Qvt

Workplace : Microsoft propose un « cadran pour l’environnement de travail hybride »

Par Philippe Guerrier | le | Workspace

Microsoft organise le retour progressif de ses employés sur ses sites. Kurt DelBene, Executive Vice President du groupe, présente un dispositif de gestion RH mi-présentielle mi-distancielle.

Le concept Hybrid Workplace Dial présenté par Kurt DelBene, Executive Vice President de Microsoft - © D.R.
Le concept Hybrid Workplace Dial présenté par Kurt DelBene, Executive Vice President de Microsoft - © D.R.

Microsoft esquisse l’organisation du travail à l’ère post-crise Covid-19. Cela fait plus d’un an que les 160 000 collaborateurs du groupe technologique répartis dans le monde travaillent essentiellement à distance. Les règles sont en train d’évoluer après une mobilisation des ressources de Microsoft pour faire face à la crise et favoriser l’emploi.

A partir du 29 mars, le siège social de l’éditeur technologique américain, localisé à Redmond dans l’Etat de Washington, et ses campus de proximité vont réintégrer 20 % du personnel sur site. C’est déjà le cas des sites du groupe dirigé par Satya Nadella qui sont localisés dans 21 pays. 

Comment appliquer un environnement de travail hybride 

« Depuis l’émergence de cette pandémie, notre priorité numéro 1 portait sur le bien-être et la sécurité de nos employés. Nous n’avons jamais cessé de collecter des données de santé et nous avons suivi les préconisations gouvernementales pour déterminer les jauges d’effectifs sur nos sites », explique Kurt DelBene, Executive Vice President de Microsoft, dans une contribution officielle en date du 22 mars intitulée « The philosophy and practice of our hybrid workplace ».

« Alors que certains employés retournent sur leurs sites dans le monde et que d’autres préfèrent ou ont besoin de travailler à distance, nous sommes en train de déterminer des pistes pour appliquer un environnement de travail hybride. »

Le top manager de Microsoft poursuit : «  Notre objectif est de fournir aux employés davantage de flexibilité, afin de laisser les gens travailler là où ils se sentent le plus productif et à l’aise. »

Il souligne aussitôt la nécessaire prudence au regard des conditions de sécurité sanitaire qui demeurent fragiles en raison de la persistance du virus Covid-19 et de ses variants en fonction des zones géographiques. Ainsi, les employés des sites de Redmond auront la possibilité de retourner sur leurs lieux de travail, de rester en télétravail ou de monter un mix des deux formules, préconise Kurt DelBene.

« Comme nous ne pouvons pas prévoir ce qui va se passer dans les prochains mois, nous nous préparons à les affronter dans un état d’esprit grandissant, quitte à apprendre, à ré-évaluer ou à réactualiser la réponse si nécessaire. » 

Une jauge pour évaluer la réouverture des sites Microsoft

L’Executive Vice President de Microsoft expose un schéma avec six paliers de degrés de flexibilité d’organisation de travail entre présentiel et distanciel qui sert de « cadran pour l’environnement de travail hybride » (« Hybrid Workplace Dial ») :

  • « Fermé » ;
  • « Obligation de télétravailler » ;
  • « Télétravail fortement recommandé » ;
  • « Ouverture maîtrisée » des sites ;
  • « Ouvert mais avec des contraintes » des sites ;
  • « Ouvert »

Hybrid Workplace Dial par Microsoft :le schéma descriptif pour évaluer la situation - © D.R.
Hybrid Workplace Dial par Microsoft :le schéma descriptif pour évaluer la situation - © D.R.

De manière contextuelle, il a vocation à ajuster les niveaux de travail sur site en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. « En prenant en compte une impulsion de milliers d’employés qui sont retournés travailler sur site, nous observons qu’ils ont adopté une certaine flexibilité pour diviser leur temps entre le bureau et le domicile », évoque le dirigeant de Microsoft.

Ainsi, sur la foi d’une étude interne, 54 % des employés interrogés en situation de niveau 4 (« Ouverture maîtrisée ») passent moins de 25 % de leur temps de travail sur leur site professionnel. Cependant, 69 % d’entre eux consacrent 50 % de leur temps ou moins sur leur lieux de travail chez Microsoft.

C’est donc cette dimension d’adaptabilité que Microsoft veut intégrer dans son organisation de travail hybride. De manière concrète, les collaborateurs qui reviendront au siège de Microsoft à Redmond correspondra à une bascule du niveau 3 (« télétravail fortement recommandé ») au niveau 4 (« Ouverture maîtrisée »). 

Mode virtuel de travail : Microsoft parie sur l’innovation 

Parallèlement, un groupe de chercheurs, d’ingénieurs et d’experts immobiliers travaillent sur des prototypes d’espaces de travail compatibles avec cette dimension hybride au siège de Microsoft aux Etats-Unis et des campus du groupe au Royaume-Uni.

« C’est un peu tôt pour en parler mais nous explorons des solutions pour reconfigurer les technologies existantes et concevoir des innovations autour de Microsoft Teams pour le travail hybride », glisse Kurt DelBene. 

Les pistes peuvent mener très loin…Il y a trois semaines, lors de sa convention Ignite organisée début mars, Microsoft a dévoilé Mesh, une plateforme de collaboration en réalité augmentée du nom de Mesh fondée sur l’usage de la « technologie de réalité mixte » HoloLens, de la plateforme cloud Azure et de l’intelligence artificielle. Elle permet d’animer des réunions en 3D sous forme d’avatar ou d’hologramme dans un environnement virtuel avec des personnes éloignées physiquement.

(Voir la vidéo démo ci-dessous via YouTube)

Transférer cet article à un(e) ami(e)