex-conseiller en charge des Relations du travail;
  • Alain Druelles, ex-conseiller en charge de la Formation Professionnelle ;
  • Bertrand Lamberti, ex-conseiller en charge du suivi des Réformes.

« Si la crise sanitaire et économique que nous traversons est extraordinairement difficile pour beaucoup d’entreprises, c’est aussi une occasion unique pour elles de se transformer ou de se réinventer. Salariés, actionnaires, clients, partenaires : tous réinterrogent leur rapport à l’entreprise à l’occasion de la Covid, qui fonctionne comme un accélérateur de changement d'époque », évoquent les cofondateurs en officialisant la création de Quintet Conseil. 

« Dans nos manières de travailler, de produire, de consommer, de nous déplacer, il y aura un avant et un après Covid. C’est le moment ou jamais pour les entreprises d’assumer ou de refonder leur raison d'être, de repenser leur organisation du travail et leur contrat social, bref de traverser la crise en repartant sur des bases correspondant à la nouvelle époque naissante. »

5 pistes explorées pour « conjuguer business et raison d'être »

Pour le démarrage de leur activité de conseil en stratégie sociale, les instigateurs de Quintet ont défini cinq champs d’intervention :

  • « La stratégie sociale parce que, pour être pérennes, les entreprises doivent allier performance économique et performance sociale, et qu’il existe dans le champ social de multiples outils et solutions innovantes d’adaptation à la crise, insuffisamment connus et utilisés par les entreprises. »  
  • « La raison d'être parce qu’elle embarque toutes les parties prenantes de l’entreprise, en explicitant sa contribution au bien commun de la société, condition de durabilité du business dans une époque où chacun voudra, avant de travailler, investir ou acheter, être rassuré sur l’impact environnemental, économique et social de sa décision. » 
  • « Les compétences parce que le capital humain est devenu la première ressource qui fait la différence dans le business, et donc un levier décisif de compétitivité pour les entreprises. » 
  •  « Les relocalisations parce que la France présente désormais tous les atouts nécessaires pour produire des richesses sur son territoire, et que le social peut être une composante déterminante d’une création ou d’un maintien d’activité. »
  • « La stratégie de communication parce que l’ensemble des innovations sociales doivent être valorisées et partagées pour en faire un levier d’attractivité pour les entreprises. »

Le marqueur du télétravail à l'ère de la Covid-19

Les fondateurs de Quintet Conseil prennent déjà la parole à travers une tribune signée Damien Delevallée. Intitulée « Le télétravail post-covid : illusions et opportunités », l’auteur souligne la tendance forte de la rentrée dans cet extrait. 

« La menace de la Covid-19 s’installe durablement et, logiquement, les incitations au télétravail sont à nouveau de mise. La crise sanitaire ne fait en réalité qu’accélérer, certes de manière spectaculaire, une tendance de fond rendue possible à la fois par les dernières évolutions législatives, l’émergence des problématiques environnementales et une prise de conscience progressive des limites des modèles traditionnels d’organisation du travail. »

Il est possible de consulter l’ensemble de la contribution en accès ouvert sur le portail de notre média partenaire News Tank. 

Que devient Muriel Pénicaud ?

Après avoir quitté ses fonctions gouvernementales, l’ancienne ministre du Travail n’a pas chômé. Fin août, Muriel Pénicaud a été nommée ambassadrice représentante permanente de la France à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en succédant à Jean-Pierre Jouyet. Elle a pris ses fonctions opérationnelles le 28 septembre.

Pour en savoir plus:

Transférer cet article à un(e) ami(e)