Recrutement
&
talents

Recrutement : comment SNCF Réseau veut attirer les jeunes sur fond de transformation RH

Par Philippe Guerrier | le | Marque employeur

Pour l’exploitation de son réseau ferroviaire, la SNCF recrute 2000 personnes, dont une moitié de profils techniques. Quelle est la stratégie adoptée par Georges Ichkanian, directeur des ressources humaines de SNCF Réseau ?

La transformation RH vue par Georges Ichkanian, DRH de SNCF Réseau
La transformation RH vue par Georges Ichkanian, DRH de SNCF Réseau

SNCF Réseau affiche un objectif proche de 2000 recrutements en 2020 pour répondre aux enjeux de charge de travail et de disponibilité de ressources.

La moitié des postes à pourvoir se concentre sur quatre métiers en tension au sein de la branche du groupe SNCF en charge de l’entretien, de la modernisation et de la sécurité de l’infrastructure ferroviaire :

  • électricien ;
  • mécanicien ;
  • technicien télécoms ;
  • aiguilleur du rail et toutes les professions associées à la circulation ferroviaire.

Ces recrutements de profils techniques concernent cinq régions :

  • Île-de-France ;
  • Hauts-de-France ;
  • Grand Est ;
  • Auvergne-Rhône-Alpes ;
  • Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Georges Ichkanian, directeur des ressources humaines de SNCF Réseau, précise la stratégie adoptée de recrutement sur fond de profonds changements pour moderniser l’approche RH, notamment en terme de formation.

Comment attirez-vous les recrues chez SNCF Réseau ? 

Nous pouvons souligner plus particulièrement trois avantages :

  • participer à des projets innovants avec des évolutions technologiques de nos systèmes ferroviaires ;
  • disposer d’une qualité de vie au travail éprouvée avec des ambiances d’équipes où l’on se sent bien ;
  • s’ouvrir à des parcours professionnels concrets, diversifiés, accompagnés par un effort de formation régulier et important.

Quels leviers de sourcing exploitez-vous pour le recrutement ? 

Nous recrutons pour la très grande majorité des emplois des contrats à durée indéterminée. Nous avons plusieurs leviers :

  • l’alternance avec des campagnes de communication régulières sur ce thème ;
  • du sourcing réalisé dans le cadre de partenariats établis avec de nombreuses écoles techniques du niveau bac à celui d’ingénieur mais aussi avec l’Armée et des entreprises qui peuvent être amenées à réduire leurs effectifs et donc à transférer des ressources ;
  • la réalisation de campagnes de recrutement en mode digital comme celle que nous menons actuellement sur des réseaux sociaux (cf encadré en bas de l’article)

Comment se présente votre projet de transformation en matière de formation ? 

Nous consacrons l’équivalent de 7 % de la masse salariale à la formation (50 % formation initiale et 50 % pour la formation en continu). En 2019, nous avons réalisé 2 millions d’heures de formation. Et au moins 70 % de nos effectifs à SNCF Réseau suit une formation par an.

Début 2022, deux nouveaux grands campus de formation situés à Bègles près de Bordeaux et Saint Priest près le Lyon vont être créés et un 3ème à Nanterre (Hauts-de-Seine) agrandi. Equipés des technologies de pointe, ils seront fondamentaux pour notre activité et disposeront d’une capacité d’accueil d’un millier de stagiaires par jour.

Il faut savoir qu’il n’existe pas de formations ferroviaires en France. Les candidats peuvent suivre des formations ad hoc qui peuvent s’échelonner de quatre mois à deux ans et demi selon les spécialités. 

Il faut ajouter l’intégration de méthodes pédagogiques innovantes qui font appel à l’intelligence artificielle, à la simulation (réalité virtuelle), aux cours en ligne (MOOC), aux communautés apprenantes.

Nous réalisons actuellement une refonte importante de nos cursus de formation initiales tant dans leurs contenus que dans les méthodes pédagogiques appliquées. Nous développons ainsi le temps consacré aux mises en pratique pour faciliter l’assimilation des contenus de formation et les formations en distanciel. Ce volet pourra représenter entre 15 à 30 % des futures formations. 

Dans quelle mesure avez-vous des enjeux de reconversion interne de collaborateurs ?

Nous développons une application numérique pour que chaque salarié dispose d’une vision des opportunités à saisir.

C’est un point que nous souhaitons développer concernant certains métiers pour lesquels les passerelles sont envisageables. Prenons l’exemple des métiers de la circulation ferroviaire. Nous travaillons sur la création de viviers d’aiguilleurs, d’agents de circulations, d’horairistes afin de permettre d’éventuelles reconversions.

Sur les métiers d’électriciens, une reconversion semble plus compliquée sauf si les personnes concernées disposent d’un bagage initial technique. Au-delà de ces programmes, nous avons à cœur d’accompagner le développement des compétences de nos collaborateurs (54 000 en tout).

Au sein de SNCF Réseau, nous avons enclenché la démarche « Compétences » qui permet de projeter l’évolution de nos métiers à cinq ans et d’identifier les compétences à faire évoluer, à renforcer ou à créer.

Nous ne pouvons pas parler de disparitions de métiers. Il faudra recruter davantage sur certains métiers et moins sur d’autres. Ces perspectives font évoluer le cahier des charges de nos formations.

Parallèlement, nous travaillons sur la réalisation d’une application numérique intitulée « Au fil des métiers, le parcours de chacun » permettant à chaque salarié de disposer d’une vision élargie des opportunités professionnelles à saisir au sein de SNCF Réseau.

Les canaux de communication retenus par SNCF Réseau

La campagne digitale de recrutement SNCR Réseau a démarré le 17 juin et s’achève le 8 juillet sur les réseaux sociaux :

• Facebook ;
• Instagram;
• Snapchat;
• LinkedIn ;
• Twitter.

Des bannières internet sont également insérées sur des sites de recrutement :
• Goldenbees ;
• Captify ;
• Trading Média Figaro.

Transférer cet article à un(e) ami(e)