Formation

CPF, stratégies et gestion RH en entreprise : le webinaire NTRH - L’Atelier des Chefs en replay

Par Philippe Guerrier | le | Digital learning

Antoine Foucher (Quintet Conseil), Carole Cottard (Michel et Augustin), Jean-François Girardin (Meilleurs Ouvriers de France) et Nicolas Bergerault (L’Atelier des Chefs) partagent leur points de vue sur la formation à l’ère digitale dans un webinar disponible en rattrapage.

Avec la remise à plat du secteur de la formation en France sous l’impulsion de l’application CPF « qui permet une prise en main de sa vie professionnelle » mais aussi avec la crise sanitaire mondiale que nous traversons, de nombreux salariés s’interrogent sur leur trajectoire professionnelle et leurs aspirations.

Entre l’impulsion individuelle et l’engagement collectif, il est important de faire émerger les compétences nécessaires aux nouveaux marchés qui deviennent clés.

En partenariat avec L’Atelier des Chefs, News Tank RH et RH Matin ont organisé le 19 mai un webinaire sur ses problématiques suivantes : 

• Comment construire une stratégie de développement des compétences et répondre aux attentes en combinant CPF et stratégie RH ?
• En quoi la mise en place de parcours certifiants digitalisés peut-elle permettre de résoudre l’équation ?
• La transmission de savoirs métiers est-elle possible via des formations intégralement digitales ?
• Quid de l'excellence métier ? Est-elle compatibles avec la bascule numérique des formations ?

Quatre intervenants ont partagé leurs points de vue et leurs expérience sur cette transformation des formations, tous secteurs d’activité confondus.  

Antoine Foucher, fondateur associé de Quintet Conseil (ex-dircab au ministère du Travail)

« La rupture entre le nouveau et l’ancien CPF, c’est la liberté individuelle pour les personnes. La formation devient un droit individuel comme l’accès aux soins de santé. Avec l’appli CPF, nous sommes totalement autonomes pour choisir la formation et la payer. »

« Du coup, quel est le rôle de l’entreprise ? A mon sens, il en reste deux :

  • co-construire avec le salarié des formations entre les aspirations individuelles et les besoins des entreprises via la logique de l’abondement ;
  • servir de passerelle ou de tremplin pour attirer les salariés vers d’autres compétences pour ses propres intérêts ou au-delà. » 

Carole Cottard, Responsable communication externe chez Michel et Augustin

L’équipe de la marque  de produits et recettes sucrés ou salés (groupe Danone) se considère comme « les trublions du goût ». 

« Nous proposons une idée géniale à tous nos salariés : le passage obligatoire de se former au CAP patissier, ce qui fait écho aux propres parcours des cofondateurs [ndlr : Michel de Rovira et Augustin Paluel-Marmont]. Nous en sommes à la huitième promotion de trublions toqués et diplômés du CAP Pâtissier. Que l’on soit contrôleur de gestion ou commercial ou membre de l'équipe “recettes”, tout le monde y passe. Nous allons maintenant plus loin avec une formation de CAP Cuisine. Nous utilisons notre CPF auprès de l’Atelier des Chefs dans ce sens. »

Nicolas Bergerault, fondateur de l’Atelier des chefs

Le spécialiste des cours de cuisine, qui « livre toutes ses recettes, astuces et techniques de Chef en vidéo », a fait évoluer son modèle davantage vers le BtoB.

« Nous nous sommes réorientés vers des formations professionnelles en digital pour attirer des gens avec des têtes bien faîtes avec des professions dans lesquelles ils s'éclatent mais qui ont envie de revenir vers les métiers de la main. Nous avons un écho formidable avec les CAP Métiers de bouche (Cuisines, Pâtisserie, Boulangerie) et maintenant d’autres métiers comme la coiffure ou l’esthétisme. »

« Au départ, à notre création en 2004, nous étions positionnés sur des cours de formation amateur de cuisine organisés en présence pour remettre les Français aux fourneaux (…) Nous proposons maintenant dans 5 régions en rencontrant tous les acteurs nos formations digitales à un public éloigné du marché du travail en vue d’un retour à l’emploi. »

Jean-François Girardin, président des Meilleurs Ouvriers de France

« Nous observons depuis quelques années une recrudescence, notamment auprès des jeunes, de métiers que l’on aurait pas forcément choisi au départ. On le voit notamment dans l’artisanat. »

« A travers les MOF, nous voyons des personnes qui apprennent des métiers manuels, qui peuvent en vivre et peut-être même de créer une entreprise. Parmi les jeunes MOF, 85 % d’entre eux veulent créer un atelier et leur entreprise. La jeunesse d’aujourd’hui, c’est l’entrepreneuriat. C’est un peu nouveau dans notre société. »

Découvrez la session vidéo intégrale du webinaire sur la chaîne YouTube de RH Matin.

*Animation du webinaire Fabien Claire, Directeur associé en charge des contenus de News Tank RH.

Transférer cet article à un(e) ami(e)