Recrutement
&
talents

Résultats du Groupe HelloWork : une "accélération constante ressentie en 2021"

Par Philippe Guerrier | Le | Site emploi généraliste

Avec 71 millions d’euros de commandes en 2021, HelloWork affiche une belle croissance (+39 %). Le bilan 2021 et les perspectives 2022 avec Jérôme Armbruster et François Leverger, les deux principaux dirigeants du groupe qui édite le moteur d’emploi RegionsJob.

Jérôme Armbruster et François Leverger, président et directeur général de HelloWork - ©  Laurent Guizard
Jérôme Armbruster et François Leverger, président et directeur général de HelloWork - ©  Laurent Guizard

Au-delà des turpitudes de la crise Covid-19, le groupe HelloWork est reparti à l’offensive en 2021 en affichant une croissance remarquable de 39 %, représentant 71 millions d’euros de commandes.

Filiale du groupe Télégramme, le groupe, qui gère des services de mises en relations pour trouver un emploi (via RegionsJob.com) ou une formation (via Maformation.fr), a « ressenti une accélération constante de notre activité sur l’année 2021 » selon François Leverger, Directeur général de HelloWork.

« Contrairement à l’année 2020 , nous n’avons pas observé d’arrêt brutal sur une période donnée, notamment en fonction des périodes de confinement », poursuit-il.

Une belle progression homogène dans les segments HR investis

« Cette très belle croissance pour 2021 est complètement alignée sur l’ensemble de nos activités : emploi, formation et métamoteur », indique Jérôme Armbruster, Président du groupe HelloWork.

Dans les détails par activité, HelloWork a réalisé :

• 50 millions d’euros de commandes sur la partie emploi (+30 %), grâce au portail RegionsJob et aux solutions HR Tech,

• 16 millions d’euros sur le partie formation (+40 %) grâce à Maformation.fr,

• 4 millions d’euros sur la partie métamoteur (+50 %) avec Jobijoba également installé au Royaume-Uni et en Allemagne,

• le reliquat a été généré par Le Blog du Modérateur.

Jérôme Armbruster poursuit son analyse :

  • « La croissance est homogène à la fois entre nos trois principales activités mais aussi nos activités historiques par rapport à celles dont nous avons fait l’acquisition au cours de ces trois dernières années : Jobijoba, Diplomeo, Seekube . Cela nous a étonnés car nous sortions d’une période d’incertitude avec la crise du Covid-19. Le marché du recrutement s’est révélé particulièrement dynamique. »
  • « Outre la croissance de notre activité, nous avons également une croissance importante du nombre de mises en relations réalisées entre candidats et recruteurs : 47 millions soit une hausse de 40 % par rapport à 2020. Le choix parmi les postes à pourvoir est beaucoup plus large que les années précédentes pour les candidats et HelloWork a la capacité de proposer un choix de plus en plus pertinent. »

Le marché de l’emploi restera dynamique en 2022, selon HelloWork

« Le positionnement du groupe HelloWork permet de répondre à toutes les attentes, que ce soit du côté de la recherche d’emploi ou de formation, que du côté des entreprises pour le recrutement.

  • Entre 2020 et 2021, le nombre d’offres d’emploi diffusées sur nos plateformes a augmenté de 93 %, soit 3,7 millions d’offres.
  • Chaque jour, 4400 contrats de travail sont signés par grâce à nos plateformes. Nous étions à la moitié mi-2020.
  • Nous avons aussi augmenté de 40 % le nombre d’entreprises qui utilisent nos plateformes pour la promotion de leurs offres d’emploi, toutes tailles confondues », détaille François Leverger.

« Nous pensons que le marché de l’emploi va rester extrêmement dynamique en 2022. Courant 2021, nous avons observé un effet de rattrapage et des plans de relance d’activité des entreprises qui ont confiance dans l’avenir », déclare François Leverger

« Au-delà de la crise sanitaire qui dure, il ne faut pas négliger la crise structurelle de démographie avec moins de ressources humaines disponibles sur le marché du travail qui va rester sous tension car il faut attirer les candidats adéquats et en nombre. »

Audience Internet des job boards : « RegionsJob se démarque bien »

• En termes d’audience Internet, RegionsJob, le principal moteur d’emploi du groupe HelloWork, affiche 2,89 millions de visiteurs uniques en novembre 2021, contre 2,74 millions de VU en avril 2021. Il arrive en troisième position dans le classement Médiamétrie//NetRatings de novembre 2021 (« Internet global ») relatif à l’audience des sites emploi/carrière. 
• « Nous souhaitions accélérer nos investissements en 2018 pour devenir le premier acteur français en termes de trafic Internet et de capacités à toucher les talents face à Pôle emploi et l’américain Indeed. C’est un challenge que nous allons poursuivre. Dans le dernier classement Médiamétrie, RegionsJob se démarque bien dans le top 10. Et il faut rajouter l’audience de Jobijoba et les autres activités connexes de l’emploi du groupe HelloWork », déclare Jérôme Armbruster.

Stratégie : « Nous allons avancer dans le prochain cycle d’investissement » 

Il faut également réfléchir aux développements à moyen terme.

« Nous allons poursuivre des opérations de croissance externe en 2022 sur le coeur de nos métiers : l’accès à l’emploi et à la formation, sur un marché de plus en plus segmenté. Une opération bouclée par an est un rythme qui nous convient bien », déclarent Jérôme Armbruster et François Leverger.

« Nous regardons des développements en Espagne en 2022 autour de Jobijoba et de la formation. Nous arrivons au bout de notre plan d’investissement de 30 millions d’euros initié en 2018 . Nous voyons que cela porte ses fruits. En 2022, nous allons réfléchir pour savoir quelle puissance d’investissement mettre en place pour le développement de HelloWork et avancer dans le prochain cycle », détaille Jérôme Armbruster.

Concernant l’évolution des solutions de la partie emploi, les deux dirigeants du groupe HelloWork précisent : « Nous allons davantage travailler sur la transparence à deux niveaux pour que le candidat dispose de tous les éléments pour bien choisir : l’information autour d’un poste (rémunération, possibilité de télétravail, image de l’entreprise…) et la candidature (suivi du statut de candidature tout au long du process de recrutement). »

« Nous pensons que le monde de l’emploi et de la formation n’a pas su suivre l’évolution du digital. L’expérience client rencontré ne correspond plus aux attentes des candidats. Il faut que les démarches soient plus transparentes et plus simples, comme on peut le constater dans les achats e-commerce ou les réservations de trajet dans les transports par exemple. Il faut disposer de tous les éléments pour que le candidat choisisse mieux ses postes et que l’entreprise recrute mieux », déclare François Leverger.

Société du Groupe Télégramme, HelloWork compte aujourd’hui 400 collaborateurs dont : 

• 240 à Rennes,

• 110 à Paris,

• 30 à Bordeaux.

Le groupe prévoit 100 recrutements pour parvenir à un effectif de 500 personnes d’ici fin 2022.

Transférer cet article à un(e) ami(e)