Sirh

LumApps lève 70 millions de dollars : « La gestion collaborative et transversale des données »

Par Philippe Guerrier | le | Gestion des talents

Fournisseur d’une plateforme collaborative dans le cloud, LumApps accélère son développement dans le monde. Comment son CEO Sébastien Ricard aborde l’hyper-croissance ?

LumApps lève 70 millions de dollars : « La gestion collaborative et transversale des données »
LumApps lève 70 millions de dollars : « La gestion collaborative et transversale des données »

LumApps sort du guet dans la RH Tech en bouclant une levée de fonds de 70 millions de dollars (63,1 millions d’euros) auprès de Goldman Sachs, Bpifrance, Idinvest Partners, Iris Capital et Famille C (Courtin-Clarins).
Cette société technologique lyonnaise a développé une plateforme collaborative pour les salariés en entreprise, qui se présente sous la forme d’un espace de travail accessible dans le cloud (mode SaaS). « Un cockpit pour faciliter la collaboration en entreprise », comme le suggère Sébastien Ricard, CEO de LumApps, qui évoque aussi des éventuelles fusions et acquisitions. LumApps revendique une centaine d’entreprises clientes, dont Airbus, Colgate-Palmolive, Motorola, Logitech, Valeo, Japan Airlines et Google Cloud. La société travaille à la fois avec G Suite (Google) et Office 365 (Microsoft) pour enrichir la dimension collaborative.
Dans un entretien, Sébastien Ricard fournit de précisions sur la vision de LumApps dans la sphère de la collaboration dans l’entreprise et ses priorités de développpement de la société qu’il a co-fondée en 2012 avec trois autres associés : Elie Mélois (CTO), Lionel Grivel (COO) et Olivier Chanou (CMO).
En mode hyper-croissance, la société a atteint un chiffre d’affaires de 8,3 millions d’euros en 2018 et dispose d’un effectif global de 210 personnes entre Lyon, Paris, San Francisco, New York, Londres et Tokyo. Une centaine de postes devraient être créés en France d’ici la fin de l’année.

Quelles sont les priorités de développements fixées pour LumApps ?

Nous affichons 100 % de croissance depuis 2017 avec un développement sur trois continents : Etats-Unis, Europe et Japon (zone Pacifique plus largement). Notre objectif en 2021 est de parvenir au statut de licorne (valorisation en vue d’un milliard de dollars de la société). Nous avons l’intention d’ouvrir trois nouveaux bureaux à Singapour, Toronto et un quatrième aux Etats-Unis. Le succès rencontré au Japon depuis notre arrivée sur ce marché début 2018 (80 employés, 40 références clients, partenariats stratégiques comme SoftBank) va nous permettre de couvrir globalement la zone asiatique, notamment en passant par l’Australie.  Pour soutenir cette hyper-croissance, nous devons renforcer notre produit et nos développement sur l’intelligence artificielle (comme le machine learning). Nous approfondissons le lien entre le talent et la donnée propre à l’employé de façon à lui fournir un cockpit pour communiquer et collaborer au sein de son organisation. Dans notre prospection commerciale, nous visons principalement les responsables aux profils de directeur de communication (Head of Communication) ou de directeur de la stratégie digitale (Chief Digital Officer ou CDO).

Comment vous différenciez-vous par rapport à d’autres outils collaboratifs comme Slack ?

Sur le marché, il existe des solutions communautaires et sociales, des solutions d’intranet ou de business applications. En revanche, il n’existe pas de plateforme qui combine ces trois mondes. C’est cette vision 360 que LumApps a adoptée en exploitant les données sociales, documentaires et applicatives. La concurrence est très fragmentée par région. Slack ne fait que de la communication instantanée et du communautaire. Idem pour Workplace by Facebook. De son côté, Microsoft SharePoint ne fait que de l’Internet documentaire. L’entre-deux entre un Microsoft SharePoint ou un Microsoft Teams et un Slack, c’est LumApps. D’ailleurs, Microsoft Teams est un grand partenaire pour LumApps car nous faisons la jonction avec Microsoft SharePoint. Nous sommes à l’intersection des deux mondes pour « désiloter » l’information. Prenons le cas de notre client Japan Airlines et les 50 000 collaborateurs de la compagnie aérienne. Nous sommes en mesure de relier l’effectif dans les aéroports, le personnel embarqué et les équipes localisées au siège social. Plus près de nous, nous favorisons également la communication des employés de filiales de groupes comme Valeo ou Airbus. Nous avons aussi des clients mid-market comme Just Eat au Royaume-Uni.

LumApps se déclare prêt à des fusions ou à des acquisitions. Dans quel sens vous orientez-vous ?

Nous voulons avancer sur l’intégration dans les applications métiers à travers des API (connecteurs logiciels). Nous avons beaucoup travaillé sur le volet du smart assistant et la jonction entre l’intelligence artificielle, les données et les talents. Les acquisitions seront ciblées sur des verticales métiers pour que les employés accèdent à leurs applications métiers directement à partir de l’environnement LumApps. Comme Salesforce pour la gestion de la relation client ou Workday pour la gestion de la finance ou des ressources humaines.

Transférer cet article à un(e) ami(e)