Recrutement
&
talents

Marque employeur et fidélisation collaborateurs : quel équilibre entre business et gestion RH ?

Par Alexandra Nuiry | le | Marque employeur

Université ANDRH 2022 : Céline Gervais (Quipment), Frédéric Lemoine (Groupe Leader Interim) et Éric Bigot (Baccarat) dévoilent leurs pistes pour (re)donner du sens au travail des collaborateurs.

UNIANDRH 2022 : Éric Bigot (Baccarat), Céline Gervais (Quipment), Frédéric Lemoine (Leader Interim) - © D.R.
UNIANDRH 2022 : Éric Bigot (Baccarat), Céline Gervais (Quipment), Frédéric Lemoine (Leader Interim) - © D.R.

Une table ronde, organisée le 3 juin lors de l’Université 2022 de l’ANDRH à Nancy, a réuni trois managers aux profils DRH et/ou business portant sur les motivations des salariés et les manières de stimuler leur engagement : 

  • Céline Gervais, Managing Director chez Quipment, spécialisé dans la fourniture de matériels pour la recherche clinique, 
  • Frédéric Lemoine, Directeur des opérations et du développement France du Groupe Leader Interim,
  • Éric Bigot, DRH de Baccarat (cristallerie).

Céline Gervais (Quipment) : « Les managers relais permettent de mieux prendre soin des salariés »

Céline Gervais. - ©          D.R.
Céline Gervais. - ©          D.R.

 « Chez Quipment, nous avons travaillé sur la rétribution des salariés et leur engagement. En allant leur parler, je me suis rendu compte qu’il y avait un problème de reconnaissance. Nous utilisions des primes et ça ne fonctionnait pas. Nous vivions un problème d’hyper-croissance et dans cette situation l’intérêt individuel du salarié se perd facilement. »

« L’entreprise compense par de l’argent, des événements et l’histoire qu’elle véhicule, mais il arrive un moment où le salarié ne s’y retrouve plus. C’est là qu’interviennent les managers et les superviseurs. Ils prennent le temps de travailler avec les salariés, de les encadrer et d’écouter leurs idées. Plus nous prenons le temps de construire le projet, plus il y a d’adhésion. »

« J’ai compris que proposer des plans de carrière avait des limites. Nous ne pouvons pas tout prévoir. Nous essayons donc de faire en sorte que, petit à petit, le salarié construise son parcours et y trouve son compte. La notion de sens compte beaucoup pour les salariés, avec celle d’employabilité. »

« Nous avons également ralenti en mettant en place, au niveau du comité exécutif, un programme de suspension et d’arrêt des projets. Nous essayons d’être honnêtes avec les salariés concernant ce qui est réalisable ou non. »

« Après avoir rencontré les salariés et discuté avec eux, j’ai conçu un organigramme et j’ai recruté à des postes de gestion intermédiaire. Les relais sont importants et permettent de mieux prendre soin des salariés. »

Frédéric Lemoine (Groupe Leader Interim) : « La fidélisation prend du temps »

Frédéric Lemoine. - © D.R.
Frédéric Lemoine. - © D.R.

 « Attirer les talents, c’est un sujet pour toutes les typologies de population, qu’il s’agisse d’intérimaires, de salariés en CDD ou en CDI. Nous parlons tous de marque employeur et, sur ce point, il faut être certes créatifs mais aussi authentiques.

 »Lorsque l’entreprise idéalise son discours, les candidats s’en aperçoivent. Le pouvoir s’est déplacé dans les échanges entre l’entreprise et les candidats. Pour attirer, il faut se repositionner et faire un diagnostic culturel de l’entreprise. Nous avons fait ce travail avec des étudiants de master de l’IAE, en 2019. Cela évite les fausses promesses aux candidats.« 

 »C’est la première fois, en trente ans, que nous nous projetons à cinq ans. Nous nous projetions sur un an auparavant. Nous avons souhaité donner aux collaborateurs beaucoup plus de visibilité, ce qu’ils nous demandaient depuis 2018.« 

 »Lors de ma prise de fonction en début d’année 2022, j’ai fait le tour de toutes les équipes avec le P-DG pour présenter notre projet. Nous avons travaillé sur la fidélisation en parallèle. Cela nécessite du temps.« 

 »Nous avons décidé d’organiser une journée éco-citoyenne à l’échelle du groupe, réunissant nos clients, nos intérimaires et nos collaborateurs. Nous sentons que c’est un réel levier d’engagement.« 

Eric Bigot, Baccarat :  »Former les managers à un nouveau paradigme« 

Éric Bigot. - © D.R.
Éric Bigot. - © D.R.

 »Nous nous sommes concentrés sur la formation des managers à l’agilité depuis 2021. Nous accueillons de plus en plus de jeunes des nouvelles générations, qui ne réagissent pas comme les jeunes d’il y a vingt ou trente ans. Ils ont besoin de sens.« 

 »Il faut donc que nos managers changent de paradigme et soient plus à l’écoute. Les gens ont droit à l’erreur, cela fait partie de l’apprentissage".

Adaptation d’un article de News Tank RH publié le 07/06/2022. Retrouvez la couverture de la quasi-intégralité des keynotes et ateliers de l’Université ANDRH 2022 sur News Tank RH. Demandez une offre d’accès Découverte.

Transférer cet article à un(e) ami(e)