Recrutement
&
talents

Plateforme de freelancing : LeHibou lève des fonds pour accélérer son déploiement

Par Philippe Guerrier | le | Site emploi spécialisé

Présente à VivaTech qui démarre aujourd’hui, la plateforme d’intermédiation entre freelances du secteur Tech et les entreprises a récemment levé 6 millions d’euros pour passer à la vitesse supérieure. Le point avec Christophe de Becdelievre, CEO et fondateur de LeHibou.

LeHibou lève 6 millions d’euros : entretien avec Christophe de Becdelievre, CEO et fondateur - © D.R.
LeHibou lève 6 millions d’euros : entretien avec Christophe de Becdelievre, CEO et fondateur - © D.R.

Les plateformes de freelancing ont le vent en poupe. Et elles n’hésitent plus à exposer leur savoir-faire dans le cadre de grandes vitrines technologiques comme le salon VivaTech qui démarre aujourd’hui à Paris. Illustration avec LeHibou qui tiendra un stand sur place.

« Notre présence au salon VivaTech est une évidence pour participer au “Futur of Work” en proposant une approche innovante sur le marché du consulting IT », évoque Christophe de Becdelievre, fondateur et CEO de LeHibou

La plateforme d’intermédiation entre freelances du secteur IT et grandes entreprises a récemment effectué une première levée de fonds de 6 millions d’euros depuis sa création en 2016. Le financement a été réalisé avec Ring Altitude, fonds de croissance qui a vocation « à accompagner les sociétés technologiques et à impact » rattaché à Ring Capital.

« Nous ne voulions pas faire entrer les capitaux-risqueurs trop tôt dans le capital. L’opération qui vient d’être menée vise à accélérer notre développement. Notre croissance, notre taille et nos fondations solides sont déjà intéressantes », commente Christophe de Becdelievre.

Equilibre financier atteint en 2019

Avec ce financement, LeHibou s’est fixé 2 objectifs :

  • accélérer sur le marché français en prenant une place de leader sur le marché des plateformes Tech,
  • commencer à s’implanter dans les pays francophones en Europe avec l’ouverture de bureaux en Belgique et Suisse. 

La plateforme d’intermédiation entre freelances et entreprises, qui dispose de  60 000 experts du numérique inscrits, compte afficher un chiffre d’affaires entre 50 et 60 millions en 2022, généré à 85 % avec des clients grands comptes.

Contre  :

  • un CA de 31 millions d’euros en 2021,
  • un CA de 14 millions d’euros en 2020.

Elle vise les 100 millions d’euros d’ici 2024.

« À l’exception de Capgemini en tant que groupe du CAC 40, nous ne travaillons pas avec les ESN dans un effort de clarification sur le sujet. Car les ESN proposent les mêmes compétences que celles disponibles sur notre plateforme d’intermédiation entre freelances IT et grandes entreprises », précise Christophe de Becdelievre.

« Nous avons atteint l’équilibre financier depuis 2019. Nous comptons sur la fidélité de nos clients grands comptes et nous voulons nous élargir aux ETI et aux start-ups à forte croissance », indique Christophe de Becdelievre.

Parmi les clients grands comptes, LeHibou travaille avec diverses branches du Crédit Agricole comme Crédit Agricole Group Infrastructure Platform (CA-GIP, infrastructures technologiques) ou Crédit Agricole CIB (banque d’investissement). 

Effectif en croissance

Pour accompagner son développement, l’entreprise, qui dispose de 50 salariés, veut recruter 30 nouvelles personnes en 2022 pour ses bureaux à :

• Boulogne-Billancourt,
• Bordeaux,
• Nantes,
• Lyon,
• Toulouse,
• l’Ile Maurice (pôle de marketing et développement).

Modèle économique fondé sur une marge sur le taux journalier du consultant 

Au-delà du matching entre les besoins clients et les ressources en compétences disponibles sur la plateforme de freelancing (direction de projets, exploitation des données, management de transition, cloud, sécurité…), LeHibou propose à ces entreprises clientes un suivi de mission :

  • vérification des données légales des intervenants,
  • contractualisation,
  • facturation. 

Du côté des freelances, des services complémentaires sont proposés comme le portage administratif ou l’expertise comptable.

Le modèle économique est fondé sur une double entrée :

  • gratuit pour les freelances qui s’inscrivent sur la plateforme numérique,
  • payant pour les entreprises clientes « avec un prélèvement d’une marge sur le taux journalier du consultant au démarrage de la mission ». « La marge est variable et fonction de la durée et du lieu de la mission », précise l’espace FAQ pour les clients sur le site Internet LeHibou.com. 

Les prestations sont : 

  • réalisées uniquement en assistance technique dans les domaines informatiques et numériques (MOA, consulting, direction de projets, développement, infrastructure, business intelligence, big data, systèmes et réseaux, sécurité, bases de données…) :
  • effectuées dans les locaux du client,
  • intégrées dans le cadre de missions à  plein temps,
  • basées sur une facturation à la journée (AT).

La durée moyenne des missions est de 14,8 mois.

L’univers des plateformes de freelancing est en pleine effervescence avec :

Adaptation d’un article de News Tank RH en date du 31 mai 2022. Pour accéder à l’offre de découverte.

Transférer cet article à un(e) ami(e)