Recrutement
&
talents

CV : les 5 erreurs à proscrire dans la rédaction et la présentation

Par Philippe Guerrier | le | Modedemploi

Le Baromètre annuel « des erreurs les plus fréquemment commises sur un CV » par le service CVprofessionnel est parue. Son fondateur extrait 5 faux pas à éviter. Des conseils parfois basiques mais toujours importants.

Créer son CV : 5 erreurs à éviter - © D.R.
Créer son CV : 5 erreurs à éviter - © D.R.

 Julien André, fondateur de CVprofessionnel - © D.R.
Julien André, fondateur de CVprofessionnel - © D.R.

Le service CVprofessionnel, qui accompagne les candidats à la recherche d’un emploi dans le perfectionnement de leurs CV, a publié en mars la troisième édition de son Baromètre annuel « des erreurs les plus fréquemment commises sur un CV ».

Ce classement est fondé sur l’analyse d’un échantillon de 1398 CV réalisée entre janvier et décembre 2021. Il permet de recenser les points faibles des CV qui sont exposés sur le marché du recrutement.

« Entre le format et le fond, les personnes sont un peu larguées par rapport à ce qui se fait aujourd’hui avec des tendances qui évoluent pour la présentation et la rédaction d’un CV », explique Julien André, fondateur de CVprofessionnel. « Au-delà du cercle des geeks, nous avons certaines populations comme les cadres seniors qui sont un peu dépassées par les codes actuels. »

En cas de forte volumétrie de candidatures, la sélection se veut « drastique » du côté des recruteurs :

  • Ils reçoivent en moyenne 250 candidatures par offre d’emploi ;
  • Ils y consacrent 53 secondes en moyenne ;
  • 70 % des candidats ne passent pas cette première étape.

CVprofessionnel a recensé « 15 erreurs fréquemment commises » sur un Curriculum Vitae.

Pour RH Matin, Julien André en sélectionne 5 pour lesquelles il faut porter une attention particulière :

Ecartez les fautes d’orthographe

Trop de fautes sur un CV ruinent le process de candidature. Cela concerne 54 % des CV scrutés par CVprofessionnel : +17 points par rapport à l’édition 2020.

« C’est rédhibitoire alors que, pour certains profils recherchés ou postes à pourvoir, il faut se montrer exemplaire à ce niveau-là », commente Julien André.

Prenez le temps de relire le document et d’imprimer une version pour identifier les éventuels défauts de présentation ou coquilles.

Eludez les informations personnelles

CVprofessionnel conseille de ne pas mentionner sa situation familiale dans un CV. Une pratique qui tend à reculer (-13 points par rapport à 2020).

« Nous avons tendance à calquer ce qui se fait sur le marché américain. Il faut proscrire les informations à caractère personnel », conseille Julien André.

Inutile de mentionner si vous êtes célibataire, marié, divorcé et si vous avez des enfants. Ces éléments peuvent être sources de discrimination et alimenter des biais cognitifs qui influencent le choix du recruteur.

Evitez la dispersion des informations

Le recruteur veut gagner du temps dans sa phase de sélection des candidats. Il est essentiel d’intégrer un résumé professionnel sur votre profil de CV. Une étape non prise en compte dans 82 % des CV (+14 points par rapport à 2020).

« Trois ou quatre lignes insérées sous le titre permet de mettre en valeur ses réussites professionnelles marquantes, les compétences clés et d’expliquer en quoi votre candidature est en adéquation avec le poste à pourvoir », selon Julien André.

Zappez les éléments superflus comme les logos d’entreprises

Dans sa mouture initiale, l'équipe de CVprofessionnel voit encore trop de CV intégrant des logos d’entreprises : 12 % des CV (-5 points par rapport à 2020). L’intégration de logos dans un CV n’apporte aucune valeur ajoutée.

« Il faut aller à l’essentiel. Dans le prolongement, il faut éviter les CV trop chargés et trop longs », évoque Julien André.

Bannissez la présentation des compétences par des échelles ou des diagrammes

C’est une tendance jugée déviante et persistante : Un CV présentant ses compétences via des échelles de notation ou des diagrammes. Elle est encore détectable dans 57 % des CV (+1 point par rapport à 2020).

S’il est important de mettre en exergue les compétences maîtrisées (techniques, linguistiques ou informatiques), il vaut mieux éviter la tentation de l’autoévaluation du type : « 4 étoiles sur 5 » en « Management ».

« Cela n’apporte pas grand-chose pour le recruteur. Si on maîtrise des compétences professionnelles, autant vraiment les mettre en avant sur un CV avec 4 ou 5 soft skills en complément », conseille Julien André.

Transférer cet article à un(e) ami(e)