Paie

ZENDSN : un atout pour les entreprises face au risque de contrôles URSSAF

Par Philippe Guerrier | le | Externalisation de la paie

A travers sa plateforme cloud ZENDSN, la start-up FiabData soutient les entreprises dans la fiabilité des données sociales transmises à l’administration (processus DSN).

Des données sociales plus fiables à transférer : le défi d’Alain Foret avec ZENDSN - © D.R.
Des données sociales plus fiables à transférer : le défi d’Alain Foret avec ZENDSN - © D.R.

« Avec ZENDSN, évitez les redressements. » Avec une telle punchline, FiabData attire aisément l’attention des entreprises. Cette start-up, installée près de Rouen, édite un service BtoB original lié au traitement des données sociales associées à la gestion des paies.

Elle a été cofondée en 2019 par Alain Foret pour faciliter le processus de déclaration sociale nominative (DSN) par les entreprises. Un véritable brasseur d’idées - en mode autodidacte - dans la gestion de la paie. A partir de l’année 2000, ce contrôleur de gestion comptable avait développé l’outil NETPAIE de traitement des paies en mode ASP (l’étape technologique d’externalisation des données qui a précédé l’ère du cloud et sa déclinaison SaaS). En 2006, le logiciel précurseur a été cédé à In Extenso (filiale d’expertise-comptable de Deloitte).

Presque 15 ans plus tard, on retrouve Alain Foret avec FiabData et ce service ZENDSN qui tourne autour du déploiement d’une plateforme dans le cloud permettant de contrôler la cohérence des données sociales transmises à l’administration. En particulier celles intégrées dans un fichier mensuel à transmettre au nom de la déclaration sociale nominative (DSN).

Les entreprises ont besoin d’un outil de contrôle des données sociales

Rappelons le contexte de cette démarche de gestion RH : chaque mois, les entreprises doivent produire ces données sociales et fiscales en générant les fiches de paie de leurs salariés. La DSN sert de courroie de transmission avec les organismes administratifs qui gèrent la protection sociale des salariés (CPAM, URSSAF, AGIRC ARRCO, organismes complémentaires, Pôle emploi, Centre des impôts, Caisses régimes spéciaux, etc.).

A ce titre, un portail officiel de télédéclarations est devenu incontournable pour gérer les démarches de DSN à destination de l’administration : Net-entreprises.fr.

Voici le schéma type de transfert des données dans un processus DSN.

DSN : processus de transfert des données
DSN : processus de transfert des données - © http://www.dsn-info.fr/

« C’est un sujet complexe qui nécessite un outil de contrôle des données sociales et fiscales à transmettre », commente Alain Foret, qui mène sa propre veille pour suivre l’évolution de la règlementation autour des bulletins de paie.

« Les dirigeants d’entreprises ne mesurent pas les conséquences de l’envoi de ces différents fichiers aux administrations. »  Une exploitation inadéquate des données sociales est susceptible de déclencher un contrôle (URSSAF, fiscal, inspection du travail…) en entreprise.

DSN : des centaines d’anomalies de données identifiées

« A partir de janvier 2019, nous avons commencé à développer la plateforme ZENDSN avec mon associé informaticien Pascal Bouvier, à définir les algorithmes et structurer les données. Le premier client de notre application est arrivé en décembre 2019 », poursuit Alain Foret.

Dans l’idéal, ZENDSN intervient en amont de la phase de dépôts des fichiers DSN sur Net-entreprises.fr pour identifier les anomalies et les incohérences et vérifier la fiabilité des données transmises. Mais il arrive aussi que des contrôles soient effectués avec ZENDSN après la transmission à l’administration des fichiers DNS en vue d’une régularisation a posteriori.

La start-up indique qu’elle dispose de plusieurs centaines d’anomalies DSN identifiées et traitées par bases de données agglomérées et enrichies en permanence en vue de constituer des algorithmes. « C’est plus du big data que de l’intelligence artificielle en l’état actuel », précise notre interlocuteur.

Les DRH peuvent entrer dans la boucle

Avec ZENDSN, la start-up vise en priorité les dirigeants d’entreprises, les directeurs financiers et les DRH. Cloud oblige, le modèle économique tourne autour d’un système d’abonnement mensuel. Le tarif est fixé en fonction de tranches d’effectifs. En guise d’illustration, Alain Foret avance un prix de 500 euros (HT) pour une entreprise qui gère 500 paies par mois.

FiabData dispose d’un premier bouquet d’une dizaine de clients qui utilisent ZENDSN dans plusieurs secteurs :

  • transport avec Fraikin (location de voitures) ;
  • l’événementiel avec Novelty ;
  • la publicité et le data marketing avec HighCo ;
  • la sécurité avec BSL.

En l’état actuel, FiabData est soutenue par un pool de business angels et des aides de Région Normandie. L’investissement initial en capitaux se situe autour de 150 000 euros. L’effectif devrait passer de 5 à 8 personnes d’ici début 2021.

Transférer cet article à un(e) ami(e)