Recrutement
&
talents

Recherchez un freelance dans la tech : Freeland acquiert Codeur.com

Par Philippe Guerrier | le | Site emploi spécialisé

Freeland, qui exploite une plateforme de mises en relation freelances-entreprises, a racheté Codeur.com et sa communauté de travailleurs indépendants dans la Tech. Le point avec le président Patrick Levy-Waitz.

Hubert Camus et Patrick Levy-Waitz (Freeland) entourent Serge Roukine (Codeur.com) - © D.R.
Hubert Camus et Patrick Levy-Waitz (Freeland) entourent Serge Roukine (Codeur.com) - © D.R.

C’est l’effervescence dans la sphère des marketplaces pour freelances. Début juin, Freeland, qui  a développé une plateforme de mises en relation freelances-entreprises avec un bouquet de services connexes professionnels (historiquement le portage salarial), a acquis Codeur.com dédié à une communauté de travailleurs indépendants dans le secteur des technologies.

« L’acquisition du groupe Codeur.com est une étape importante car l’entreprise dispose d’un important savoir-faire en matière de digital, renforcé par des services connexes (graphiste.com, redacteur.com, traduc.com…) », déclare Patrick Levy-Waitz, Président de Freeland (également président de l’association France Tiers-Lieux). 

La combinaison Freeland - Codeur.com a vocation à générer un CA global d’1 milliard d’euros d’ici 2027 (400 millions d’euros attendus en 2022, dont 40 millions en provenance de Codeur.com).

Freeland dispose d’une base de données de 375 000 profils de freelances, dont 250 000 issus de Codeur.com. Les 3/4 d’entre eux ont adopté le portage salarial et 1/4 utilisent le statut d’auto-entrepreneur.

« Nous sommes une société rentable qui dispose d’une capacité d’auto-investissement. Nous avons des objectifs de développement en Europe sous l’angle de la complémentarité des métiers et des offres. C’est une activité qui s’appuie uniquement sur des acteurs installés sur des marchés locaux », déclare Patrick Levy-Waitz.

Un bouquet de services derrière la marque ombrelle Freeland 

« Freeland, c’est un regroupement de plusieurs entreprises d’activité de services de freelancing constitué sur une quinzaine d’années, avec ITG comme service historique, spécialisé dans le portage salarial. Nous développons les services à partir d’infrastructures technologiques importantes pour mutualiser et simplifier leurs accès », déclare Patrick Levy-Waitz.

« Jusqu’ici, nous ne communiquions que sur les briques. Mais, avec la “plateformisation” du bouquet de services déployé depuis 2015, nous allons parler maintenant de cette marque ombrelle Freeland, tout en conservant l’identité et la singularité de nos services. »

10 millions d’euros investis dans l’automatisation des process

Freeland prend en charge trois volets dans la relation freelance - entreprise : 

• Identification des compétences recherchées,
Accompagnement des freelances face aux risques de non-conformité pour les entreprises : choix du statut entre le portage salarial et l’auto-entrepreneuriat, rémunération, conseils juridiques et financiers, apport de missions, bureaux virtuels, assurances, formation, sécurisation du paiement, recouvrement.
Automatisation des tâches. 10 millions d’euros ont été investis pour développer la plateforme numérique.

En 2021, Freeland compte 200 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 310 millions d’euros dont : 

  • 62 % réalisés dans les activités de services destinés aux entreprises (2.400 clients) : recrutement, compliance, onboarding et gestion administrative. « Nous travaillons en liaison avec 37 sociétés du CAC 40 et 70 % des entreprises du SBF 120 », déclare Patrick Levy-Waitz. 
  • 38 % réalisés à partir des services proposés à une base de clients de 10 000 freelances.

Historique et écosystème des services Freeland - © D.R.
Historique et écosystème des services Freeland - © D.R.

Le SEO, point fort de Codeur.com

Fondé en 2006 par Serge Roukine depuis La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie), Codeur.com a développé une plateforme de mise en relation entre les freelances (250 000 aux profils de développeurs IT, experts UX/UI, designers, chefs de projet web…) et les entreprises pour des prestations de services informatiques et numériques.

Codeur.com a mis sur place un système d’abonnement mensuel ou annuel pour les freelances. Les tarifs varient en fonction du nombre de clients à contacter et des fonctionnalités mises à disposition. 

« En termes de SEO et SEA sur le moteur Google avec des mots-clés généralistes comme “codeur”, “rédacteur” ou “graphiste” , nous alimentons un écosystème puissant qui apporte de l’information sur le statut de freelance et qui permet d’attirer vers nous des travailleurs qui veulent bénéficier de nos services », déclare Patrick Levy-Waitz. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)