Formation

IA dans la formation, le recrutement et le business : quelles orientations faut-il privilégier ?

Par Philippe Guerrier | le | Digital learning

Dans le cadre du forum AI France Summit by Numeum organisé le 5 juillet, un pool d’experts ont présenté leurs visions et leurs projets : IONIS Education Group, Business & Décision, SIA, INRIA, ALEIA.

AI France Summit by Numeum 2022 : atelier formation et recrutement en IA - © D.R.
AI France Summit by Numeum 2022 : atelier formation et recrutement en IA - © D.R.

Comment intégrer l’IA dans les cursus de formation et sensibiliser les entreprises à ces technologies au coeur de la transformation digitale ?

Dans le cadre du forum AI France Summit by Numeum organisé le 5 juillet, un pool d’experts ont présenté leurs visions et leurs projets.

  • Yves Poilane, directeur général de IONIS Education Group, en charge du pôle technologique,
  • Didier Gaultier, DataScience & AI Director chez Business & Decision, Orange Group,
  • Olivier Flebus, président de la communauté d’experts AI & Data de la Société des Ingénieurs de l’Automobile (SIA),
  • David Simplot, Professional Education Officer to the CEO, INRIA,
  • Thomas Czernichow, CTO Data Science ALEIA.

« Autant s’immerger dans l’IA juste après le bac » (Yves Poilane, IONIS Education Group)

« En 2021, le groupe IONIS a lancé une école IA post-bac : EPITA IA Institut. Nous voulons capter les élèves fascinés par l’IA avant leur entrée dans un cursus dans une grande école d’ingénieurs, une classe prépa ou une licence informatique ou mathématiques. »

Pourquoi attendre 3 à 5 ans pour faire ensuite un DU ou un mastère IA ? Autant s’immerger dans l’IA juste après le bac pour s’immerger le plus rapidement possible dans une formation IA qui va durer entre 3 et 6 ans.

« Nous avons un programme fondé sur 4 piliers avec un volume horaire égal :

  • sciences (mathématiques, algorithmie),
  • technologie (langage de programmation),
  • économie et gestion,
  • humanités (épistémologie, histoire, géopolitique, éthique…)

pour former des :

  • data engineers,
  • data stewards,
  • data analysts.

C’est un cursus pédagogique en anglais avec une immersion en mode “piscine” (phase intensive d’apprentissage en mode projet et collectif). L’étudiant décide au bout de deux ans s’il souhaite obtenir le diplôme EPITA (ingénieur) ou de l’ISG (management), deux entités du groupe IONIS. L’étudiant sort donc avec un diplôme d’ingénieur ou de management. »

« Data engineer et data scientist : 2 profils différents à faire travailler ensemble » (Didier Gaultier, Business & Decision)

« Au sein de l’ESN Business & Decision, nous disposons de 130 consultants dans un pôle dédié à l’IA : data scientists, data engineers, data analysts, chef de projets IA. Nous nous positionnons parmi les leaders du marché en France.

Nous avons créé en 2019 une école IA en interne pour former nos propres consultants sur un profil qui n’existait pas en France à l’époque : celui de data ingénieur. Elle s’étale sur une durée de trois mois. Nous avons créé ce diplôme et l’avons déposé auprès de France compétences.

Les clients les plus satisfaits ont souhaité ce même dispositif d’école IA pour leur compte. Nous avons vendu le concept à plusieurs sociétés comme Sanofi, BPCE, BNP Paribas. Nous avons également créé un cursus data analyst plus court et un cursus data scientist avec des différences d’approches importantes. Les cultures de ces 2 types de consultants ne sont pas les mêmes :

  • le data engineer au profil technique vient des computer sciences en exploitant des gros ordinateurs et le big data et d’industrialiser le travail de data scientist en vue de mettre en production et de maintenir des outils pour les utilisateurs finaux ;
  • le data scientist provient de l’algorithmie et des mathématiques en charge d’élaborer des modèles IA dans une démarche MLOps.

L’un des principaux enjeux est de faire travailler ensemble ces deux profils-là et ce n’est pas gagné d’avance. Nous publierons un livre blanc sur l’industrialisation de l’IA en octobre 2022. »

« Une formation qui donne accès à la délivrance d’un certificat chef de projets IA » (Olivier Flebus, SIA)

« Au sein de notre communauté AI & Data, qui regroupe les constructeurs et les équipementiers automobiles, nous voulons mettre en avant une initiative de formations de gens qui sont déjà en place. Nous sommes motivés par l’intensification de la transformation induite par l’IA dans le secteur automobile. Nous entendons beaucoup parler de la conduite autonome, mais il existe beaucoup d’autres applications dans la supply chain, la production, les usines.

Nous avons voulu aller au-delà de l’acculturation, avec un cursus de formation plus long réalisé avec Mines Paris, l’Université Paris Dauphine-PSL et l’institut interdisciplinaires d’IA Prairie - Paris.

  • Nous avons monté un cahier des charges précis pour répondre à des besoins qualitatifs avec des rôles comme data steward, data engineers ou data scientists.
  • Il existe aussi une dimension quantitative avec plusieurs centaines de personnels (mécaniciens, électroniciens, etc.) à former.

Cette formation donne accès à la délivrance d’un certificat chef de projets IA. Nous en sommes à la deuxième saison. »

« Nous avons lancé plusieurs gammes de formations IA » (David Simplot, INRIA)

« L’INRIA Académie est un dispositif de formation continue dont la création remonte à 2020. Elle entre dans notre stratégie d’accélération dans le domaine du numérique : IA, cybersécurité, quantique, cloud, et santé numérique. Nous avons formé plus de 2.000 personnes depuis son démarrage.

A travers l’INRIA Académie, la formation est perçue comme un outil de transfert technologique et non comme une initiation à la programmation informatique. Nous avons lancé plusieurs gammes de formations IA développées par des chercheurs scientifiques :

  • en mode “executive education”, notamment une Master Class sur les attaques informatiques via les réseaux sans fil, présentée en juin lors du Forum International de la Cybersécurité (FIC) à Lille ;
  • l’état de l’art IA à destination des ingénieurs en entreprise, avec par exemple un module sur les nouveaux modèles d’apprentissage fédéré de l’IA ;
  • des modules technologiques pour des logiciels de ML développés en open source par l’INRIA et ses partenaires (Scikit Learn).

Dans le cadre des PEPR (Programmes et équipements prioritaires de recherche), nous avons aussi mis en place une plateforme ouverte avec un socle technologique robuste pour accompagner les entreprises dans l’adoption de l’IA et leur transformation numérique. »

« Il est devenu important de mentionner les liens entre l’IA, les métiers et le business » (Thomas Czernichow, ALEIA)

"ALEIA est une plateforme ouverte destinée aux entreprises qui souhaitent développer et mettre en production leurs modèles IA dans une approche sécurisée, dite sandbox. Nous proposons une approche technologique souveraine à travers une marketplace et des partenaires français.

Nous entrons dans une phase de maturité de l’industrialisation de l’IA avec un nécessaire besoin de confiance de la part des entreprises qui ont besoin de compétences. Il est devenu important de mentionner les liens entre l’IA, les métiers et le business.

Nous avons établi des formations en interne pour aligner l’équipe sur les objectifs et les définitions de produits. Nous avons aussi :

  • travaillé sur des formations avec le Campus Cyber (espace de fédération et de partage de ressources cyber installé à La Défense, ndlr) où il a fallu faire de la pédagogie pour expliquer l’apport de l’IA dans la cybersécurité ;
  • établi des descriptions de fiches de postes de consultants avec le Hub France IA.

(Adaptation d’un contenu publié sur News Tank RH le 19/07/2022. Pour accéder à l’offre découverte)

Transférer cet article à un(e) ami(e)