Recrutement
&
talents

Embauche : la sombre perspective de Manpower pour le troisième trimestre 2020

Par Olivier Morin, Philippe Guerrier | le | Intérim

Le plus récent Baromètre Manpower Group France montre des perspectives d’emploi en berne entre juillet et septembre. Il faudra s’adapter selon le président de la branche française du groupe de travail intérimaire.

Baromètre Manpower Group France : des perspectives d’emploi perdues de vue - © D.R.
Baromètre Manpower Group France : des perspectives d’emploi perdues de vue - © D.R.

L’embauche tourne au ralenti voire se trouve au point mort avec la crise de la Covid-19. Son impact économique fort a des conséquences palpables sur le marché du travail.

Selon le Baromètre Manpower Group France des perspectives d’emploi en France au troisième trimestre 2020, les employeurs français sont pessimistes. Ils pensent davantage à réduire leurs effectifs qu’à embaucher en raison de la conjoncture morose.

Un choc violent à nuancer par tailles d’entreprises

C’est même un triste record sous le prisme des intentions d’embauches, selon le groupe de travail intérimaire. La prévision nette d’emploi s’établit à -11 %, soit son niveau le plus faible depuis le lancement de ce Baromètre en 2003. Le recul est marqué : -21 points par rapport au 3ème trimestre 2019 et - 22 points par rapport au deuxième trimestre 2020.

Par taille d’organisation, il faut nuancer les tendances à la baisse :

  • pour les grandes entreprises (+250 salariés), les intentions d’embauches plongent à -13 % (-37 points par rapport au trimestre précédent) ;
  • pour les moyennes entreprises (entre 50 et 249 salariés), la chute est amoindrie à -8 % (-23 points) ;-
  • pour les petites entreprises (entre 10 et 49 salariés), c’est plus violent à - 16 % (-25 points) ;
  • pour les TPE (moins de dix salariés), la dégringolade est moins marquée à -6 % (-7 ans).

Les employeurs français affichent une certaine frilosité au regard de la conjoncture difficile :

  • 55 % n’anticipent aucune évolution de leur masse salariale ;
  • 13 % d’entre eux prévoient de renforcer leurs effectifs pendant cette période ;
  • 21 % envisagent a contrario de les réduire.

« L’étude a été réalisée auprès de 1000 entrepreneurs mi-avril, au plus profond du confinement et alors que la confiance en l’économie était au plus bas. Et des secteurs lourdement frappés, comme le tourisme ou l’hôtellerie-restauration, ont peut-être revu ces intentions à la hausse depuis le déconfinement. On note, par exemple, un rebond significatif du secteur du BTP, pourtant fortement impacté pendant la phase de confinement », a déclaré Alain Roumilhac, président de Manpower France, lors d’un webinar organisé le 23 juin pour « décrypter le nouveau visage de l’emploi post Covid-19 ».

5 pans sectoriels comptent alléger leur masse salariale

C’est du jamais vu dans le Baromètre Manpower dans cette configuration morose. En effectuant des zooms par secteur d’activité, cinq des sept secteurs d’activité du pays comptent alléger leur masse salariale sur le troisième trimestre 2020 :

  • la construction (-10 %) ;
  • les activités financières et des services aux entreprises (-11 %) ;
  • l’industrie manufacturière (-14 %) ;
  • l’hôtellerie et de la restauration (-54 %) ;
  • le commerce de gros et de détail (-16 %).

Les deux autres pans sectoriels dans la grille d’évaluation de Manpower affichent une prévision nette d’emploi nulle : 

  • “Autres productions” (agriculture, forêt,chasse et pêche, production et distribution d’électricité, de gaz et d’eau, industries extractives) ;
  • “Autres services” (Services publics, Transport, Logistique,Communication, Commerce de gros et de détail).

« La relance de l’emploi passera par la demande. Car l’emploi, c’est la confiance. Et le gouvernement, qui planche sur un plan de relance de la demande, via leurs initiatives en faveur du secteur de l’automobile par exemple, l’a bien compris », évoque Alain Roumilhac

« Une fois que la demande remontera, il faudra absorber le million de chômeurs supplémentaires engendrés par la crise sanitaire. Mais la priorité est à la mise en place de ‘carnets de commandes’ pour générer de la confiance et, donc, des intentions d’emplois. » 

Le président de Manpower France est persuadé que «  le travail temporaire et les contrats courts constitueront des éléments clés pour faire repartir l’emploi ». Il compte sur son groupe de travail intérimaire pour « adapter ses dispositifs, car la demande et les offres ne seront pas nécessairement dans les mêmes zones géographiques ».

Il a également annoncé le lancement d’une nouvelle version de l’application mobile de Manpower France, qui a vocation « à aider à venir en support des bassins d’emplois, des demandeurs d’emploi et des entreprises ».

Méhodologie Baromètre Manpower Group

Le Baromètre Manpower Group des perspectives d’emploi a été élaboré à partir d’entretiens réalisés auprès d’un échantillon représentatif de 1093 employeurs en France entre le 15 et le 18 avril 2020.

• L’enquête est structurée de telle sorte qu’elle soit représentative de chaque économie nationale. La marge d’erreur des données nationales, internationales et mondiales est de l’ordre de +/- 5,0 %

•Pour l’étude globale, le Baromètre ManpowerGroup des perspectives d’emploi pour le 3ème trimestre 2020 a été réalisé dans 44 pays et territoires, auprès de plus de 34 000 employeurs issus d’entreprises privées et d’organismes publics. Il est disponible en téléchargement ici : https://www.manpowergroup.com/wcm/connect/ff0ed92c-c620-4a39-b6fc-e784c745d700/Global_Brochure_3Q20.pdf ?MOD=AJPERES (format PDF)

Transférer cet article à un(e) ami(e)