Recrutement
&
talents

Vidéo - Quel sera le management de demain ?

Le | Marque employeur

Alors que les entreprises s’internationalisent et que les outils de travail deviennent nomades, le club DéciDRH s’est récemment attaché à réunir, à Paris, une centaine de décideurs de la fonction RH autour de la thématique des modes d’organisation et du management de demain

Tournée vers le futur, cette journée d’échanges a, une fois encore, tenu toutes ses promesses.

C’est un voyage dans le futur que le club DéciDRH a proposé, le jeudi 10 avril dernier, aux professionnels des ressources humaines. A l’occasion d’un colloque qui s’est tenu à Paris, 110 décideurs RH ont échangé sur les nouveaux modes d’organisation et de management et l’impact qu’ils pourraient avoir sur leur fonction. Même si les séances plénières, les ateliers et les tables-rondes se sont enchaînées à la vitesse de l’éclair, les participants se sont accordés sur une chose : la journée a été riche en enseignements. « La qualité des intervenants a été à la hauteur de mes attentes. Le géographe Eric Julien a notamment dressé un parallèle intéressant entre notre monde occidental moderne et la tribu des Kogis. J’ai compris qu’il ne fallait pas réinventer le monde mais être à l’écoute des évolutions et que les RH avaient leur rôle à jouer dans l’organisation du travail de demain », commente Nathalie Liebert, DRH de WWR International. L’intervention d’Eric Julien sur les pratiques de la tribu indienne a également marqué Christophe Leparq, fondateur du club. « Son invitation à revenir aux fondamentaux a été inspirante et doit nous encourager à mener une réflexion sur notre communication et notre management. Déjà adopté par certaines organisations sensibles à la qualité de vie au travail, le management par projet, qui minimise les cloisons hiérarchiques et instaure un leader par projet, est une piste à exploiter », souligne-t-il.

Des restitutions d’ateliers enrichissantes

La restitution des workshops du matin a été un moment fort de la journée durant lequel les participants ont pu présenter, au reste de l’assemblée, les travaux qu’ils ont effectués quelques heures plus tôt. Les réseaux sociaux d’entreprises, qui instaurent le travail collaboratif, ont notamment été décryptés. « Même s’ils suscitent des craintes managériales, notamment une perte de pouvoir et l’éclatement des informations, nous pensons que leurs bénéfices business sont significatifs. Ils peuvent permettre aux entreprises de créer des communautés contribuant, par exemple, à casser les silos et à fédérer les équipes », explique Anne-Catherine Unger, en charge du programme bien-être au travail chez Atos. Dans la mesure où ils répondent aux nouveaux modes d’organisation, les bureaux de demain ont également été passés au crible. « En plus d’être des espaces de rencontres, ils devront été agiles, c’est-à-dire proposer des lieux, des outils et des postures s’adaptant aux activités et niveaux de concentration d’un collaborateur », souligne Flore Pradère, responsable de la recherche chez JLL. Pour Sabine Hagege, product manager chez Workday, les outils SIRH ont également leur rôle à jouer dans l’évolution des organisations. « A condition qu’ils soient flexibles, mobiles, dotés d’une interface intuitive rappelant celles de Facebook ou Linkedin et qu’ils soient pris en main par les managers afin de libérer la DRH », conclut-elle.

Aurélie Tachot & Sophie Tesson

Transférer cet article à un(e) ami(e)