Recrutement
&
talents

Missioneo : la nouvelle plateforme dédiée aux missions en free lance

Le | Site emploi spécialisé

Face à l’émergence des nouvelles formes de travail, dont l’auto-entrepreneuriat et le portage salarial, le groupe Missioneo a lancé, en partenariat avec le jobboard Meteojob, une plateforme généraliste dédiée aux travailleurs indépendants. Fort de 10 000 missions proposées en free lance, le portail espère répondre aux besoins des PME, dont 33 % sont en sous-effectif

Missioneo : la nouvelle plateforme dédiée aux missions en free lance
Missioneo : la nouvelle plateforme dédiée aux missions en free lance

Le boom de l’auto-entrepreneuriat inspire les acteurs de l’emploi. Notamment le groupe Missioneo qui a décidé de relancer, sous une nouvelle forme, une plateforme d’intermédiation qui avait tenté de voir le jour, sans succès, en 2005. Appelée Missioneo, « le portail vise à rapprocher, d’une part, les personnes en recherche de missions temporaires et, d’autre part, les PME et les ETI en quête de compétences sur un laps de temps déterminé », explique Patrick Levy-Waitz, président du groupe Missioneo, spécialisé dans le portage salarial. Avant d’ajouter : « notre objectif, c’est de révéler un marché caché et d’accompagner les indépendants dans le développement de leur activité, qu’elle soit durable ou temporaire. » Un pari qui tombe à pic : d’après une enquête réalisée en septembre dernier par le jobboard Meteojob, 84 % des demandeurs d’emploi ne connaissent pas de site Internet dont l’activité est de proposer des missions.

20 000 indépendants, 10 000 missions

Contrairement au portail freelance.com, plutôt axé sur les métiers de l’informatique, de la communication et du conseil, Missioneo.com se veut généraliste. Officiellement lancée il y a trois semaines, la plateforme enregistre déjà 10 000 offres de missions ponctuelles, dans la banque, l’industrie, le BTP, l’immobilier, la distribution, l’informatique et le secteur public, 20 000 travailleurs indépendants, dont une majorité d’auto-entrepreneurs et 1500 entreprises clientes, essentiellement des PME, qui formulent régulièrement des besoins ponctuels en main d’œuvre. Des chiffres qui devraient bientôt exploser puisque Missioneo prévoit officialiser, en début d’année prochaine, plusieurs partenariats avec des organismes et des OPCA, dont Agefos PME. La technologie de scoring sur laquelle repose Missioneo devrait également lui assurer des jours heureux. Son outil de matching, qui a déjà fait le succès de Meteojob, prend en compte une dizaine de paramètres (domaine d’expertise, famille d’activité, zone géographique, type de contrats…) et analyse la compatibilité des missions des entreprises avec les profils des travailleurs indépendants.

Un modèle économique à trouver

La plateforme d’intermédiation, qui espère proposer 150 000 missions quotidiennes d’ici trois ans, ne dispose pas encore de modèle économique. Celui-ci devrait toutefois ressembler à celui des principaux jobboards du marché. « Dans un premier temps, nos services seront offerts gracieusement. Nous devrions ensuite développer des forfaits à destination des entreprises souhaitant diffuser leurs offres de missions », explique Patrick Levy-Waitz. Les travailleurs indépendants pourraient, eux aussi, être amenés à débourser quelques euros pour bénéficier des services de Missioneo. Seront-ils prêts à le faire ? Le président du groupe Missioneo assure que le portail répond à une véritable aspiration des Français, en quête d’autonomie professionnelle. Selon l’étude de Meteojob, « cette forme de travail, qui est de plus en plus répandue, est envisagée par 50 % des demandeurs d’emploi », conclut, chiffres à l’appui, Marko Vujasinovic, président de Meteojob.

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un(e) ami(e)