Recrutement
&
talents

Recrutement dans la santé : MEDWING prend le pouls en France

Le | Site emploi spécialisé

Sous l’angle RH Tech appliquées au secteur de la santé, la start-up allemande MEDWING, qui a levé 28 millions d’euros, affiche ses ambitions. Le point avec Félix Marmion, le directeur général de la filiale française.

Medwing France représenté par Félix Marmion
Medwing France représenté par Félix Marmion

MEDWING veut accompagner le secteur de la santé, qui connaît une forte tension en termes de recrutement. Selon une projection de la Banque mondiale, la pénurie mondiale de professionnels de la santé devrait atteindre près de 20 millions de postes d’ici 2030. Plus près de nous, la crise sanitaire liée à la Covid-19 a souligné la pénurie de personnel de santé.

La start-up berlinoise, créée en 2017 par Johannes Roggendorf et Timo Fischer et présente en France depuis neuf mois, a bouclé en janvier 2020 une levée de fonds de 28 millions d’euros auprès d’un pool de fonds d’investissement : Cathay Innovation, Northzone, Cherry Ventures, Atlantic Labs et Adevinta.

Extension en France

A partir d’une plateforme accessible dans le cloud (mode SaaS), MEDWING revendique une base globale de plus de 200 000 professionnels de la santé en Europe et collabore avec 2500 hôpitaux, maisons de retraite et cabinets médicaux entre l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni.

Le nouveau financement servira à :

  • développer les fonctionnalités, produits et services de la société qui évolue dans le segment HR Tech pour les établissements de santé ;
  • accentuer son expansion géographique. La start-up dispose de 200 employés en l’état actuel sur trois pays, dont une trentaine en France ;
  • poursuivre le développement en France en ouvrant un second bureau à Lyon après Paris « puis dans d’autres villes françaises ».

Interrogé par notre partenaire média News Tank RH, Félix Marmion, directeur France de MEDWING, précise le concept : « On observe une pénurie de ressources humaines face à une demande forte. Medwing a vocation à conseiller les candidats du secteur de la santé, notamment le paramédical (aide-soignants, infirmiers…). Mais il est difficile pour ces profils de choisir le poste le plus adapté, tant les conditions professionnelles sont variables d’un employeur à l’autre, particulièrement sur les horaires de travail ou les salaires. Nous apportons donc de la transparence pour orienter au mieux nos clients. »

Avec l’arrivée de Félix Marmion chez MEDWING en mars 2019, la start-up a évalué le potentiel du marché français :

  • 3089 établissements de santé ;
  • 2,23 millions de professionnels de santé, dont 223 500 médecins et 660 500 infirmiers.

« Mon objectif était, dans un premier temps, de comprendre le secteur de l’emploi dans le domaine de la santé, au travers de centaines d’interviews, pour ensuite contacter des hôpitaux, Ehpad, etc., afin de constituer notre réseau clients. Les premiers contrats ont été signés en juin 2019. »

Rémunération en cas de « recrutement réussi »

A travers la plateforme MEDWING, les candidats ont accès à un espace digital personnel, dans lequel ils peuvent charger (« uploader ») leurs CV ou leurs diplômes. Les mises en relation avec les conseillers sont réalisées par téléphone ou parfois en présentiel.

« Le service est gratuit pour les utilisateurs. Nous ne sommes rémunérés qu’en cas de recrutement réussi (signature d’un contrat ou début de la mission dans le cas d’une vacation). Le montant ne varie jamais, afin que l’on garde une neutralité vis-à-vis des candidats. Nous proposions à l’origine essentiellement des CDI, mais depuis l’ouverture des bureaux parisiens, nous proposons également des CDD ou des vacations (que nous appelons des offres de remplacements). Et encore davantage avec la crise », évoque Félix Marmion.

En France, la start-up allemande se retrouve confrontée à des concurrents comme Medelse ou Staffsanté.

(Olivier Morin, Philippe Guerrier)

 

 

Transférer cet article à un(e) ami(e)