Recrutement
&
talents

« Nous voulons devenir le n° 1 de la recherche d’emploi en France », P. Moreau, Glassdoor.fr

Le | Marque employeur

C’est officiel, Glassdoor arrive en France. Son modèle hybride - au carrefour entre la plateforme communautaire d’avis, l’agrégateur d’offres d’emploi, le jobboard et la solution publicitaire de valorisation de la marque employeur - n’a pas fini de faire jaser, tant sur le marché des sites d’emploi qu’au sein des entreprises qui devront composer avec ce nouvel acteur qui parle de salaires sans tabous

« Nous voulons devenir le n° 1 de la recherche d’emploi en France », P. Moreau, Glassdoor.fr - © D.R.
« Nous voulons devenir le n° 1 de la recherche d’emploi en France », P. Moreau, Glassdoor.fr - © D.R.



Crée en 2007 par trois éminences de la Silicon Valley - par ailleurs fondateurs d’Expedia et de Zillow, ce site encore peu connu du grand public français est un phénomène outre-atlantique, avec plus de 25 millions de membres à ce jour et 93 M$ levés depuis sa création (dont 50 M$ en décembre dernier). Reste à savoir si Glassdoor.fr trouvera son public, alors que plusieurs initiatives semblables existent déjà sur le marché français. Rencontre avec Pierre Moreau, Chef de Produit France, basé au siège de San Francisco, de passage à Paris pour le lancement.

Quel est le concept de Glassdoor ?

C’est un site de recherche d’emploi qui, en plus des offres, donne la possibilité aux chercheurs d’emploi d’avoir des avis sur les entreprises, des informations sur les salaires et des compte-rendus d’entretiens d’embauche. C’est le TripAdvisor de l’emploi. Glassdoor permet de voir ce qui se passe à l’intérieur : quelle est l’ambiance, quelles sont les rémunérations, etc. Nous mettons en avant la notion de transparence et de découverte de l’entreprise, que l’on retrouve dans notre slogan français « Découvrez la boîte, Décrochez le job ».

Avez-vous adapté le site pour la France ?

C’est la première fois que nous lançons Glassdoor dans un pays non-anglophone. Nous avons fait un gros effort de traduction mais aussi d’adaptation. Lorsqu’un utilisateur soumet un salaire, les primes sont intégrées avec les notions de 13e mois ou d’intéressement, par exemple. Avant le lancement, 15 000 avis et salaires avaient déjà été postés depuis la France. Par ailleurs, 3000 entreprises françaises sont référencées dont la moitié ont leur siège ici. Nous avons déjà des partenaires comme Bic, Sodexo ou Air Liquide. Notre but est de toucher tout type d’entreprises, y compris dans le secteur public. L'éducation nationale par exemple.

Avez-vous déjà une offre commerciale ?

Dans un futur proche, nous nous y intéresserons. Nous voulons d’abord de faire grandir la communauté pour bénéficier d’une grande quantité de contenus avant de commercialiser notre offre. Nous avons tissé des partenariats avec plusieurs agrégateurs, des journaux, et des sites carrières d’entreprises. Glassdoor.fr compte aujourd’hui 100 000 offres d’emploi en ligne. Les entreprises françaises peuvent gratuitement créer un compte employeur. Elles bénéficient ainsi d’outils très pratiques pour voir quel type de candidats visitent leur page. Aux Etats-Unis, Glassdoor commercialise des offres d’emploi en direct, des packages avec des bannières publicitaires, des options pour promouvoir les annonces mais aussi des comptes premium au travers desquels les entreprises peuvent travailler leur marque employeur.

Comment convaincre les entreprises françaises ?

Nous voulons faire changer les mentalités. Nous devons d’abord les convaincre que le site regorge d’informations qui peuvent leur être utiles. Quand une entreprise crée un compte employeur, elle peut répondre gratuitement aux avis qui la concerne. Elle peut aussi voir comment s’y prennent ses concurrents, quels sont leurs niveaux de rémunérations. Plusieurs grandes entreprises françaises ont déjà compris que la critique, même négative, était une bonne chose pour mesurer l’engagement de leurs collaborateurs sans avoir affaire à des agences de consulting. 70 % des employés ont une opinion positive - ou neutre - sur leur entreprise . J’ai une équipe de 2 modérateurs avec moi à San Fransisco, qui est vouée à s’agrandir. Nous voulons réagir rapidement pour une mise en ligne des avis en moins de 48 heures.

Comment comptez-vous vous faire connaître ?

Au travers d’une campagne de relations médias et sur les réseaux sociaux. Une campagne globale de marketing est également prévue. Notre système est donnant-donnant. L’internaute peut accéder librement à des informations, sans s’inscrire. Au-delà d’un certain nombre de pages vues, il doit créer un compte, puis laisser des avis et salaires, de manière anonyme, pour bénéficier d’un accès illimité. Nous voulons devenir le n° 1 de la recherche d’emploi en France, face à l’Apec, Monster, Indeed, etc. C’est ambitieux, mais nous avons quelque chose que les autres n’ont pas : les salaires.

Gaëlle Fillion

Transférer cet article à un(e) ami(e)