Recrutement
&
talents

Site d’emploi : les nouvelles ambitions de Neuvoo.com qui bascule vers Talent.com

Par Philippe Guerrier | le | Site emploi généraliste

Entretien à 360° avec Maxime Droux, cofondateur de Neuvoo.com : développement du business, le poids du marché français, une prochaine levée de fonds visée de 100 millions d’euros…

Maxime Droux, cofondateur de Neuvoo.com, dévoile les projets autour de Talent.com. - © D.R.
Maxime Droux, cofondateur de Neuvoo.com, dévoile les projets autour de Talent.com. - © D.R.

Comment se passe la transition de marque entre Neuvoo.com et Talent.com dévoilée début 2020 ?

De passage à Paris pour la rentrée de septembre alors qu’il vit en Suisse, Maxime Droux, dirigeant cofondateur de Neuvoo, a abordé avec RH Matin le développement des activités. Alors qu’une phase de transition se poursuit pour privilégier sa marque plus générique Talent.com.

Fondé à Montréal en 2011 par trois potes toujours en poste (Benjamin Philion, Maxime Droux et Lucas Martinez), l’agrégateur d’offres d’emplois dispose désormais d’une empreinte mondiale en misant sur une croissance sur 78 marchés.

Il compte beaucoup sur la dynamique enclenchée en France perçue comme le troisième marché de son réseau.

Plus de dix ans après votre création au Québec, quels résultats financiers présentez-vous ?

Nous visons les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici fin 2021, soit une croissance de 40 % en un an. L’an passé, en pleine crise Covid-19, nous avions réalisé une croissance de 30 %. Au cours de dix dernières années, le taux de croissance annuel variait entre 50 et 100 %.

  • Après avoir fondé la société à Montréal, nous avons développé la société en mode bootstrap pendant 10 ans.
  • En septembre 2019, nous avons réalisé notre première levée de fonds de 39 millions d’euros auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui est l’un des plus grands acteurs institutionnels du pays particulièrement engagé dans la technologie. Ce qui nous a permis d’accélérer notre développement dans le monde.

Nous réalisons 90 % de notre chiffres d’affaires dans 15 pays, dont 50 % en Amérique du Nord et 40 % en Europe.

Les plus gros marchés étant les Etats-Unis, le Royaume-Uni puis la France. L’Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas et l’Italie suivent.

Quelle place représente la France dans le réseau Neuvoo ?

La France représente notre troisième marché avec 15 % du chiffre d’affaires global. Nous avons 500 entreprises partenaires et/ou clientes. Une équipe de cinq personnes travaille pour le business development depuis Paris. Une autre de taille équivalente vient en support depuis Lausanne (Suisse), où se trouve notre siège européen. Sans compter sur les ressources techniques mutualisées. En tout, un pool de 15 à 20 personnes travaille de manière plus ou moins directe pour le marché français.

Plus globalement, nous aimons bien mettre en avant notre identité francophone. Je rappelle que la France est le premier pays ouvert à l’international après avoir démarré nos activités au Canada.

En termes de partenariats, nous collaborons avec Pôle emploi. Nous avons aussi élaboré un réseau de sites partenaires sur le modèle de publishing à la Google AdSense : en fonction du trafic généré sur notre plateforme, il existe un système de partage des revenus avec nos partenaires.

Comment évolue l’audience de votre portail emploi en France ?

Selon Médiamétrie//NetRatings, nous étions dans le top 5 en France avant l’émergence de la crise Covid-19. Aujourd’hui, nous restons dans le top 10 [NDLR : avec une audience située entre 3 et 5 millions visiteurs par mois]. La difficulté réside dans l’exploitation simultanée des marques et des sites Neuvoo.com et Talent.com. Nos deux audiences ne sont pas agrégées par Médiamétrie en l’état actuel.

Nous sommes toujours dans une phase de transition. Ainsi, en termes de trafic observé en août en France, nous étions à 60 % sur Talent.com et 40 % sur Neuvoo.fr.

Cette transition qu’il faut gérer avec délicatesse a des implications pour la gestion des alertes d’offres d’emploi diffusées par e-mail mais aussi de SEO pour les moteurs comme Google. Actuellement, nous envoyons à nos utilisateurs un milliard d’e-mails par mois dans le monde.

Quelles sont les prochaines étapes de transition entre Neuvoo.com et Talent.com ?

Nous avons choisi de ne pas monter une task force dédiée pour assurer la transition. Nous avons opté pour la création d’un « meeting des piliers » qui s’occupe de chaque produit concerné par cette transition, notamment le SEO à gérer dans 78 pays avec les déclinaisons linguistiques inhérentes. C’est une mission assez chaotique qui concerne des centaines de millions de pages Web. Cela prend du temps.

En termes d’audience, nous sommes presque revenus au niveau du trafic monde d’avant la crise Covid-19. En l’état actuel, nous sommes dépendants de Google à hauteur de 8 à 10 % de notre trafic. C’est un niveau trop faible que nous souhaitons rehausser à hauteur de 25 %.

D’un point de vue commercial, nous sommes largement au-delà. 

Quelles sont vos nouvelles ambitions avec Talent.com ?

D’ici fin 2021, 90 % du trafic sera généré à partir de Talent.com et 10 % de Neuvoo.com.

Bien que nous allons réalisons un CA de 100 millions d’euros en 2021, c’est une goutte d’eau dans l’océan. Nous avons parcouru un joli chemin mais nous avons encore tout à faire avec Talent.com, en particulier pour viser sur le segment des PME.

Nous n’avons pas encore bouclé d’opérations de croissance externe. Pourtant, nous y étions sur le point de franchir le pas avec Wowjobs au Canada mais, à la dernière minute, Indeed a surenchéri.

  • En termes de financement, nous sommes en train de préparer une levée de fonds de 100 millions d’euros en equity et 30 millions d’euros en dette. Nous espérons boucler l’opération de financement d’ici la fin de l’année.
  • D’un point de vue technologique, nous regardons beaucoup ce qui se passe autour du recrutement programmatique. Celui-ci s’est extrêmement développé aux Etats-Unis alors que l’on peut juste parler de balbutiements en France.

Sur le marché des outils de recherche d’emploi, nous avons l’ambition d’être le deuxième acteur derrière Indeed.

Nous nous y approchons en termes de trafic mais nous sommes encore loin en termes de revenus.

Talent.com : « une histoire surréaliste »

Dans le courant de l’automne 2019, Neuvoo.com a acquis auprès d’un trader hongkongais le nom de domaine générique Talent.com.

Une transaction au prix fort et raisonnable à la fois pour acquérir une belle marque générique et une destination Web facile à retenir. « Cette histoire de noms de domaine est surréaliste », relate Maxime Droux.

•« D’un côté, nous avions le nom de domaine Neuvoo.com difficile à prononcer. Mais c'était un amour de jeunesse. Sur les trois fondateurs, c’est le plus geek qui avait trouvé ce nom de domaine. A l'époque, l’objectif était de trouver un nom à exploiter dans un maximum de pays.
• Initialement, nous voulions d’abord toucher les grosses entreprises. De l’autre, Avec Talent.com, nous allons nous ouvrir aux PME plus facilement avec cette marque générique et attractive. »

Comment se sont passées les négociations pour acquérir ce nom de domaine ? Maxime Droux précise le contexte : 

• « Nous nous sommes aperçus que Talent.com avait été acheté par un fonds hongkongais. Mais le nom de domaine était inexploité et dormait dans les comptes de la société. A l'époque, son détenteur souhaitait disposer de liquidités et s'était déclarée prêt à le céder.
• Alors que la valorisation initiale du nom de domaine tournait autour de 4 millions de dollars, nous avons bien négocié pour aboutir à un prix de 1,3 million de dollars.
• C'était plus raisonnable. Et encore…Juste après l’acquisition de Talent.com, on nous disait que c'était de la folie. Mais, depuis, nous avons reçu trois propositions avec un prix…doublé. »

Initialement, dans la genèse de Talent.com, le nom de domaine avait été exploité pour un « obscur site d’emploi qui a disparu depuis » selon Maxime Droux.

Transférer cet article à un(e) ami(e)