Qvt

Travail hybride : les Français s’adaptent sur fond de crise

Par Philippe Guerrier | le | Motivation & engagement

Selon un sondage OpinionWay - Slack, 54 % des employés déclarent réaliser du télétravail chaque semaine. 31 % des employés sont même prêts à quitter l’entreprise en cas de refus de télétravail. Le point avec Nicolas d’André, Directeur des ventes « Grandes entreprises » chez Slack.

Nicolas d’André (Slack) : « Les DRH poussent l’expérience employé sur fond de guerre des talents » - © D.R.
Nicolas d’André (Slack) : « Les DRH poussent l’expérience employé sur fond de guerre des talents » - © D.R.

Comment les employés français perçoivent-ils la nouvelle organisation hybride du travail qui émerge avec l’essor du télétravail ?

Dans un sondage OpinionWay dévoilée le 11 janvier 2022, Slack, du nom de la plateforme collaborative qui a basculé dans le giron de Salesforce (un autre groupe technologique américain), analyse leur perception.

Parmi les principales tendances :

  • 54 % était déjà en télétravail, au moins partiellement, depuis septembre 2021 ;
  • En moyenne, les salariés qui pratiquent le télétravail le font 2 jours par semaine (3 jours en moyenne dans les grandes entreprises) ;
  • 31 % des sondés sont prêts à changer d’employeur si celui-ci venait à imposer le retour du 100 % présentiel et ce chiffre monte à 43 % chez les moins de 35 ans ;
  • le travail hybride est approuvé par 75 % des salariés et perçu comme un atout pour la compétitivité des entreprises ;
  • 73 % estiment que leur entreprise sort « gagnante » de la crise sanitaire.

Naturellement, il faut appréhender ces éléments comme un tableau de l’opinion publique à un instant T. Depuis la réalisation de ce Sondage OpinionWay pour Slack du 18 au 23 novembre 2021, la France affronte une nouvelle résurgence pandémique (variants Delta et Omicron du virus Covid-19) qui pourrait modifier la donne. Notamment sur le volet du rythme de télétravail, que le gouvernement français a appelé à intensifier depuis la rentrée 2022.

Les DRH, un point de contact essentiel pour les rouages du travail hybride

• « Le rôle des DRH est important dans l’adoption de ses outils numériques collaboratifs pour la partie du recrutement et plus spécifiquement de l’onboarding », commente Nicolas d’André, Directeur des ventes pour le segment des grandes entreprises chez Slack .
• « L’image des produits et des entreprises ne suffit plus. Il faut adapter de nouveaux codes de travail avec des outils numériques modernes appropriés. Cela pose des défis aux entreprises qui accueillent de nouveaux collaborateurs. Ce sont les équipes RH qui travaillent sur cette expérience employé qui revient sur le devant de la scène dans la guerre des talents. Nous en arrivons à discuter avec elles pour savoir ce qui a été mis en place dans le processus de recrutement et de communication. »
• « Pour les grands dossiers, nous travaillons directement avec les DRH pour mesurer l’impact. Par exemple, nous proposons des bots Slack pour faciliter l’onboarding, franchir les premières étapes d’intégration dans un parcours fléché avec un suivi du collaborateur à distance de la DRH. »

Rythme de télétravail : 2 jours par semaine en moyenne

la fréquence du télétravail - © D.R.
la fréquence du télétravail - © D.R.

  • 54 % des employés déclarent réaliser du télétravail chaque semaine : entre 1 et trois jours voire plus ;
  • 46 % des employés déclarent ne pas réaliser du tout de télétravail.

Dans l’organisation du travail, le télétravail prend ses marques de manière pérenne. La pratique devrait perdurer au-delà de la crise sanitaire.  

« Cela fait plus de deux ans que les employés ont découvert le télétravail avec des habitudes qui se sont installés. Nous ne sommes plus à la phase de contrainte mais de plébiscite », considère Nicolas d’André.

« La plupart des entreprises ont mis en place une organisation de travail hybride et nous en voyons les bénéfices. Cette adaptation est un levier clé pour retenir les talents. »

« Le taux de non-télétravail reste encore important, notamment en raison de l’exercice de métiers impossibles à réaliser à distance. Ce qui m’a le plus marqué dans cette étude, c’est le nombre de jours de télétravail. Nous aurions pu imaginer que les PME se seraient montrées plus flexibles à ce sujet. En fait, ce sont les grandes entreprises qui ont eu du mal à s’y mettre mais qui se sont montrées plus agiles au final. Elle constatent les bénéfices du télétravail devenu un mouvement de fond et incitent les employés à y recourir. » 

Retour au bureau : 93 % des employés y sont attachés

Nombre idéal de jours en présentiel - © D.R.
Nombre idéal de jours en présentiel - © D.R.

« Les notions d’idéation, de création, de brainstorming et finalement de travail et de vie en groupe demeurent importantes. La présence au bureau est importante dans ce cas. Mais l’amplitude des plages horaires de travail 9h-17h est remise en cause à travers notre étude. D’où la nécessite de développer le travail en mode asynchrone à travers des plateformes collaboratives », évoque Nicolas d’André.

Refus d’autoriser le télétravail : un risque de clash

Le changement d’emploi en cas de refus du télétravail par l’employeur - © D.R.
Le changement d’emploi en cas de refus du télétravail par l’employeur - © D.R.

  • 31 % des employés assurent qu’ils sont prêts à quitter l’entreprise en cas de refus de télétravail  (-7 points par rapport au précédent sondage similaire OpinionWay/Slack de juillet 2021) ;
  • 69 % s’y refusent (+10 points).

« De fait, les entreprises ont instauré la flexibilité avec le travail hybride. Les employés se retrouvent moins dans un statut d’adversité vis-à-vis de leurs employeurs. Mécaniquement, le pourcentage d’employés prêts à quitter son entreprise faute de souplesse dans l’organisation du travail baisse. La question de partir se pose moins », commente notre interlocuteur de Slack. 

Télétravail : des avantages concrets pour l’employé

Etude opinionWay - Slack (novembre 2021) : Les opinions relatives au télétravail - © D.R.
Etude opinionWay - Slack (novembre 2021) : Les opinions relatives au télétravail - © D.R.

  • 45 % estiment qu’il s’agit d’un gain de temps en l’absence de trajets en transport ;
  • 39 % assurent disposer d’un meilleur équilibre vie professionnelle / vie personnelle ;
  • 35 % assurent disposer d’une plus grande flexibilité (heures ou lieux de travail).

« Il y a un point notable sur la question de la productivité et du télétravail. L’employé perçoit une amélioration globale de la performance de l’entreprise à travers une meilleure productivité de sa part. Les entreprises doivent l’entendre : c’est un bon dispositif qui amène de la productivité individuelle », commente Nicolas d’André.  

Télétravail et productivité : avis partagés

La crainte d’une perte de productivité avec des employés en télétravail - © D.R.
La crainte d’une perte de productivité avec des employés en télétravail - © D.R.

  • 53 % des cadres interrogés considèrent qu’il est faux de croire que le télétravail entraîne une baisse de la productivité des employés ;
  • 45 % d’entre eux pensent le contraire.

« 53 % des cadres considèrent que les employés restent productifs en télétravail. C’est une belle évolution culturelle française. Nous avons désormais du recul sur ces nouvelles façons de travailler qui impliquent une certaine responsabilisation », selon Nicolas d’André.

Travail hybride : il faut sortir des plages horaires traditionnels

Les employés et le travail hybride - © D.R.
Les employés et le travail hybride - © D.R.

  • 75 % des personnes interrogées déclarent que le travail hybride est un atout au service de la compétitivité ;
  • 71 % estiment que leur entreprise s’est bien adaptée au travail hybride ;
  • 70 % estiment que les entreprises gagnantes sont celles qui ont su accélérer les tâches.

« 62 % des employés déclarent que la journée de travail classique de 9h à 17h au bureau n’est plus adaptée au nouvel environnement de travail. Il faut travailler différemment. Il ne suffit plus de taper à l’épaule de son collègue devant la machine à café », remarque Nicolas d’André. 

Globalement, 73 % estiment que son entreprise est sortie « gagnante « de cette crise (même si on pourrait rétorquer qu’elle n’est pas finie). Et 26 % estiment que son entreprise a été « perdante » dans cette période troublée.

Outils numériques : des usages plus intenses

Impact du retour en présentiel sur l’usage des outils numériques - © D.R.
Impact du retour en présentiel sur l’usage des outils numériques - © D.R.

  • 52 % des employés déclarent avoir un usage plus poussé des applications de visioconférence depuis septembre 2021 avec le retour au bureau ;
  • 43 % ont davantage recours à des outils de messagerie instantanée ;
  • 39 % exploitent davantage des outils de gestion de documents ;
  • 27 % déclarent utiliser davantage des plateformes collaboratives comme Slack ou Discord.

« Le multi-canal devient un fléau avec la multiplication des outils. La prolifération des outils est un piège. C’est d’ailleurs un des points sur lequel Slack est plébiscité. Notre plateforme n’est pas un outil supplémentaire. Elle va fédérer les autres outils en se posant au-dessus de l’existant.  Cela évite de changer d’environnement numérique trop fréquemment », commente Nicolas d’André.

…mais gare à la surchauffe. 

Les outils informatiques les plus utilisés - © D.R.
Les outils informatiques les plus utilisés - © D.R.

  • 30 % des répondants voudraient davantage utiliser l’e-mail ;
  • 27 % voudraient davantage recourir à la visioconférence ;
  • 22 % seraient partants pour exploiter encore plus les outils de messagerie instantanée ;
  • 15 % aimeraient en faire plus avec les outils de stockage de documents numériques ;
  • 8 % accepteraient d’exploiter davantage de plateforme collaborative comme Slack ou Discord

Seul bémol à ce zèle d’usage d’outils numériques. « 19 % des personnes ne souhaitent pas utiliser davantage d’outils mis à disposition. Ils sont saturés des outils numériques avec, parfois, le même message qui arrive par des canaux différents en fonction de la priorité. Le collaborateur a l’impression de perdre en performance avec ces 'sursollicitations'. Slack va permettre de résoudre ce problème d’overdose en unifiant les notifications. »

Méthodologie « Consultation OpinionWay pour Slack » :

 • Etude réalisée du 18 au 23 novembre 2021 auprès d’un échantillon représentatif de 1032 employés de bureau dans des entreprises de 20 salariés et plus,
• interviews réalisées par questionnaire auto-administré en ligne.

Lire l'étude dans son intégralité : OpinionWay pour Slack - Les employés de bureau et le nouvel environnement de travail (novembre 2021). Téléchargement en PDF.

Transférer cet article à un(e) ami(e)