Formation

Hop3team veut pousser les organismes de formation à la transformation digitale

Par Olivier Morin, Philippe Guerrier | le | Organisme de formation

La start-up lilloise Hop3team propose une plateforme de gestion des formations aux sociétés expertes dans ce domaine. Elle-même dispose d’un statut d’OF.

 Laurent Bocquet et Julien Guyot, cofondateurs de Hop3team
Laurent Bocquet et Julien Guyot, cofondateurs de Hop3team

Comment accompagner les centres de formation dans leur transformation digitale ? En pleine refonte sectorielle, c’est un défi important que propose de relever Hop3team.

Cette start-up a été créée il y a deux ans par Julien Guyot, Laurent Bocquet et Luc Vancrayelynghe, sur le pôle d’innovation Euratechnologies à Lille. Elle est spécialisée dans l’automatisation de la gestion administrative des organismes de formation professionnelle (OF). Actuellement, l’équipe est composée de sept personnes en l’état actuel.

Hop3team s’appuie sur un logiciel développé par l’agence Dernier Cri dans le courant du deuxième semestre 2018. Sa plateforme YPK permet :

  • de dématérialiser les données pour les centraliser et les rendre évolutives ;
  • d’apporter un cadre de conformité grâce à une fonctionnalité de diagnostic (Datadock, Qualiopi, ISO, Caces) qui s’adapte à tous les dispositifs de formation professionnelle ;
  • d’automatiser la production des documents réglementaires, obligatoires ou non (convocations, contrats, attestations, conventions, feuilles d'émargement, etc.).

« Nous avons constaté une montée en flèche des besoins de dématérialisation, de l'émargement notamment, pendant la crise Covid-19 », évoque Laurent Bocquet, qui occupe les fonctions de directeur générale de Hop3team.

« Cette période a accéléré la digitalisation des process, ce qui constitue une opportunité pour les organismes de formation qui ont compris que la digitalisation constituait leur avenir, et plus encore, une obligation imposée par Qualiopi [certification qualité]. »

Une trentaine de clients dans la boucle

La plateforme, disponible en mode SaaS, repose sur un système d’abonnement dont le tarif est calculé en fonction du nombre d’utilisateurs mais le nombre d’invité est illimité (formateurs, stagiaires, clients, etc.). Le coût d’une licence standard s’élève à 80 euros HT par mois avec des tarifs dégressifs à partir de l’acquisition de trois licences. Un forfait spécial a été mis en place pour les indépendants (49 euros HT par mois, sur justificatif).

« Après une année 2019 de test en profondeur auprès de sept clients, nous avons commercialisé notre produit à plus grande échelle à partir de janvier 2020 », précise Laurent Bocquet.

La start-up disposerait de 32 nouveaux clients, sachant qu’elle a développé une offre solidaire « spécial Covid-19 » qui assure la gratuité du logiciel jusqu’au 10 juillet (qui devrait correspondre à la fin de l'état d’urgence sanitaire).

La clientèle est composée à 80 % d’organismes de formation réalisant moins de 500 000 euros par an de chiffre d’affaires.

Hop3team elle-même gestionnaire de formations

Au-delà de son statut de fournisseur de solutions numériques, Hop3team a également créé son propre organisme de formation, référencé sur Datadock du nom d’une base de données commune où chaque centre de formation doit prouver sa capacité à fournir des prestations de qualité.

« Notre société pourra accompagner nos clients dans la personnalisation de l’outil et dans leur stratégie de digitalisation en général. En parallèle, nous développons des API [connecteurs logiciels] avec les plus gros organismes afin de faire la liaison entre notre base de données et les portails des prescripteurs (Pôle emploi, régions, Direccte, Caisse des Dépôts pour le CPF, etc.) », précise Laurent Bocquet.

Dans le prolongement de cet volet OF, Hop3team se positionne sur la certification qualité Qualiopi, dont le démarrage est reporté à 2022. L’audit devrait survenir dans le courant du mois de juillet, précise la section FAQ de son site Web.

« YPK, le logiciel, c’est l’outil métier rêvé. Notre OF, c’est la cerise sur le gâteau », précise la start-up.

(Article réalisé avec l’appui d’Olivier Morin pour News Tank RH)

Transférer cet article à un(e) ami(e)