Recrutement
&
talents

Site d’emploi : HelloWork devient une marque en se substituant au réseau RegionsJob

Le | Site emploi généraliste

« Nous sommes passés de 11 sites à une seule plateforme : HelloWork », explique François Leverger, Directeur général du groupe HelloWork. L’approche régionale via RegionsJob « n’est plus d’actualité » pour faire face à la concurrence internationale.

François Leverger et David Beaurepaire (groupe HelloWork) : Fini RegionsJob, place à HelloWork - © D.R.
François Leverger et David Beaurepaire (groupe HelloWork) : Fini RegionsJob, place à HelloWork - © D.R.

Les implications de cette transformation sont importantes pour le groupe HelloWork qui fusionne ses huit sites d’emploi locaux de sa sphère RegionsJob (et au-delà) en une seule et unique plateforme sous la marque commerciale HelloWork

Une transformation qui concerne :

  • Ouestjob,
  • RhônealpesJob,
  • Centrejob,
  • Estjob,
  • SudouestJob,
  • Parisjob,
  • Pacajob,
  • Nordjob,
  • mais aussi les sites Cadreo et Regionsjob Interim.

Les enjeux sont aussi importants en termes d’audience Internet. Actuellement, RegionsJob apparaît comme le troisième site d’emploi avec 2,5 millions de visiteurs uniques par mois (pointage février 2022, source Médiamétrie//NetRatings, audience Internet global), derrière Indeed (6,2 millions de visiteurs uniques) et Pôle emploi (8,5 millions). 

Nécessité de passer un cap face à la concurrence

David Beaurepaire - © D.R.
David Beaurepaire - © D.R.

« Le fait d’avoir de trop nombreuses marques créait un plafond de verre sur la notion de notoriété », explique David Beaurepaire, Directeur délégué du groupe HelloWork, lors d’une conférence virtuelle organisée le 10 mai. 

« À Marseille, nous étions connus sous le nom Pacajob, à Bordeaux sur Ouestjob. Nous n’arrivions pas à capitaliser sur une marque unique. Il était nécessaire pour nous pour passer un cap vis-à-vis de nos principaux concurrents qui sont des acteurs américains. Avoir une marque unique sur l’ensemble du territoire français nous permet de pouvoir communiquer sur celle-ci et qu’elle soit connue de tous, quelle que soit la région ou quel que soit son métier. »

« Le changement de nom n’implique pas de changement car l’ensemble des données restent en France et les espaces restent les mêmes. La plateforme va s’enrichir de nouveaux services qui permettront d’appréhender les salaires proposés et les process de candidature avec plus de transparence. »

HelloWork reste près des recruteurs régionaux

François Leverger - © D.R.
François Leverger - © D.R.

  « Notre approche via Régions Job correspondait à un besoin qui n’est plus d’actualité », évoque de son côté François Leverger, Directeur général du groupe HelloWork.

« La porte d’entrée reste régionale mais il faut :

  • parler de l’expérience,
  • montrer tous les postes qui peuvent intéresser,
  • mieux comprendre ce que le candidat rechercher en ayant  toutes les informations pour bien choisir,
  • pouvoir candidater facilement,
  • avoir la garantie d’un suivi de la candidature. »

« D’un point de vue régional, nos équipes restent proches des recruteurs. Mais pour les candidats, ce qui a change, c’est que l’accès à cette information n’est plus comme celle d’il y a 10 ans, soit en 2002. Nous n’avons pas du tout perdu notre ancrage régional », poursuit-il. 

« Notre enjeu est de bien comprendre quand un candidat cherche et très vite adapter le contenu. Nous avons une plateforme unique mais celle-ci s’adapte en temps réel au candidat en détectant ce qu’il rechercher et en lui envoyant une notification dès qu’un nouveau poste peut lui correspondre. »

Avec l’arrivée de cette plateforme unique, HelloWork considère qu’il renforce sa position d’acteur français de premier plan dans la catégorie des sites d’emploi avec : 

  • 500 000 offres d’emploi accessibles chaque mois,
  • 5 millions de visiteurs mensuels,
  • 2,5 millions de candidatures reçues chaque mois par les recruteurs qui utilisent ses services,
  • 4400 personnes recrutées chaque jour avec l’appui de la plateforme.

(Article adapté de News Tank RH et diffusé le 10 mai 2022)

Hello Work : déjà pris au Japon

Merci à Agnès Redon, Rédactrice en chef de CSE Matin, de nous avoir signalé que Hello Work est l'équivalent de Pôle emploi…au Japon avec un réseau de plusieurs centaines d’agences locales pour la recherche de jobs et l’accompagnement des demandeurs d’emploi qui est exploité sous la tutelle du ministère de la Santé, du Travail et de l’Aide sociale (Ministry of Health, Labour and Welfare).
On peut retrouver le site officiel ici : https://www.hellowork.mhlw.go.jp/ (en japonais bien sûr).

Transférer cet article à un(e) ami(e)