Sirh

Solutions RH et mobilité : état des lieux du marché

Le | Gestion des talents

L’ensemble des éditeurs RH sont aujourd’hui capables de proposer aux entreprises des solutions accessibles sur les terminaux mobiles. Mais la rapidité avec laquelle la technologie évolue représente un défi. Comment les éditeurs s’en sortent-ils ? Quels secteurs RH sont les mieux représentés en termes…

L’ensemble des éditeurs RH sont aujourd’hui capables de proposer aux entreprises des solutions accessibles sur les terminaux mobiles. Mais la rapidité avec laquelle la technologie évolue représente un défi. Comment les éditeurs s’en sortent-ils ? Quels secteurs RH sont les mieux représentés en termes d’accessibilité ?

La mobilité est devenue un enjeu de taille pour tous les éditeurs RH. Et les prévisions de ventes mobiles en France ne font que le confirmer chaque année. En 2014, l’institut GfK table une nouvelle fois sur des ventes en progression avec 17,5 millions de smartphones et 8 millions de tablettes qui devraient être achetés par les consommateurs français. Selon Médiamétrie, 8 millions de foyers sont actuellement équipés de tablettes, soit 30 % des foyers français. Ces données illustrent à quel point les terminaux mobiles inondent la sphère privée pour mieux déborder dans la sphère professionnelle.

Un démarrage autour de la marque employeur

Dans le monde de l’entreprise, la question de la mobilité est arrivée progressivement et les éditeurs de logiciels RH n’ont pas été les premiers touchés par le phénomène : « L’émergence des smartphones a suscité moins de pression que pour les éditeurs de CRM. Dans la fonction RH, c’est arrivé un peu après, avec le marketing de la marque employeur », explique Jean-Luc Moisan, directeur avant vente EMEA chez Technomedia. Les premiers outils ont donc d’abord servi à attirer des candidats via un site carrière mobile afin de mieux refléter l’image d’entreprise innovante. La stratégie s’est depuis étendue à une majorité de sociétés comme l’illustre le responsable de Technomedia : « Le seul secteur qui fait l’unanimité dans les entreprises actuellement est dans le cadre du recrutement, notamment par l’intermédiaire de l’enregistrement des candidatures.  » En d’autres termes, l’accessibilité mobile est encore loin de concerner tous les domaines RH dans les usages en entreprise mais cela progresse. Du côté de la formation, certains salariés peuvent désormais consulter facilement le catalogue sur leur smartphone et visionner de courtes vidéos. Dans l’évaluation des performances, les managers apprécient de pouvoir mener les entretiens annuels tout en rentrant directement leurs notes sur leur tablette. Et dans le secteur de la mobilité, n’importe quel salarié équipé de l’outil mobile adéquat peut accéder aux annonces de postes en tout temps, de n’importe où. 

Le degré de compatibilité


Une différence importante existe pourtant dans les solutions développées sur le marché. Certains éditeurs misent sur la simple compatibilité de leurs outils à l’ensemble des terminaux mobiles sans forcément prendre en compte la question de l’optimisation. D’autres travaillent davantage le design et l’ergonomie afin d’améliorer l’expérience utilisateur sur smartphones et tablettes. Enfin, quelques éditeurs réfléchissent à des applications natives disponibles sur les plateformes de téléchargement d’applications mobiles. Pour le directeur associé du cabinet Convictions RH, la nuance est importante puisque « plus de 85 % des consultations sur smartphones se font via les applications téléchargées.  »

La forte poussée du salarié usager

Pour résumé, les salariés s’attendent désormais à bénéficier d’outils aussi pratiques que ceux dont ils se servent en dehors du travail. Depuis quelques années, la grande tendance du SIRH mobile va donc vers la simplicité d’utilisation afin d’intégrer davantage de collaboratif dans l’ensemble des processus RH. « Aujourd’hui, trois types d’utilisateurs se côtoient : les utilisateurs occasionnels, les utilisateurs intermédiaires et les utilisateurs avancés. Tout cela est possible car la technologie a changé. Avant, concevoir différentes interfaces graphiques pour un même service était tout simplement impossible », explique Pierre Polycarpe, expert dans la gestion du capital humain chez Oracle. Reste qu’il existe encore un écart important entre les solutions développées pour le grand public et l’offre SIRH existante. «  Les éditeurs vont devoir travailler sur des solutions encore plus proches des collaborateurs », juge Matthieu Laudereau. D’autant plus que la demande vers ce type de solutions devrait s’accélérer en interne à mesure que les salariés de la génération Y monteront en responsabilité et pousseront ces technologies. Jean-Luc Moisan en est convaincu : « À terme, les applications RH seront disponibles 24h sur 24 pour tous les collaborateurs de la société. »

Aurélie Le Caignec

Transférer cet article à un(e) ami(e)