Sirh

Conséquences de la pandémie sur les entreprises : le chamboule-tout !

Le | Contenu sponsorisé - Sirh saas

Les entreprises ressentent une certaine fierté dans la gestion RH de la crise sanitaire mais les salariés restent parfois circonspects. Des décalages de perception apparaissent selon l’étude Personio - Opinium sur « les conséquences de la pandémie sur les entreprises à échelle européenne ».

Personio : étude menée pour comprendre les conséquences de la pandémie sur les entreprises en Europe - © D.R.
Personio : étude menée pour comprendre les conséquences de la pandémie sur les entreprises en Europe - © D.R.

A analyser l’étude menée par Personio et Opinium, les salariés et les entreprises ne regardent plus dans la même direction.

Alors que les entreprises européennes ont pour objectif la reprise à la normale, un exode de talents se profile.

En effet, 42 % des salariés souhaitent changer de poste au cours des 6 prochains mois (pour une proportion de 12 % d’entre eux) ou des 12 prochains mois (13 %). Voire au-delà « une fois que l’économie se sera stabilisée » (17 %).

Les employeurs en ont conscience : 48 % des décideurs RH disent craindre le départ de leurs employés, quand 27 % affirment que les conserver sera pour eux une priorité au cours des 12 prochains mois.

Mais comment expliquer ce désamour ? Selon 22 % des DRH, la pandémie et l’essor du télétravail a conduit leurs salariés à constater un déséquilibre entre vie privée et vie professionnelle. 24 % des salariés le reconnaissent de leur côté.

Ce prétexte du déséquilibre vie privée/vie pro n’est cependant pas la première cause. En effet, selon l’étude Personio-Opinium, c’est le manque de possibilités d’avancement professionnel qu’ont prioritairement relevé les salariés (31 %). Une perception partagée par seulement 10 % des équipes dirigeantes.

Salariés et décideurs RH : des paradigmes qui s’opposent

Ce décalage entre le ressenti des DRH et la perception des salariés n’est pas le seul.

Concernant l’équilibre vie pro/vie perso et la gestion du bien-être mental et physique de leurs collaborateurs,

  • 69 % des équipes dirigeantes estiment avoir bien géré ces deux problématiques durant la pandémie.
  • la vision est moins nette du côté des salariés : 53 % d’entre eux estiment que les entreprises ont bien géré la dimension équilibre vie pro/vie perso. Le taux baisse à 47 % pour le volet bien-être mental.

En termes de productivité, là aussi, les décideurs RH ont tendance à surestimer leur gestion :

  • 55 % d’entre eux indiquent que la pandémie a rendu leurs salariés plus productifs.
  • Mais, de l’autre côté, seuls 39 % des salariés perçoivent un travail plus efficace.

En scrutant les raisons des décideurs sceptiques vis-à-vis des gains de productivité, on trouve des causes externes comme la « Zoom fatigue » (des collaborateurs épuisés par les réunions ou les sessions à répétition de visioconférence) ou la gestion de la garde des enfants.

De leur côté, les employés soulignent d’autres facteurs liés à leur travail, comme le manque de motivation, le mal-être physique et psychologique ou l’épuisement professionnel.

Quelles options pour les RH ?

Pour être compétente, une équipe doit pouvoir s’appuyer sur un excellent service RH, doté d’une stratégie RH efficace. Mais, là aussi, il existe des différences de perception :

  • 42 % des décideurs RH ne considèrent pas la stratégie RH comme une priorité pour l’entreprise.
  • A contrario, 31 % estiment avoir joué davantage un rôle de partenaire stratégique et de conseiller au sein de leur entreprise ces 12 derniers mois.
  • 54 % souhaitent que les RH disposent d’une plus grande influence au sein de l’entreprise.

Mais plusieurs freins demeurent selon leur point de vue :

  • 44 % indiquent ne pas disposer des données et des informations dont ils ont besoin pour soutenir au mieux l’entreprise.
  • 22 % estiment qu’ils supportent trop de tâches administratives et de gestions de process.

Pourtant, plusieurs pistes sont à explorer :

  • anticiper les situations difficiles en créant des « équipes RH spéciales » ou des ateliers pour formuler des hypothèses et des réponses à ces problématiques.
  • établir une vision stratégique en s’appuyant sur des données fiables et la réajuster, si besoin est, au fil de son exercice.
  • éduquer le personnel sur la façon dont le travail est pensé et réparti par le biais d’une communication impactante.

Découvrez l'étude intégrale Personio intitulée « Exode des talents et chute de la productivité : les conséquences de la pandémie sur les entreprises » 

Méthodologie

• Enquêtes de terrain réalisées pour le compte de Personio par Opinium entre le 12 et le 22 mars 2021.
• Echantillon de 2000 décideurs RH et de 7000 employés en Autriche, en Allemagne, aux Pays-Bas, en République d’Irlande, en Espagne, en Suisse et au Royaume-Uni, dans différents secteurs d’activité et dans des organisations de divers types et tailles.

 

Transférer cet article à un(e) ami(e)