Qvt

Deskare veut fluidifier l’organisation des variations en travail hybride

Par Philippe Guerrier | le | Workspace

Basée à Station F, la start-up Deskare lève 1,2 million d’euros pour développer une plateforme digitale pour les collaborateurs en entreprise sur fond d’essor du travail hybride, de l’open space et du flex office.

Focus travail hybride : le trio fondateur de Deskare : Victor Fritz, Thomas Dauphin et Vianney Goater - © D.R.
Focus travail hybride : le trio fondateur de Deskare : Victor Fritz, Thomas Dauphin et Vianney Goater - © D.R.

« Créer un cadre propice au travail hybride pour tous dans la perspective d’une collaboration et d’une gestion du temps efficace. » C’est la vocation de la start-up Deskare qui a levé 1,2 million d’euros auprès de 20 business angels pour développer une plateforme digitale dans ce sens.

« Nous avons co-construit le produit avec des dizaines de DRH et d’office managers pour comprendre leur besoin sur fond d’organisation en travail hybride, d’open space et de flex office. Les salariés ont été ravis de l’expérience du télétravail et veulent la poursuivre. Mais l’alternance entre le présentiel et le distanciel, entre le bureau, le domicile et les tiers lieux, crée de l’incertitude et de la complexité. Les collaborateurs ne sont plus sûrs de retrouver leurs places préférées au bureau, de revoir leurs collèges proches et d’avancer de manière synchrone avec les autres personnes impliquées dans des projets », explique Vianney Goater, CEO et cofondateur de la start-up créée en juin 2021 et hébergée dans le campus parisien d’innovation Station F.

« Faire gagner jusqu'à 10 heures par semaine aux équipes RH et workplace »

Deskare a développé une solution destinée aux collaborateurs d’entreprises pour répondre à des problématiques de travail hybride et de flex office.

La plateforme permet de :  

  • déclarer vite ses jours de présence au bureau et de télétravail,
  • partager son planning,
  • faciliter l’organisation du travail avec ses coéquipiers,
  • s’assurer de la disponibilité d’un poste de travail libre en arrivant au bureau.

La solution de Deskare permet de faire gagner « jusqu'à 10 heures par semaine aux équipes RH et Workplace, tout en renforçant l’engagement et la fidélisation des salariés », selon Vianney Goater, cofondateur et CEO de Deskare.

« Nous avions trois clients au cours de l’été 2021. Nous avons dépassé la centaine en octobre 2021. »

L’objectif de la start-up est d’atteindre un chiffre d’affaires annuel récurrent (ARR) d’1 million d’euros dans les 12 à 18 prochains mois.

« Avec Deskare, nous nous plaçons au milieu d’un écosystème d’outils complémentaires comme Slack ou Microsoft Teams. C’était important pour nous de ne pas être perçus comme un outil en plus, mais d’être directement intégrés dans les outils numériques déjà déployés », indique Vianney Goater.

Les acteurs du numérique, premier bassin de clients

La première levée de fonds d’1,2 million d’euros permettra de :

  • développer de nouvelles fonctionnalités. « Nous voulons favoriser un usage plus social de Deskare pour aider les collaborateurs à se retrouver (système de notification, de favoris…), pousser l’exploitation à 360° des volets workplace et travail hybride à gérer complètement via Deskare. Pourquoi ne pas réserver des tiers lieux ou des espaces de coworking à travers Deskare ou gérer le matériel nécessaire au télétravail. À moyen terme, nous pourrions imaginer la gestion des réservations des salles de réunion, des places de parking et tout ce qui facilite la vie au bureau dans ce nouveau paradigme du travail hybride ;
  • élargir la cible de clients : 30 actuellement avec des clients comme LumApps, Ledger, Alma ou Back Market. « Initialement, nous avions les entreprises du numérique comme cibles clients. Elles sont en avance sur le télétravail et certaines scale-ups sont soumises à des contraintes d’espaces de bureau malgré un effectif croissant. Nous avons désormais des contacts avec des groupes industriels avec des fonctions de siège ‘télétravaillables’ et des entreprises dépassant un effectif de 500 personnes. » ;
  • poursuivre le recrutement et passer de 6 à 18 collaborateurs d’ici fin 2022 ;
  • avancer sur des marchés adjacents comme le Royaume-Uni, l’Allemagne ou l’Espagne. « La profondeur de marché est immense en France, mais nous regardons aussi les opportunités à l’international. Notre solution est déployée dans 22 pays différents, notamment à travers les filiales étrangères de nos clients français. Parallèlement, nous venons de signer notre premier client avec une société basée à Londres. »

Un gros travail sur les API pour faciliter les interconnexions

Le modèle économique repose sur un système d’abonnement pour accéder à la plateforme Deskare : entre 2 et 6 euros HT par mois et par collaborateur. « Tout dépend du nombre de collaborateurs embarqués, du niveau de supports requis et des intégrations souhaitées », indique Vianney Goater.

« Avec Deskare, nous nous plaçons au milieu d’un écosystème d’outils numériques complémentaires comme Slack ou Microsoft Teams en vue d’une intégration directe. Au-delà des outils de gestion RH, de paie de type SIRH et de calendrier d’entreprise, nous traitons un angle mort par rapport aux outils déjà déployés. Parallèlement, nous voulons aussi développer notre propre API [connecteur logiciel] pour que des services tiers viennent se plugger sur nos propres outils et nos bases de données. »

Transférer cet article à un(e) ami(e)