Qvt

Gestion RH & Covid-19 : Google et Facebook s’alignent en mode « Vaccination First »

Le | Bien-être au travail

Pour envisager une échéance raisonnable de retour sur leurs campus, les grands groupes technologiques américains prennent position en faveur de la vaccination des employés.

Covid-19 : Google et Facebook incitent à la vaccination, Apple devrait suivre - © D.R.
Covid-19 : Google et Facebook incitent à la vaccination, Apple devrait suivre - © D.R.

Comment faire revenir ses collaborateurs au bureau ? Les géants du numérique comme Google, Facebook ou Apple se posent aussi la question.

Elle redevient complexe avec l’essor du variant Delta dans différentes plaques géographiques, y compris les Etats-Unis.

Les avis sont tranchés selon les premières déclarations émanant des directions des groupes technologiques concernés : « Vaccination First ».

Covid-19 : Google pousse vraiment à la vaccination

« Ceux souhaitant revenir sur site devront être vaccinés », souligne Sundar Pichai, CEO de Google, dans un e-mail envoyé aux salariés du groupe et publié dans une contribution blog officielle en date du 28 juillet.

  • La mesure sera mise en œuvre « dans les prochaines semaines aux États-Unis » et sera étendue à d’autres régions du monde « dans les mois à venir ». Elle sera adaptée aux conditions et à la législation en vigueur localement.
  • L’obligation s’appliquera seulement si les vaccins sont « largement disponibles » dans la zone concernée.
  • D’autre part, le groupe prévoit de mettre en place un processus d’exemption pour les salariés qui ne pourraient pas se faire vacciner pour des raisons médicales ou religieuses.

Télétravail : de nouvelles consignes chez Google

D’autre part, le PDG de Google annonce dans son e-mail « l’extension de la politique de télétravail volontaire du groupe jusqu’au 18 octobre 2021 ». Son terme était jusque-là prévu au 1er septembre 2021.

Google explique cette décision par « l’observation des pics infectieux causés par le variant Delta dans différentes zones ». Le groupe annoncera la reprise du travail sur site « 30 jours avant son entrée en vigueur ». 

Le groupe prévoyait, dans une communication du mois de mai 2021, une reprise au format hybride avec :
• 60 % des salariés présents sur site trois jours par semaine,
• 20 % installés trois jours sur cinq dans de nouveaux bureaux,
• 20 % en télétravail.

Les salariés ayant des « circonstances particulières » connaîtront bientôt les modalités pour demander un placement en télétravail jusqu’à la fin de l’année 2021.

Facebook : priorité à la vaccination avec peu de concessions

De son côté, Facebook annonce des mesures similaires aux États-Unis via une déclaration de Lori Goler, Vice President of Human Resources and Recruiting, relayée par la chaîne d’information américaine CNBC.

“Dès l’ouverture de nos campus et de nos bureaux aux Etats-Unis, nous demanderons à ceux qui comptent s’y déplacer de faire l’objet d’une vaccination”, déclare la DRH principale de Facebook.  « L’application de cette consigne dépendra du contexte locale et du cadre juridique. »

Tout comme Google, Facebook édictera des mesures pour ceux qui ne peuvent être vaccinés. Des dispositions seront également mis en place pour les branches à l’international. 

Là aussi, le groupe de Marc Zuckerberg maintient une grande souplesse au recours au télétravail. Cela ne pose pas de soucis pour les collaborateurs en mesure de réaliser leurs jobs à distance.

Apple : le retour au bureau est décalé

Difficile de connaître en l'état actuel la position d'Apple sur l’incitation à la vaccination. Mais le groupe de Tim Cook a fait savoir qu’il décalait un retour au bureau dans une configuration hybride.

Initialement, les collaborateurs du groupe étaient conviés à revenir trois jours par semaine dans les campus et bureaux du groupe à partir de septembre. Le projet est repoussé d’un mois…au moins.

Vaccination : l’administration fédérale veille au respect de la loi

• L’Agence fédérale américaine en charge du respect des lois contre la discrimination au travail (EEOC) précise que la loi n’interdit pas la mise en place d’une telle obligation « tant que les dispositions de différents textes de loi sont respectées et que l’exception médicale ou encore religieuse est respectée ».
• L’agence indique par ailleurs que « des groupes démographiques ou des individus peuvent être soumis à des obstacles plus conséquents à la vaccination ». L’obligation peut ainsi « desservir certains employés ».

(Illustration photomontage : Alexandra Nuiry)

Transférer cet article à un(e) ami(e)