Formation

Contrat d’engagement jeune : une allocation - formation jusqu’à 500 euros par mois pour décrocheurs

Le | Droit de la formation

Pour les 500 000 jeunes « en situation d’éloignement durable de l’emploi », le gouvernement a mis en place un dispositif d’allocation en contrepartie d’une formation. Voici les lignes conductrices.

Contrat engagement jeune : les lignes conductrices du dispositif - © D.R.
Contrat engagement jeune : les lignes conductrices du dispositif - © D.R.

Bien esquivé. Le Contrat d’engagement jeune ne ressemble pas à un « RSA jeune ». Mais il est bien destiné à la population des décrocheurs ou NEET, acronyme en anglais pour « Not in Education, Employment or Training ».

En 2019, en France, 12,9 % des jeunes de 15 à 29 ans n'étaient pas en emploi, en études, ou en formation selon l’INSEE. Une tendance qui s’est aggravée depuis. « 20 % des jeunes actifs, 1 jeune sur 5, soit environ 1 million de jeunes sont sans emploi, ni formation et 500 000 d’entre eux le sont durablement », selon le Premier ministre Jean Castex.

Après l’impulsion donnée cet été par le Président de la République Emmanuel Macron qui évoquait initialement « un revenu d’engagement », le gouvernement prend le relais et présente le dispositif à la fois d’aide et de formation.

Une allocation jusqu'à 500 euros par mois pour un engagement de 12 mois maximum

Le 2 novembre, lors d’un déplacement à la mission locale de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), Jean Castex a précisé les contours du Contrat d’engagement jeune qui vise « à faire découvrir aux [NEET] les métiers et les former pour qu’ils puissent trouver leur juste place dans le monde professionnel et dans notre société. »

  • « Il s’adresse à tous les jeunes de moins de 26 ans [à partir de 18 ans voire 16 ans pour les grands décrocheurs sans autres solutions] qui sont durablement sans emploi, ni formation, souvent par manque de ressource financière sociale et familiale et qui souhaitent s’engager activement dans un parcours vers l’emploi, à partir du 1er mars 2022 » ;
  • Il repose sur une allocation pouvant aller jusqu’à 500 euros par mois et à verser au jeune qui s’engage dans ce parcours pour une durée maximum de 12 mois, renouvelable 6 mois dans des cas particuliers«  ;
  •  »Il propose un accompagnement intensif et personnalisé, avec un référent unique chargé de rencontrer le jeune, au moins une fois par quinzaine et si possible par semaine [jusqu’au terme de son parcours] ;
  • « Le parcours est centré sur l’activité, fondé sur une logique de droits et de devoirs. Un parcours commun à tous les opérateurs [missions locales ou Pôle emploi], qui doit réunir tous les atouts pour permettre de trouver aux jeunes un emploi ou une solution professionnalisante dans un délai maximum de 12 mois » ;
  • « Celui qui acceptera d’entrer dans un tel parcours sera mis en activité entre 15 et 20 heures par semaine et cela pendant toute la durée du parcours d’un an au maximum sauf dérogation pour les très grands exclus » ;
  • « Tout refus d’activité entraîne la rupture du contrat ».

Contrat d’engagement jeune : présentation du dispositif

  • Un objectif de « 400 000 jeunes accompagnés est fixé pour l’année 2022 ».
  • Le Contrat d’engagement Jeune représente un investissement de 2,6 milliards d’euros.
  • « Je réunirai lundi 8 novembre l’ensemble des acteurs concernés par le contrat d’engagement jeune, pour que nous trouvions la meilleure réponse à apporter aux jeunes, » déclare Élisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion dans l’émission les 4 Vérités diffusée le 03 novembre sur France 2. « Cela fait des mois que nous travaillons avec les associations qui accompagnent les jeunes, les Missions locales et Pôle emploi. Nous avons aussi discuté avec les partenaires sociaux et allons maintenant finaliser le dispositif. »

Calendrier de mise en œuvre

01/03/2022 : entrée en vigueur du Contrat Engagement Jeune.

Janvier/Février 2022 : dernières signatures de Garanties jeunes.

Démarrage des premiers parcours intensifs à partir de janvier 2022.

Source : Matignon et ministère du Travail

Une application pour échanger entre jeunes et référents

En mars 2022, une application dédiée sera mise en place « pour mettre le jeune au centre de l’accompagnement » et faciliter les échanges avec son référent. 

Elle a vocation de permettre au jeune « d’être plus autonome, de respecter ses engagements et de faire preuve d’assiduité et de motivation ». Elle va être « très importante pour réussir la mise en place du Contrat Engagement jeune. Elle permettra au référent d'être en lien avec le jeune de manière quasi permanente. Mais elle ne se substituera pas aux entretiens avec le référent », précise le ministère du Travail.

Parmi les fonctionnalités :

  • Un accès à un espace personnalisé,
  • un module conversationnel avec son conseiller référent,
  • un agenda partagé,
  • un accès à son contrat d’engagement et son suivi d’accompagnement,
  • une estimation du montant de son allocation,
  • un accès facilité à des offres d’alternance, de stage et d’emploi et à un grand nombre d’aides (mobilité, hébergement, mentorat, etc.).

Appli Contrat d’engagement Jeune - © D.R.
Appli Contrat d’engagement Jeune - © D.R.

Revoir l’intervention de Jean Castex sur la présentation du dispositif CEJ (via YouTube) : 

(Article réalisé avec l’appui de notre média partenaire News Tank RH)

Transférer cet article à un(e) ami(e)