Formation

Digital Learning : Le point de vue des apprenants

Le | Contenu sponsorisé - Digital learning

Le Digital Learning n’est plus un projet expérimental dans les entreprises. Cette dernière décennie a bénéficié d’avancées majeures. Le Digital Learning est devenu une norme. Qu’en pensent les principaux bénéficiaires ?

Digital Learning : Le point de vue des apprenants - © D.R.
Digital Learning : Le point de vue des apprenants - © D.R.

Retour sur les enseignements d’une étude qualitative réalisée pour le compte de CrossKnowledge de janvier à février 2020 sur un échantillon représentatif d’apprenants sur 4 marchés de culture et de maturité différentes :

  • France ;
  • Allemagne ;
  • Etats-Unis ;
  • Royaume Uni

Etude : Le point de vue des apprenants sur l’intensification des pratiques de Digital Learning

Si les questions qui occupent les apprenants sont finalement classiques, elles se posent sous un jour renouvelé par l’intensification des pratiques du Digital Learning. Découvrir leur regard est un complément indispensable à toutes décisions de mise en œuvre.

Premier constat, 100 % des apprenants interrogés perçoivent la formation comme une véritable opportunité de progresser et de s’épanouir en entreprise. Ce qui motive les apprenants ?

  • Bien faire son travail et rester compétitif ;
  • Développer son employabilité et sa carrière ;
  • S’épanouir et nourrir sa curiosité ;
  • Evoluer, anticiper les changements ou se reconvertir

Deuxième point relevé, le Digital Learning est clairement associé à la maturité des organisations. Les apprenants ne l’opposent pas aux formations présentielles, même si 70 % reconnaissent le présentiel comme la référence historique.

La complexité des parcours révèle que les apprenants peuvent exprimer une forme de saturation, un phénomène de « Learning Fatigue ». Pour beaucoup, l’organisation de la formation peut être contre-productive.

En termes de priorité, 100 % des apprenants interrogés reconnaissent l’importance des compétences comportementales dites soft skills comme des atouts indispensables pour gagner en agilité, en performance et se différencier.

Enfin, l’étude met en exergue 4 profils d’apprenants porteurs de motivations communes. 

« Le/la salarié(e) modèle » 

Fréquemment rencontré, il représente plus de 50 % de l’échantillon. Sa priorité est de bien faire et d’évoluer de manière incrémentale. Pragmatique, chaque formation doit lui permettre de progresser. 

« L’ambitieux(se) perfectionniste » 

Il veut gagner en crédibilité et prouver « sa valeur » au sein de l’entreprise. La formation doit lui apporter des résultats tangibles et exploitables à son poste ou déclencher un avancement.

« L’explorateur(trice) des possibles » 

C’est un profil qui cherche une profondeur, une expertise dans les sujets couverts. La formation devient une composante de leur développement personnel et professionnel.

« Le/la leader émotionnel » 

Le moins représenté, ce profil aspire à découvrir de nouveaux territoires d’expertise offrant de nouvelles opportunités pour soi et pour inspirer les autres. 

Et pour ceux qui souhaitent poursuivre la lecture des enseignements tirés de cette étude, nous vous invitons à télécharger le Livre Blanc

Transférer cet article à un(e) ami(e)