Paie

Acompte sur salaire : Stairwage veut éluder le stress pour boucler les fins de mois

Par Philippe Guerrier | Le | Rémunération

Stairwage fait partie d’une vague de start-ups qui parient sur le développement de l’acompte sur salaire en France. Son fondateur Yann Le Floc’h fait le point sur le démarrage de ses activités.

Yann Le Floc’h : la stratégie de Stairwage sur le marché de l’acompte sur salaire - © Marion Motel
Yann Le Floc’h : la stratégie de Stairwage sur le marché de l’acompte sur salaire - © Marion Motel

(correction 06/12/2021) L’acompte sur salaire est un marché qui attire les convoitises dans l'écosystème HR Tech.

C’est le cas de la start-up Stairwage. Fondée en 2020 par Yann Le Floc’h qui est rapidement rejoint par Jérôme Senot en qualité de Chief Technology Officer (CTO), elle compte vulgariser ce concept visant à procéder au versement anticipé d’une partie d’une rémunération mensuelle.

Un dispositif prévu dans le droit du travail que les travailleurs en CDD ou CDI peuvent activer en cas d’imprévus financiers à titre individuel…si les employeurs acceptent le principe et si les salariés sont conscients de l’existence de ce système.

Stairwage estime que 5 % des salariés demanderait régulièrement un acompte.

Stairwage : un premier club d’investisseurs individuels en appui

Pour sa phase de démarrage, Stairwage a réalisé une levée de fonds de 500 000 euros en janvier 2021 avec un pool de business angels incluant :

Jonathan Benhamou et Clément Buyse (cofondateurs de PeopleDoc, dématérialisation de documents RH),
Daniel Marhely (cofondateur de Deezer, plateforme de musique en streaming),
Alexis Lê-Quôc (cofondateur de Datadog, plateforme de monitoring dans le cloud),
• Ronan Le Moal (ex-directeur général de Crédit Mutuel Arkéa).

Selon Yann Le Floc’h, il faut percevoir une tendance globale à la souplesse financière : de nouveaux outils digitaux viennent bousculer le cycle du salaire versé à la fin de chaque mois, qui était apparu dans les années 70.

Désormais, la tendance porterait plutôt sur le versement du salaire en streaming c’est-à-dire un règlement échelonné sans attendre la fin du mois. « C’est un véritable changement d’état d’esprit. Bien sûr, il faudra placer des garde-fous comme nous le faisons avec Stairwage. »

Une plateforme numérique qui s’appuie sur le virement instantané

« Nous avons deux axes de développement : le produit et la phase de commercialisation qui a vraiment démarré début 2021 », évoque Yann Le Floc’h.

Le dispositif Stairwage s’appuie sur deux volets : 

  • Côté salarié, il existe une application mobile pour demander rapidement un acompte sur salaire, qu’il reçoit instantanément sur son compte en banque. Un moyen d’éviter le compte à découvert en fin de mois voire de verser des agios et frais bancaires.
  • Côté entreprise, les DRH et gestionnaires de paie disposent d’un tableau de bord numérique pour gérer, analyser et paramétrer les acomptes sur salaire. C’est un levier pour « renforcer sa politique sociale » avec une plateforme favorisant l’automatisation des flux d’information et l’intégration dans les logiciels de paie.

Dans le système d’acompte sur salaire mis en place, c’est Stairwage qui avance l’argent aux travailleurs à la place de l’entreprise cliente. Pour se connecter directement sur le compte courant du salarié, la start-up parisienne a établi un partenariat avec Linxo, du nom d’une start-up de la catégorie FinTech qui est spécialisée dans les services d’agrégation de comptes et d’initiation de paiements et qui basculé dans le giron du groupe Crédit Agricole en juin 2020.

Le remboursement des acomptes est réalisé par l’entreprise en fin de mois, au moment de la distribution de la paie. Ce système éviterait de solliciter la trésorerie de l’entreprise en recourant au service bancaire de virement instantané (« instant payment » en anglais). « Nous sommes sur un modèle économique de licences par salarié et par mois. Pour le salarié, cela ne coûte rien », évoque le fondateur de Stairwage.

En coulisse, le système de Stairwage est à comparer avec celui mis en place par le concurrent Rosaly , qui avance la trésorerie et finance tous les acomptes contre un abonnement fixe. « Cet argent, nous l’empruntons et nous prenons en charge les coûts et les taux d’intérêt que nous payons nous-mêmes dans nos charges. Et nous ne reflétons pas ces charges sur notre prix à l’entreprise », précise la fondatrice Arbia Smiti dans une précision apportée le 3 décembre après la publication de l’article.

Une première incursion sur le marché espagnol

Stairwage affiche ses premières références clients, dont la chaîne française Sushi Shop (propriété du Groupe Amrest).

Récemment, Jean-Baptiste Tilloy, DRH France de Sushi Shop (Groupe AmRest), a apporté un témoignage premium à propos de sa collaboration avec la start-up.

Ce profil de responsable RH reste pour Stairwage le principal interlocuteur visé dans les ETI et les grandes entreprises mais les CSE pourraient  également être mis à contribution, admet Yann Le Floc’h.

La priorité est donnée au marché français mais les regards se tournent du côté du marché espagnol avec des premiers clients qui font appel au service de la start-up.

« Nous avons des demandes dans ce sens. Nous gérons tout depuis Paris pour le moment pour la phase de démarrage. L’acompte sur salaire est plus démocratisé en Espagne qu’en France. Avec notamment la possibilité de demander plusieurs acomptes par mois sans que cela se transforme en avance sur salaire*. », précise Yann Le Floc’h.

Nous l’avons vu : le développement des systèmes d’acomptes sur salaire intéresse des start-ups comme Stairwage, Rosaly  (qui a levé 1,5 million d’euros de son côté) ou NessPay.

Mais d’autres acteurs regardent le sujet en France comme l’éditeur Sopra HR Software qui a monté un plug-in dans son laboratoire ou Cegid qui devrait prochainement annoncer un partenariat européen sur le sujet.

Un outil pour prévenir le surendettement

En juillet 2021, Stairwage a noué un partenariat avec Crésus du nom d’une plateforme d’entraide et de médiation budgétaire pour accompagner les entreprises « à lutter activement contre la fragilité financière de leurs salariés et prévenir le risque de surendettement ».

Dans le prolongement, la start-up a commandé dans le courant de l’automne un sondage OpinionWay sur les salariés et les applications de paiement.

Voici les principaux enseignements de ce baromètre :

Acompte sur salaire : les principaux enseignements de l'étude OpinionWay - Stairwage (octobre 2021)) - © D.R.
Acompte sur salaire : les principaux enseignements de l'étude OpinionWay - Stairwage (octobre 2021)) - © D.R.

Méthodologie : Etude OpinionWay pour Stairwage

• réalisée entre le 6 et 14 octobre 2021 auprès d’un échantillon de 2036 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
• échantillon constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence.

* L’avance sur salaire est un autre dispositif visant à demander à son employeur de verser une partie du salaire par anticipation pour un travail qui n’est pas encore exécuté.

Transférer cet article à un(e) ami(e)