Sirh

Alexandre Pachulski : « L’usage IA s’est accéléré dans un cadre RH virtualisé » (webinar Talentsoft)

Par Olivier Morin | le | Gestion des talents

Talentsoft a brossé les grandes tendances RH pour 2021 dans un webinar NTRH/RH Matin, avec la participation de son CPO cofondateur. Découvrez la synthèse et le replay avec la vidéo intégrale.

« La digitalisation, l’automatisation et l’expérience collaborateur seront au centre des RH en 2021 », selon Talentsoft.

En partenariat avec News Tank RH et RH Matin, l'éditeur français de solutions de gestion des compétences et des formations a réalisé le 21 janvier un webinar sur le thème des grandes tendances RH pour l’année qui démarre. Elles se résument en quatre points :

Virtualité ;
• Humilité ;
• Connexion ;
• Authenticité. 

Trois porte-paroles de Talentsoft ont précisé leur vision à l’occasion de ce webinar, dont le replay est mis à la disposition pour une séance de rattrapage vidéo : 

  • Alexandre Pachulski, co-fondateur et Chief Product Officer ;
  • Neelie Verlinden, Digital Content Manager ;
  • Élodie Champagnat, Product Marketing Director.

* Vuca est l’acronyme de Volatility, Uncertainty, Complexity et Ambiguity, devenu Vhuca (pour Virutalité, Humilité, Connexion et Authenticité)
* Vuca est l’acronyme de Volatility, Uncertainty, Complexity et Ambiguity, devenu Vhuca (pour Virutalité, Humilité, Connexion et Authenticité) - © Talentsoft

« Virtualiser les relations humaines pour maintenir un esprit d’équipe à distance » par Alexandre Pachulski

  • « L’année dernière, beaucoup d’entreprises ont dû virtualiser les relations humaines, pour maintenir un esprit d’équipe à distance. Et dans un contexte virtuel, il faut faire différemment. 
  • Lorsque la crise est arrivée, les organisations ont essayé de poursuivre leur activité de la même manière numériquement. Et si des choses fonctionnent bien grâce aux outils numériques utilisés en télétravail, d’autres, constituées de communication non verbales (ce qui représente près de 70 % des échanges en entreprise), nécessitent un autre mode de fonctionnement. Il a donc fallu, dès les premières semaines, réfléchir à ces nouvelles méthodes.
  • Il faudra donc en 2021 poursuivre les réflexions pour adapter l’activité à cette virtualité. En effet, le travail à distance va s’inscrire dans la durée, même au sortir de la crise, avec tous les bénéfices qu’il apporte. » 

« Dans ce contexte virtualisé, la tendance à l’usage de l’intelligence artificielle (IA), dans le recrutement notamment, s’est accélérée et la question de la deshumanisation du travail se pose plus que jamais », déclare Alexandre Pachulski. 

  • « L’utilisation de l’IA pour Talentsoft doit être mise au profit du développement des collaborateurs. Par exemple, notre outil HelloTalent, grâce à son algorithme, fait ressortir les profils les plus ouverts, ce qui permet de découvrir de nouveaux talents selon des critères auxquels les recruteurs n’auraient pas forcément pensé. Faire du matching sur les profils habituels ne suffit plus, il faut se détacher de certains biais, ce que l’IA nous permet de faire.
  • L’IA est un outil qui doit être manipulé avec précaution pour ne pas reproduire ces mêmes biais. Si un algorithme apprenant est alimenté de données biaisées, il risque de les amplifier.
  • La qualité, la fiabilité et la confidentialité des données constituent donc un sujet primordial. Les entreprises doivent prendre ces critères en compte pour développer une  IA qui ouvrira de nouvelles perspectives. » (Élodie Champagnat)

Humilité : « Mettre toute son énergie dans la résolution des problèmes »

  • « L’humilité est une qualité essentielle pour un leader, un manager, comme pour les collaborateurs. 
  • Chez Talentsoft, nous partageons nos erreurs sur certains projets. Et si cela est très contre-intuitif, notamment dans la culture française, c’est pourtant essentiel. En effet, les collaborateurs et les managers dépensent parfois 70 à 80 % de leur énergie à essayer de cacher leurs erreurs. Il faut, au contraire, mettre toute son énergie dans la résolution des problèmes. Pour cela, il faut être suffisamment humble pour admettre qu’on n’est pas totalement en contrôle. Cela implique donc d’intégrer du “test and learn” dans ses process.
  • Il n’y a pas de héros dans l’entreprise, mais seulement des gens qui tentent d’élaborer des solutions pour le bien du collectif. Il faut être décomplexé et donner le droit de ne pas savoir. » 

« Pour nous chez Talentsoft, cela amène à créer des fonctionnalités qui redéfinissent ce rapport à l’erreur », ajoute Elodie Champagnat.

  • « Nous pensons nos outils pour développer l’humilité. Avec la crise et sa gestion, le choc a rendu évident le manque d’efficacité croissant du 'top/down management' [NDLR : verticalisation des prises de décisions du manager vers l’employé]. Nous avons donc créé des outils pour permettre aux managers de déléguer certaines responsabilités. Cela constitue un changement de paradigme, le manager n’est plus tout-puissant mais travaille en conjointement avec ses collaborateurs et les responsabilise. Concrètement, il s’agit d’outils de communication, permettant des échanges continus.
  • La formation, notamment digitale, doit permettre d’acculturer à ce changement de paradigme, dans lequel le manager n’est pas seul responsable de la résolution de problèmes et où l’humilité est acquise et permet de déléguer, créant ainsi un dialogue constructif. » (Élodie Champagnat)

Connexion : « Créer une équipe avec des profils complémentaires »

  • « Toutes ces tendances sont liées. Plus d’humilité ouvre la porte à de meilleures connexions entre collaborateurs. En effet, dans un contexte de plus en plus virtualisé, les modes de connexions se transforment.
  • Si on développe son humilité, on est capable d’admettre que l’on ne sait pas. Il devient alors naturel de se tourner vers les autres, ce qui va créer des connexions nouvelles. Et pour qu’elles soient le plus efficaces possibles, il faut que ses parties prenantes soient complémentaires. Plus les profils seront variés, plus les potentielles solutions proposées dans le cadre de la résolution de problèmes seront nombreuses et créatives.
  • Le talent n’est pas une valeur intrinsèque, beaucoup se révèlent dans l’action. Si on arrive à créer une équipe avec des profils complémentaires, tous pourront s’exprimer et les connexions seront pertinentes. » 

Authenticité : « Partager, avec son manager ou ses collègues, son niveau d’énergie, ses envies et ses besoins à un moment T »

  • « Cette notion d’authenticité s’applique autant aux collaborateurs qu’aux dirigeants.
  • Être authentique, c’est être capable de partager, avec son manager ou ses collègues, son niveau d’énergie, ses envies et ses besoins à un moment T.
  • Il est vrai qu’il est difficile d’en parler dans le cadre professionnel, mais si nous en sommes capables, cela impactera très positivement les connexions. En effet, les interactions et les demandes ne seront pas les mêmes selon l’état du collaborateur. »

« Pour permettre cette authenticité, la formation et l’acculturation seront fondamentales. Les dirigeants se devront d’être exemplaires et de donner le la, pour ne pas passer à côté de cette tendance qui peut permettre de mieux structurer et organiser ses projets », indique Elodie Champagnat.

Transférer cet article à un(e) ami(e)