Recrutement
&
talents

Recrutement programmatique : 4 raisons d’activer ce levier

Le | Site emploi généraliste

Le recrutement programmatique permet de repérer le comportement des candidats sur le Web et de cibler les espaces publicitaires les plus adaptés pour attirer son attention. Pourquoi y prêter une attention particulière, selon Golden Bees spécialisé dans ce domaine ?

Recrutement programmatique : 4 raisons d’activer ce levier
Recrutement programmatique : 4 raisons d’activer ce levier

1. Optimiser les coûts du recrutement

« Le recrutement programmatique permet d’avoir plus de CV, plus qualifiés, plus rapidement et donc de faire baisser ses coûts par recrutement en ciblant directement les candidats les plus adaptés aux postes recherchés », explique Jonathan Bordereau, cofondateur de Golden Bees, plateforme de recrutement programmatique.
Son principe ? « Grâce à des outils de tracking sophistiqués associés à de l’intelligence artificielle, il est possible d’afficher à un internaute une offre d’emploi qui lui correspond par le biais de systèmes de publicité ciblée et intelligente, achetée aux enchères en temps réels », précise-t-il.
Le recruteur touche ainsi en un temps record un maximum de candidats qualifiés et réduit les délais de recrutement. Autre atout : chaque campagne de recrutement programmatique est mesurable afin d’en déterminer les performances et de l’affiner si besoin. 

2. Capter des candidats cachés

Certains profils plus rares et pénuriques préfèrent ne pas s’afficher sur les réseaux sociaux professionnels ou s’inscrire sur des CVthèques par crainte d’être trop sollicités par les chasseurs de tête.
« En s’appuyant sur le Big Data qui permet de repérer sur le Web les comportements de navigation des internautes, les sites visités, leurs recherches, les horaires de connexion et leurs centres d’intérêts, il est possible de capter l’attention d’un candidat passif »,
déclare Jonathan Bordereau.
Le recrutement programmatique permet d’aller chercher directement ces candidats non visibles là où ils se trouvent et ainsi d’ouvrir son sourcing à des médias qui se situent en dehors de l’écosystème traditionnel du recrutement. 

3. Faciliter la mission du recruteur  

« Il existe, ne serait-ce que sur le marché français, une multitude de job boards généralistes et spécialisés permettant de mettre en relation les candidats et les entreprises, mais aucun d’entre eux ne permet de connecter tous les candidats à l’instant T », souligne Jonathan Bordereau.
Le recrutement programmatique permet non seulement de toucher les candidats actifs, en recherche, mais également les candidats passifs, et ce, à travers tout Internet, tout en automatisant les actions d’achat d’espaces publicitaires.
« Grâce à la technologie du deep learning, nous sommes en mesure d’analyser et d’extraire, à partir d’une annonce, les hard skills d’un poste et de savoir instantanément par rapport au type de candidat visé comment, à quelle heure et où aller le chercher. Le recruteur gagne ainsi un temps considérable sur les premières étapes du sourcing extrêmement chronophages », met en avant le cofondateur de Golden Bees. 

4. Valoriser la marque employeur

Outre l’acquisition de candidatures qualifiées, la publicité programmatique permet de mettre en avant sa marque employeur auprès d’une audience ciblée : localisation, poste occupé, catégorie professionnelle, centres d’intérêts, séniorité…
« Une telle stratégie offre la possibilité à l’entreprise de véhiculer des messages pour mettre en avant son ADN, ses valeurs et sa culture », observe Jonathan Bordereau. L’objectif ? Créer du lien avec des profils qualifiés avant même qu’ils ne soient à l’écoute du marché afin de les inciter à revenir vers l’entreprise le jour où ils seront ouverts à de nouvelles opportunités professionnelles.
Vidéos d’entreprise, bannières animées,  livres blancs, actualités … autant de formats et de contenus variés, qui pourront être associés à du retargeting, pour donner de la visibilité à l’entreprise et ainsi susciter la curiosité d’un potentiel futur candidat.

Par Stéphanie Marpinard

Transférer cet article à un(e) ami(e)