Recrutement
&
talents

Consolidation dans les logiciels ATS : Beetween rachète son concurrent Talents’In

Par Philippe Guerrier | le | Site emploi spécialisé

Après une levée de fonds réalisée en juin 2021, Beetween acquiert Talents’In pour renforcer sa position en France et effectue ses premiers pas à l’international. Le point avec le CEO Philippe de Rosnay.

Philippe de Rosnay : le CEO de Beetween veut participer à la consolidation du marché ATS en France. - © D.R.
Philippe de Rosnay : le CEO de Beetween veut participer à la consolidation du marché ATS en France. - © D.R.

Beetween accélère son développement sur le marché ATS en France avec un amorçage de ses activités à l’international. Le 16 novembre, l’éditeur de logiciel de recrutement a bouclé le rachat de son concurrent Talents’In.

Le nouvel ensemble revendique une base de 600 entreprises clientes. Il dispose aussi d’un effectif de 50 personnes avec des équipes réparties entre Versailles, Rennes et Marseille. Et bientôt une quatrième ville…

« L’idée, c’est de parvenir à un effectif de 100 personnes d’ici un an pour développer le business et l’innovation », déclare Philippe de Rosnay, co-fondateur et CEO de Beetween.

Quant à Cédric Robin, CEO et fondateur de Talents’In, rejoint Beetween en tant qu’associé et VP Sales.

A quelques années de décalage, les parcours des deux sociétés sont parallèles mais avec des orientations business similaires. Des histoires d’experts qui montent initialement des cabinets de recrutements entre 2007 et 2010 avant de développer des logiciels ATS commercialisés à partir de 2017 et 2018.

La levée de fonds de deux millions d’euros, réalisée par Beetween en juin 2021 auprès de la société de gestion Inter Invest Capital, a facilité le rapprochement.

Beetween et Talents’In : une « fusion humaine et technologique »

« Avec Talents’In, nous effectuons notre premier rachat structurant. Ce marché hyper-éparpillé des ATS devrait se consolider et nous voulons faire partie des acteurs qui vont s’imposer. En France, on peut en compter une centaine dont 5 gros incluant Beetween », commente Philippe de Rosnay.

« La fusion avec Talents’In est à la fois humaine et technologique. Nous voulons proposer une solution logicielle qui permet de mieux recruter, d’optimiser les processus et de passer plus de temps avec les candidats en visio ou en face-à-face. »

Sur la partie produit, le mot-clé est la convergence : « Nous prenons une nouvelle direction avec les meilleures choses côté Beetween avec son outil très paramétrable et côté Talents’In avec son outil plus souple. Nous allons proposer un châssis commun et des fonctions différenciantes qui collent aux besoin et aux métiers des clients », précise Philippe de Rosnay.

Un pôle R&D avec 4 développeurs (sur un pool de 20) va travailler sur l’intelligence artificielle afin pour faciliter la recherche du bon candidat, accélérer le matching et étudier le traitement de la candidature après réception.

Beetween pose aussi ses premiers jalons au niveau international. « Nous ouvrons maintenant l’Espagne puis le Maroc dans la foulée dans le courant du deuxième trimestre 2022. Nous avançons là où nous disposons de premiers clients », indique Philippe de Rosnay. 

Comment Beetween recycle les CV

Philippe de Rosnay appelle cela de « l’écologie humaine sur le CV ». Pour répondre à la pénurie de ressources humaines compte tenu de la crise Covid-19, Beetween a développé une plateforme de partage automatique des CV des candidats entre les établissements hospitaliers d’une même région.
« Comment recycler les CV ? J’appelle plutôt cela le “ré-emploi” de CV. Comment utiliser des candidatures pourtant excellentes mais non retenues susceptibles d’être “ré-employées” dans un contexte similaire », précise le dirigeant pour expliciter la démarche.
Au-delà du partage gratuit de CV, Beetween propose des modules payants de recrutement spécifiques pour tout établissement socio-médical.
L’approche devrait être déclinée dans d’autres secteurs d’activités comme l’intérim, le monde du spectacle ou l’industrie automobile.

Transférer cet article à un(e) ami(e)