Qvt

Emmanuel Macron à VivaTech 2022 : « Il faut multiplier les formations au numérique »

Par Philippe Guerrier | le | Motivation & engagement

À l’occasion de son déplacement sur VivaTech, le Président de la République a participé à une table ronde avec des entrepreneurs en annonçant un nouvel objectif pour la French Tech : 100 licornes d’ici 2030.

Emmanuel Macron : intervention sur VivaTech 2022 - © D.R.
Emmanuel Macron : intervention sur VivaTech 2022 - © D.R.

Instigateur et promoteur de la « start-up nation », Emmanuel Macron a effectué dans l’après-midi du 18 juin une visite sur VivaTech 2022 (Paris Expo, Porte de Versailles) puis est intervenu lors d’une table ronde organisée avec des entrepreneurs de sociétés innovantes.

  • Chloé Hermary, CEO d'Ada Tech School (formation informatique),
  • Emmanuelle Martiano, Aqemia (deeptech dans le secteur de la pharmacie),
  • Franck Le Ouay, CEO lifen (e-santé),
  • Matthieu Guesné, fondateur de Lhyfe (production d’hydrogène renouvelable)

Un exercice de communication auquel le Président de la République se prête bien volontiers depuis la création du salon technologique en 2016.

Il a fixé son prochain horizon pour la French Tech. « L’objectif que je me fixe est de développer, dans les 5 ans qui viennent, 10 géants de la Tech de taille européenne et d’atteindre le chiffre de 100 licornes [contre 27 actuellement] à l’horizon 2030, dont un quart dans les technologies vertes et émergentes », déclare le Président de la République, Emmanuel Macron.

« Nous avons entre 800.000 et 1 million de formations sur de nouveaux métiers à réaliser d’ici 2030 : une moitié sur du numérique, l’autre sur le développement durable. »

Formation : le code et les usages numériques dès le collège

Emmanuel Macron : intervention sur VivaTech 2022 - © D.R.
Emmanuel Macron : intervention sur VivaTech 2022 - © D.R.

Interpellé sur la question de la formation, le président de la République annonce trois orientations :

  • « Il faut enseigner le code et les usages numériques dès le collège. Chez les lycéens qui demandent des options dans la Tech et le Numérique, 10 % sont des jeunes filles. Il y a déjà un déterminisme fixé par la représentation, l’auto-censure et la mécanique de notre système d'études. »
  • « Nous multiplierons les formations au numérique post-bac en nous appuyant sur des acteurs privés comme Simplon, 42 ou Ada Tech. Nos aurons une panoplie d’options dans nos universités avec des cycles qui intègrent davantage le numérique, nos écoles d’ingénieurs et des filières courtes ou longues et territorialisées dans des villes moyennes. »
  • « Il y a un énorme besoin de formation professionnelle avec la reconversion à réaliser aussi avec des universités et des acteurs privés et innovants. »

« Le défi : aller le plus loin possible »(Emmanuel Macron)

« Il faut continuer à participer aux grands défis du siècle, et porter des réponses à la transformation numérique et à la transition écologique. Avec l’adaptation au climat, une partie de la solution se trouve dans la Tech. »

« Nous sommes à un point de convergence entre la tech et des technologies critiques : IA ou quantique. On doit aller beaucoup plus vite et beaucoup plus fort car il y a des éléments critiques de notre stratégie future qu’il faut savoir détenir. Car la tech a aussi un rôle souverain. »

Talents : « Fidéliser en étant compétitif sur la rémunération »

• « L'écosystème technologique français doit continuer à attirer les investisseurs et les talents. » 
• 
La bataille des talents doit continuer dans notre pays : comment les récompenser avec la bonne fiscalité ? Nous avons fait des choses sur les BSPCE, l’intéressement, et le Visa French Tech pour développer l’attractivité de la France auprès des talents venus du monde entier. Il faut les fidéliser en étant compétitif sur la rémunération.« 

 »Un financement privé démultiplié«  

Le Président de la République s’est montré volontariste sur la manière d’accélérer l’innovation.

  •  »Le financement public et privé doit permettre d’aller plus vite et plus fort. Le plan France 2030 est le fer de lance de cette stratégie«  ;
  •  »Il faut continuer la mobilisation du financement par le secteur privé : nous avons mobilisé 6 milliards d’euros d'épargne institutionnelle, qui ont permis d’aboutir à un investissement démultiplié de 20 milliards d’euros«  ;
  •  »Il faut développer les synergies entre sciences dures et Tech. Si l’on veut réussir le pari d'être techno-critique, le secteur public et privé doit financer encore plus massivement des technologies de rupture sur certains axes : IA, quantique, nucléaire, sciences de la vie«  ;
  •  »Nous montons le programme Scale UP Europe«  visant à soutenir l’émergence des entreprises innovantes de rang mondial de demain ;
  •  »Il faut continuer notre travail sur la simplification de l’environnement règlementaire pour attirer les financements et les talents (…). C’est une course de vitesse à l'égard de tous vos partenaires dans le monde.« 

« Un écosystème numérique français nativement européen » (Emmanuel Macron)

• « Nous arrivons en cette fin de printemps 2022 avec un écosystème numérique français nativement européen dont les levées de fonds ont été multipliées par cinq depuis 2016 : 12 milliards d’euros en 2021. Au début de mon premier quinquennat, j’avais fixé comme objectif 25 licornes d’ici 2025. Nous en sommes à 27, je félicite EcoVadis [performance RSE] qui est le dernier à avoir rejoint le club », déclare Emmanuel Macron.
• « Nous avons accru la taille des levées avec des tickets plus importants qui n'étaient pas accessibles au marché français il y a quelques années grâce à des transformations de notre écosystème. Nous avons retrouvé des IPO sur notre marché avec de vrais succès comme OVH et Believe. Nous avons aussi des start-ups qui ont grandi et qui accompagnent désormais notre quotidien. »

Transférer cet article à un(e) ami(e)