Qvt

Crise et industrie : « Des règles pour protéger les salariés au travail : c’est la priorité »

Par Philippe Guerrier | le | Motivation & engagement

Le Président de la République Emmanuel Macron a fixé le 11 mai comme date-clé pour envisager la sortie progressive du confinement. Quelle implication pour la vie économique ?

Emmanuel Macron : crise et redémarrage industriel
Emmanuel Macron : crise et redémarrage industriel

Le 11 mai, nouveau jour de libération ? C’est la date retenue par le Président de la République Emmanuel Macron pour sortir du confinement de manière progressive. Elle sert de point de repère mais tout dépend de l’évolution de la bataille menée sur le front sanitaire contre le coronavirus.

Tenir le cap du confinement

« Le confinement le plus strict doit se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai. C’est durant cette période, le seul moyen d’agir efficacement », a déclaré Emmanuel Macron, lors de son allocution télévisée à 20 heures le 13 avril 2020. « Durant cette phase de confinement (…), certaines activités sont interdites car incompatibles avec les règles sanitaires. Pour tous les autres secteurs économiques, quand la sécurité des travailleurs et des entrepreneurs est bien garantie, ils doivent pouvoir produire et ils l’ont largement fait depuis maintenant un mois », a indiqué le Chef de l’Etat. 

« Pour tous ceux qui doivent-être aidés durant cette période, les mesures de chômage partielles pour les salariés et de financement pour les entreprises, seront prolongées et renforcées. Elles sont inédites et protèges d’ores et déjà plus de 8 millions de nos salariés et nombre de nos entreprises », a indiqué Emmanuel Macron dans son discours. 

« Pour les artisans, les commerçants, les professions libérales et les entrepreneurs, le fonds de solidarité apporte une première réponse mais je sais votre angoisse, je l’ai entendu, je l’ai lu : les charges qui continuent de tomber, les traites, les loyers, les emprunts, c’est pourquoi j’ai demandé au gouvernement d’accroître fortement les aides, de les simplifier, pour vous permettre de surmonter cette période. Je souhaite que les banques puissent décaler toutes les échéances beaucoup plus massivement qu’elles ne l’ont fait et les assurances doivent être au rendez-vous de cette mobilisation économique. J’y serai attentif. »

« Il y a donc un travail dans les prochains jours à poursuivre pour vous consolider économiquement dans cette période. Rapidement, un plan spécifique sera mis en œuvre pour les secteurs qui, comme le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, la culture et l’événementiel, seront durablement affectés. Des annulations de charges et des aides spécifiques seront mises en place. »

« Dès mercredi [15 avril], le Conseil des ministres décidera des moyens financiers nouveaux et le Gouvernement apportera toutes les réponses nécessaires à chaque fois qu’il le faudra. » 

« Redémarrer notre industrie »

Cette échéance du 11 mai, le gouvernement commence à en esquisser les contours avec « une organisation nouvelle ».

« Le Gouvernement préparera sans délai ces réouvertures avec les partenaires sociaux pour que des règles soient établies afin de protéger les salariés au travail. C’est la priorité », a évoqué le Président de la République. 

« Le gouvernement présentera d’ici quinze jours, sur la base de ces principes, le plan de l’après - 11 mai et les détails d’organisation de notre vie quotidienne. Des points de rendez-vous réguliers se tiendront pour que nous puissions adapter les mesures prises et ensemble décider d’ajuster les choses. »

« Pour accompagner cette phase [de redémarrage], plusieurs innovations feront l’objet de travaux avec certains de nos partenaires européens comme une application numérique dédiée qui, sur la base du volontariat et de l’anonymat, permettra de savoir si oui ou non, l’on s’est trouvé en contact avec une personne contaminée. »

« Notre pays investira encore plus massivement dans la recherche et je porterai dans les prochains jours une initiative avec nombre de nos partenaires en votre nom pour accélérer les travaux en cours. »

Esquisse du « monde d’après »

Emmanuel Macron a également émis des réflexions sur « le monde d’après » en émettant plusieurs pistes :

  • « rebâtir notre économie plus forte afin de produire et redonner plein espoir à nos salariés, nos entrepreneurs, garder notre indépendance financière » ; 
  • « rebâtir une indépendance agricole, sanitaire, industrielle et technologique française et plus d’autonomie stratégique pour notre Europe. Cela passera par un plan massif pour notre santé, notre recherche, nos aînés, entre autres » ;
  • « bâtir une stratégie où nous retrouverons le temps long, la possibilité de planifier, la sobriété carbone, la prévention, la résilience qui seules peuvent permettre de faire face aux crises à venir. »

Crise : le récap’ de la vie économique

Au lendemain de l’allocution du Président de la République [14 avril], des membres du gouvernement ont pris le relais en intervenant dans les médias pour faire le point sur la vie économique. 

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, a dressé un bilan chiffré des dispositifs de soutien mis en place par le Gouvernement :
• l’activité partielle concerne  « 8 millions de salariés pour un coût estimé à 24 milliards d’euros » ;
• Le Fonds de solidarité pour les TPE touche « 900 000 entreprises, qui y ont eu recours pour un budget qui passe de 1 à 7 milliards d’euros » ;
• des Prêts garantis par l'État ont été accordés aux entreprises à hauteur de « 10 milliards d’euros de crédits ».

De son côté, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a évoqué des perspectives budgétaires : 
• « Le déficit public va passer de -7,6 % à -9 % [du PIB] ;
• le niveau de dette publique va passer à 115 % du PIB très certainement ;
• la contraction du PIB est évaluée à -8 %. »

 

Transférer cet article à un(e) ami(e)