Recrutement
&
talents

Conseil freelance : Malt accélère en Europe avec le rachat de Comatch

Par Philippe Guerrier | le | Site emploi spécialisé

Malt, la plateforme française de mises en relations pour le conseil en mode freelancing, acquiert son homologue allemand Comatch dédiée au business consulting. Une nouvelle configuration qui change la donne. Le point avec les équipes fondatrices respectives.

Les fondateurs de Malt et Comatch : Jan Schächtele, Vincent Huguet, Christoph Hardt, Alexandre Fretti - © MANUEL NIEBERLE
Les fondateurs de Malt et Comatch : Jan Schächtele, Vincent Huguet, Christoph Hardt, Alexandre Fretti - © MANUEL NIEBERLE

Petit exercice de brainstorming pour du branding : avec le rapprochement entre Malt et Comatch, va-t-on assister à l'émergence prochaine de Comalt ?

Pour l’instant, Malt, la plateforme française de mises en relations pour le conseil en mode freelancing, vient d’annoncer l’acquisition de son homologue allemand Comatch.

Une étape importante pour dérouler sa feuille de route d’expansion européenne après sa levée de fonds de 80 millions d’euros de mai 2021.

« Malt suivait les activités de Comatch depuis 2015. En 2021, un partenariat commercial plus formel a été établi en France. Désormais, avec ce rapprochement, nous pouvons livrer à nos clients la stratégie avec le réseau de consultants de Comatch mais aussi le sourcing et le delivery avec les experts en IT, design ou graphisme avec le réseau de Malt », déclare Vincent Huguet, CEO et co-fondateur de Malt.

Sur un marché de freelancing évalué à 355 milliards d’euros en Europe, le nouvel ensemble dispose de 1000 clients et d’un effectif de 450 personnes. 150 recrutements sont prévus d’ici fin 2022.

Cap vers un volume d’affaires d’1 milliard d’euros d’ici 2024

« Avec Comatch, nous changeons de taille en équipe, en nombre de clients et en notoriété en Allemagne », explique Vincent Huguet, qui vit à Munich depuis deux ans pour développer Malt sur place.

« En 2022, les deux entreprises vont apprendre progressivement à travailler ensemble, tout en gardant les deux services et marques séparés », explique Vincent Huguet.

Avec cette alliance, Malt et Comatch disposent d’une base de données de 340 000 professionnels indépendants et de 15 000 consultants en management et experts sectoriels sur onze zones géographiques essentiellement en Europe.

  • France,
  • Autriche,
  • Belgique, 
  • Espagne,
  • Pays-Bas,
  • Scandinavie,
  • Royaume-Uni,
  • Suisse,
  • Moyen-Orient et Afrique du Nord.

L’objectif de Malt est d‘atteindre un volume d’affaires d’1 milliard d’euros d’ici 2024. La France reste le premier marché de Malt. « Nous atteindrons un volume d’affaires entre 350 et 400 millions d’euros d’ici fin 2022 », précise Vincent Huguet.

Consulting & freelancing : le phénomène s’intensifie selon les créateurs de Comatch

Comatch a été fondée fin 2014 par Christoph Hardt et Jan Schächtele, deux anciens consultants de McKinsey. La société emploie 130 personnes entre Berlin (siège social), Paris et Londres.

Présent sur neuf marchés dont la France depuis octobre 2017, « Comatch disposait d’une communauté d’emblée très internationale sans forcément avoir de bureaux locaux », précise Vincent Huguet.

« Nous voyons de plus en plus d’entreprises trouver de véritables spécialistes dans le consulting par le biais des plateformes pour freelancers en Europe. Il est certain que ce phénomène, que nous constatons dans toutes les industries, s’est intensifié en raison de la grande démission ( »Great Resignation«  en anglais) et de la pénurie de talents qui en découle », commentent Christoph Hardt et Jan Schächtele que RH Matin a contactés par mail.

« Chez Comatch, nous avons également connu une augmentation des demandes de projets de 45 % au cours de l’année dernière, tirée par la demande dans les secteurs de l’IT et de la data. Nous réalisons également que le conseil en digital et en stratégie convergent de plus en plus », poursuivent-ils. 

« Alors comment le marché du conseil indépendant va-t-il évoluer en Europe ? En gardant à l’esprit les facteurs mentionnés précédemment, nous pensons que la tendance va se poursuivre. Les plateformes vont prendre une place de plus en plus importante et les entreprises vont recourir plus souvent à un unique point d’accès regroupant les meilleurs spécialistes, capables de les accompagner de la stratégie à l’exécution. Nous avons uni nos forces à celles de Malt pour répondre à cette tendance. »

Ces fonds qui soutiennent Malt et Comatch

Dans leurs parcours de financement respectifs :

• Depuis sa création en 2014, Comatch a levé 12 millions d’euros (4 millions en juillet 2016 et 8 millions en avril 2018) auprès des fonds Acton Capital Partners, Atlantic Labs, btov Partners et FJ Labs ;

• Depuis la création de l’ex-Hopwork devenue Malt fin 2017, la start-up française a levé 5,5 millions d’euros entre 2014 et 2016 puis a bouclé un tour de table de 80 millions en mai 2021 auprès des fonds Goldman Sachs Growth Equity, Eurazeo, Kerela et de ses investisseurs historiques Isai et Serena.

Tous les investisseurs restent dans la nouvelle configuration de l’ensemble Malt-Comatch.

Transférer cet article à un(e) ami(e)