Qvt

Emmanuel Macron suit les pistes du travail comme une boussole

Par Philippe Guerrier | le | Motivation & engagement

Dans son allocution hier soir depuis l’Elysée, le Président de la République a réactualisé les priorités de la vaccination et du rappel, de l’emploi avec l’indemnité chômage et de la retraite.

Vaccin, chômage, retraite : les points sociaux et RH d’Emmanuel Macron, Président de la République - © D.R.
Vaccin, chômage, retraite : les points sociaux et RH d’Emmanuel Macron, Président de la République - © D.R.

Qui parle ? Le Président ou le potentiel candidat à sa succession ? Le 9 novembre, Emmanuel Macron a  adressé une allocution depuis l’Elysée en tant que Chef de l’Etat, tout en lorgnant le prochain quinquennat.

Certes, il s’agissait en priorité de faire le point sur le situation de la crise sanitaire mais l’heure du bilan et de l’inventaire des politiques approche. Il était difficile de résister à la tentation d’effectuer un bilan de son action notamment sur l’emploi et la lutte contre le chômage et de se projeter au-delà de la course à la présidentielle enclenchée.

Même si Emmanuel Macron n’a pas officialisé sa candidature, celle-ci est quasiment acquise au regard de ses velléités à réformer le système de la retraite. Un pan de son programme politique qu’il n’a pas réussi à boucler depuis son arrivée à l’Elysée.

Vaccination Covid-19 : extension du rappel

Emmanuel Macron a entamé son allocution de la soirée du 9 octobre 2021 pour faire le point sur le contexte de reprise de la pandémie Covid-19.

Le pilier du combat repose sur la poursuite de la vaccination. « 51 millions d’entre vous sont aujourd’hui complétement vaccinés, ce qui fait de nous l’un des pays du monde les mieux protégés. »

Mais la vigilance face à une nouvelle vague reste de vigueur. « Nous le savons, il nous faudra vivre avec le virus et ses variants jusqu’à ce que la population mondiale dans son ensemble soit immunisée », prédit le Président de la République.« Et si, grâce à vos efforts, la situation en France est plus favorable, l’augmentation de 40 % en une semaine de notre taux d’incidence et la remontée des hospitalisations sont des signaux d’alerte. »

Emmanuel Macron renouvelle son appel : « Vaccinez-vous pour pouvoir vivre normalement (…) Être libre dans une Nation comme la France implique d’être responsable et solidaire. Je compte donc sur vous. »

La campagne, lancée à la fin de l’été, pour un rappel qui concerne toutes les personnes âgées de plus de 65 ans doit s’intensifier. « A partir du 15 décembre, il vous faudra justifier d’un rappel pour prolonger la validité de votre passe sanitaire », indique le Président de la République.

Parallèlement, le Conseil constitutionnel a validé le passe sanitaire étendu jusqu’à l’été 2022.

La dose supplémentaire de vaccin Covid-19 va s’étendre à la tranche d’âges 50 - 64 ans. Une campagne de rappel sera initiée dans ce sens à partir de début décembre. 

Le Président de la République affiche sa fermeté. « Les contrôles pour l’application du pass sanitaire dans les établissements concernés et pour les entrées dans les ports, les aéroports, les gares, seront renforcés. »

Lutte contre le chômage : fermeté sur la révision du calcul de l’indemnité

Emmanuel Macron a pris le temps d’expliquer la situation du chômage « au plus bas depuis près de quinze ans » (7 %). Il vise le « plein-emploi » à une échéance non précisée.

« Notre économie crée des emplois comme jamais. Au point que, dans des secteurs comme la restauration, le BTP, les services, l’artisanat ou l’industrie, tous les entrepreneurs me disent peiner à recruter aujourd’hui », évoque le Chef de l’Etat.

Il reste 3 millions de Français au chômage. Tout en rappelant les dispositions financiers pris pour favoriser le retour à l’emploi et les recrutements : montée en compétences, réforme de l’apprentissage et de l’alternance, lancement du Contrat Engagement Jeune

Le Président de la République veut tenir le cap des changements de règle de l’indemnité chômage.

« A partir du 1er décembre 2021, une nouvelle étape va s’engager : il faudra avoir travaillé au moins 6 mois dans les deux dernières années pour pouvoir être indemnisé, alors qu’aujourd’hui les droits au chômage sont ouverts au bout de quatre mois de travail. »

En considérant le travail comme « une boussole », il va jusqu’à montrer un brin de fermeté. 

« Les demandeurs d’emplois qui ne démontreront pas une recherche active verront leurs allocations suspendues. »

Retraite : un dossier devenu post-électoral

Malgré la course à la présidentielle enclenchée, Emmanuel Macron continue d’attiser le feu sur la réforme du système de la retraite nécessaire à ses yeux.

« Dès 2022, il faudra, pour préserver les pensions de nos retraités et la solidarité entre nos générations, prendre des décisions claires. Elles feront légitimement l’objet de débats démocratiques indispensables », considère-t-il.

Il énumère les principes qui lui tiennent à cœur :

  • « travailler plus longtemps en repoussant l’âge légal »,-
  • « aller vers un système plus juste en supprimant les régimes spéciaux, en harmonisant les règles entre public et privé et en faisant en sorte qu’au terme d’une carrière complète, aucune pension ne puisse être inférieure à 1000 euros »,
  • aller enfin vers plus de liberté, c’est-à-dire permettre de partir en retraite progressivement, d’accumuler des droits plus rapidement pour celles et ceux qui le souhaitent, d’encourager le travail au-delà de l’âge légal, aussi, pour celles et ceux qui en ont envie. »

« La retraite ne doit être ni une contrainte ni une angoisse, mais un choix plus libre, plus simple, plus lisible », conclut-il.

C’est tacite et officiel en même temps : le gouvernement actuel n’a plus le temps d’avancer sur ce sujet. La réforme de la retraite sera donc un sujet post-élection présidentielle à traiter après l'échéance d’avril 2022.

Transférer cet article à un(e) ami(e)