Qvt

Covid-19 : Emmanuel Macron augmente la dose de télétravail « systématisé »

Par Philippe Guerrier | le | Bien-être au travail

Face à la circulation accélérée du virus, le Président de la République élargit les mesures de restrictions au niveau national et ferme les écoles. Avec des conséquences RH immédiates en entreprise.

Alerte Covid-19 : le télétravail « sans doute la mesure la plus efficace » selon Emmanuel Macron - © D.R.
Alerte Covid-19 : le télétravail « sans doute la mesure la plus efficace » selon Emmanuel Macron - © D.R.

« Partout le virus circule vite, de plus en plus vite, et partout les hospitalisations augmentent », évoque Emmanuel Macron. Le ton de l’allocution du Président de la République du 31 mars n’est guère surprenant au regard de la situation préoccupante sur le front sanitaire face à la pandémie Covid-19.

« Parce que plus aucune région métropolitaine n’est aujourd’hui épargnée », les mesures de restrictions renforcées initialement appliquées dans 16 départements sont élargies à l’échelle de la France métropolitaine.

On retiendra quelques dispositions importantes qui vont affecter la vie au quotidien des Français.

  • Le couvre-feu à 19 heures sera maintenu partout ;
  • Les commerces « non essentiels » seront fermés, sur tout le territoire métropolitain selon la liste déjà définie dans les 19 départements déjà concernés ;
  • L’attestation ne sera donc obligatoire en journée que pour les déplacements au-delà de 10 kilomètres du domicile ;
  • Les crèches, les écoles, les collèges et les lycées seront fermés pendant trois semaines.

Macron : la douche froide nécessaire pour freiner le virus Covid-19
Macron : la douche froide nécessaire pour freiner le virus Covid-19 - © Elysée

Télétravail : recours encore plus intensif

Lors de son intervention audiovisuelle, Emmanuel Macron a abordé le recours au télétravail, « qui est sans doute la mesure la plus efficace ».

Il sera « systématisé », selon les vœux du Président de la République. « J’appelle tous les travailleurs et tous les employeurs à y avoir recours à chaque fois qu’ils le peuvent. »

En fin de semaine dernière, Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, avait déjà demandé à l’inspection du travail de « renforcer ses contrôles sur l’effectivité du télétravail et le respect des recommandations sanitaires sur les lieux de travail ».

Alors que de nouvelles recommandations du protocole national pour la santé et la sécurité des salariés en entreprise ont été émises le 23 mars 2021, la ministre dresse un bilan d'étape.

  • Plus de 2000 contrôles ont été menés dans des entreprises franciliennes depuis le début de l’année, donnant lieu à 14 mises en demeure.
  • Elargi au niveau national, les agents de l’inspection ont procédé à 24 000 contrôles en lien avec l’application des mesures sanitaires pour lutter contre l’épidémie et adressé 34 mises en demeure. « 90 % des mises en demeure ont été suivies d’effet de la part des employeurs » selon le ministère du Travail.

Chômage partiel sans possibilité de télétravail : deuxième round

Avec les établissements scolaires fermés temporairement, c’est le retour de la galère pour les parents d'élèves.

« Comme depuis un an [ndlr : qui correspond au début de la crise Covid-19 et du premier confinement], l’accompagnement économique et social sera au rendez-vous. Les parents qui devront garder leurs enfants et ne peuvent pas télétravailler auront droit au chômage partiel », a évoqué le Président de la République.

Le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion a réagi plus tard en soirée sur ce point en indiquant que « les taux de prise en charge de l’activité partielle actuellement en vigueur sont prolongés jusqu’au 30 avril 2021 ».

Pour en disposer, il existe quelques conditions :

  • il faut que l’enfant ait moins de moins de 16 ans ou soit en situation de handicap, sans limite d’âge dans le deuxième cas ;
  • un seul des parents peut solliciter le chômage partiel dans ce contexte.

Transférer cet article à un(e) ami(e)