Recrutement
&
talents

« Cherche nouveau standard pour le recrutement » : Maki lève 6 millions d’euros

Par Philippe Guerrier | le | Solutions d'évaluation

Maki se présente comme un outil d’aide à la prise de décision pour que les entreprises recrutent plus efficacement les meilleurs candidats. Le point avec le CEO Maxime Legardez.

Equipe fondatrice de Maki : Benjamin Chino (CTO), Maxime Legardez (CEO), et Paul-Louis Caylar (COO) - © D.R.
Equipe fondatrice de Maki : Benjamin Chino (CTO), Maxime Legardez (CEO), et Paul-Louis Caylar (COO) - © D.R.

Une nouvelle start-up parisienne veut renouveler l’expérience du processus de recrutement à travers sa plateforme Maki, qui a été conçue rapidement avec l’aide d’une cinquantaine de DRH interviewés.

Dans la foulée, elle a levé 6 millions d’euros courant novembre en guise d’amorçage pour activer sa solution clé-en-main visant à rendre la phase de sélection des candidats plus efficace.

Le trio fondateur - Maxime Legardez, Paul-Louis Caylar et Benjamin Chino - veut « développer un standard de recrutement pour que les entreprises disposent d’un processus plus simple, plus efficient, plus objectif, plus cool et plus juste. »

« « C’est un espace de recrutement nouvelle génération mis à disposition des entreprises. Nous nous rapprochons d’un modèle CRM », précise Maxime Legardez, qui occupe la fonction de CEO. 

« Nous proposons aux entreprises :

  • de gagner du temps dans le processus de recrutement,
  • de prendre une meilleure décision sur des critères objectifs,
  • de délivrer une meilleure expérience candidat », selon Maxime Legardez.

Evaluation des candidats : 100 tests personnalisables à intégrer dans 20 ATS

Maki se présente comme un outil d’aide à la prise de décision qui a vocation à faciliter l’identification et le recrutement des meilleurs candidats « avec des critères objectifs ».

Le premier module de la plateforme Maki est un outil d’évaluation des hard skills et soft skills des candidats mis à disposition des recruteurs. Il s’appuie sur une bibliothèque de 100 tests personnalisables à intégrer dans 20 ATS dont Welcome to the Jungle, Lever, Greenhouse ou SmartRecruiters.

Des tests d’évaluation « crédibles » ont été conçus avec l’appui d’experts comme :

  • Pascal Quiry (professeur de finance, HEC Paris),
  • Dr. Tomas Chamorro-Premuzic (professeur de psychologie à l’université de Columbia, New York), -
  • Brendan McGeever (ex-coach des équipes commerciales de Google EMEA).

« Nous voulons que les entreprises montent leurs propres outils personnalisés d’assessment en utilisant nos tests et en introduisant leurs propres contenus », indique Maxime Legardez.

A travers Maki, l’expérience candidat peut être enrichie en mode asynchrone avec des « capsules vidéo ». Celles-ci permettent au candidat de se présenter ou d’exposer ses motivations.

« Il est possible de procéder à une certaine automatisation dans le processus de recrutement pour filtrer un volume de CV afin de se concentrer sur les profils les plus intéressants. »

Une tarification qui varie en fonction de la taille de l’entreprise et du nombre de candidats évalués par an

« Avec Maki, nous visons les DRH des entreprises de toutes tailles : start-ups, PME, et grands groupes », évoque Maxime Legardez. « Des pilotes ont été lancées avec des entreprises sur une période de douze mois. »

Pour le modèle de tarification de Maki, plusieurs packs ont été mis en place en fonction de la taille des entreprises et du nombre de candidats évalués par an.

L’effectif actuel de LLC Technologie, dénomination de la société qui exploite la plateforme Maki, est de 23 personnes avec l’objectif de le doubler « assez rapidement ».

Un pool dense pour une levée effectuée en 15 jours en novembre 2021

Le pool d’investisseurs qui soutient Maki est constitué :
• des fonds Frst Capital, Global Founders Capital (GFC), Secret Fund, Kima Ventures, Founders Future ;
• de 50 investisseurs individuels (business angels) dont Céline Lazorthes (Leetchi, Resilience), Jérémy Clédat (Welcome to the Jungle), Jonathan Benhamou et Clément Buyse (PeopleDoc) et Mathilde Collin (Front).

Transférer cet article à un(e) ami(e)