Qvt

Développer ses soft skills, c’est possible !

Le | Contenu sponsorisé - Bien-être au travail

Comment développer les compétences transversales ou comportementales en entreprise ? Alexandra Didry, docteur en Psychologie sociale et des organisations et directrice R&D chez PerformanSe, fait le point dans un ouvrage.

Développer ses soft skills, c’est possible !
Développer ses soft skills, c’est possible !

Aujourd’hui, le monde de l’entreprise ne cesse de clamer son intérêt pour les soft skills, leur importance dans leurs modalités de recrutement mais aussi au travers des perspectives d’évolution professionnelle de leurs collaborateurs. Mais est-il possible de développer ses compétences comportementales ?
Eléments de réponse avec Alexandra Didry, docteur en Psychologie sociale et des organisations, directrice R&D chez PerformanSe et auteure du livre « Activez vos soft skills » paru aux Editions Eyrolles.

Comportements relatifs au savoir-être, aux aptitudes humaines et relationnelles qui permettent de s’adapter au monde, aux autres et à soi-même, les soft skills sont au cœur des enjeux de l’entreprise.
« En partant du principe qu’il s’agit, outre de dispositions individuelles, de compétences, à même d’être acquises, on peut donc considérer qu’il est possible de les apprendre, de les développer et de les faire évoluer », affirme Alexandra Didry.
Si l’environnement, et plus précisément l’organisation a un impact considérable sur le développement des soft skills, l’individu reste cependant le premier point d’ancrage de cette démarche. Pour y parvenir, des recherches ont mis en évidence un modèle en trois dimensions spécifiant les conditions individuelles du changement, pour un ancrage de nouveaux comportements dans la réalité de l’individu (Henneck et al., 2014). 
« D’un point de vue individuel, l’évolution de ces compétences est conditionnée par le désir de changer. Ce facteur doit être intrinsèque à la personne et provenir d’une motivation profonde. Souvent, cette quête de changement est le fruit d’une prise de conscience liée à un feedback personnel ou professionnel. Mais aussi d’un constat observé suite à un test psychométrique ou d’un accompagnement avec un professionnel RH, qui met en évidence la nécessité pour la personne de changer », ajoute-t-elle.
Une fois ce déclic enclenché, l’autre condition pour parvenir à développer ses soft skills est la notion de faisabilité. Que l’écart entre l’objectif et sa faisabilité soit réaliste.
« Enfin, les efforts liés à cette volonté de développer ce type de compétences doivent être constants, répétés et perdurer dans le temps. Ainsi, ils deviennent des automatismes. Cela demande une forme d’auto-discipline », précise-t-elle.

Quand la culture d’entreprise impacte sur le développement des soft skills

Si la démarche peut être individuelle ou accompagnée par un coach, un professionnel RH… Elle est également impactée par son environnement. « Ce facteur est modérateur. Soit il favorise le changement, soit il l’inhibe. Il provient soit de la culture de l’entreprise, soit de la relation que chacun entretient avec son manager. Si l’entreprise ne valorise pas la prise d’initiative, la mise en relation avec d’autres équipes, la possibilité d’instiguer des projets… Cela freine nécessairement le développement des soft skills », explique, la directrice R&D de PerformanSe.
Aussi une culture apprenante, agile, pas uniquement axée sur les résultats, est une condition sine qua non à la possibilité de faire évoluer ses compétences comportementales. Toutefois, si l’environnement global n’est pas favorable, la relation avec le supérieur hiérarchique peut être un point d’appui pour parvenir à son dessein. Ce dernier peut mettre en place une collaboration efficiente, en valorisant les prises d’initiative du collaborateur, en favorisant l’innovation.
« Si aujourd’hui, l’accent est mis sur le développement personnel, la psychologie positive, il est essentiel de rappeler que l’individu, seul, sans soutien de l’organisation, rencontrera des difficultés à faire évoluer ses comportements humains. Aussi, il ne tient qu’aux entreprises, qui de surcroît ne cesse de valoriser les soft skills, de cultiver des actions pour aller dans ce sens », conclut-elle.

Si vous souhaitez en savoir plus sur, comment ancrer les soft skills dans vos pratiques RH ? Regardez le replay de notre Webinar !

 

Transférer cet article à un(e) ami(e)