Sirh

Easyrecrue racheté par iCIMS : « Une alliance qui a du sens », selon Mickaël Cabrol

Par Philippe Guerrier | le | Gestion des talents

Le fournisseur de solutions d’entretiens vidéo pour les recrutements est acquis par iCIMS, un éditeur pionnier et important de solutions RH installé aux Etats-Unis.

Mickaël Cabrol, CEO d’Easyrecrue, prend les fonctions de Managing Director Europe d’iCIMS - © D.R.
Mickaël Cabrol, CEO d’Easyrecrue, prend les fonctions de Managing Director Europe d’iCIMS - © D.R.

C’est le deal RH Tech en France de la semaine. Easyrecrue, fournisseur de solutions d’entretiens vidéo pour le recrutement et de tests d’évaluation en ligne, est acquis par l’américain iCIMS. Méconnu en France, cet éditeur technologique, qui évolue dans la sphère des solutions ATS et de gestion des talents dans le cloud, dispose d’un historique conséquent outre-Atlantique (voir encadré sous l’article).

C’est le signal d’une offensive en Europe : Mickaël Cabrol, CEO et fondateur d’Easyrecrue, prend les fonctions de Managing Director du groupe iCIMS en Europe. Il disposera d’emblée d’un effectif de 100 personnes (représentant à peu près l’équipe actuelle de la start-up française) pour accélérer le développement d’une plateforme technologique commune et démarrer la commercialisation des solutions iCIMS en France.

Les synergies vont aller dans un double sens :

  • les clients ayant adopté la plateforme Talent Cloud d’iCIMS pourront intégrer les fonctionnalités Easyrecrue d’entretien vidéo différé et live, de prise de rendez-vous en ligne ou encore les tests de compétences customisés ;
  • les clients Easyrecrue pourront intégrer leurs solutions dans le Talent Cloud d’iCIMS.

Cette union technologique et transatlantique marque la volonté d’accentuer les fonctions de recrutement et de gestion des talents à travers une nouvelle plateforme dans le cloud qu’il reste à ériger en misant sur les expertises respectives.

  • Depuis sa création en 2013, Easyrecrue revendique 450 clients, dont Monoprix, Crédit Agricole, UPS ou Sanofi.
  • Un million de candidats en phase de recrutements dans des organisations, localisés dans 120 pays, ont utilisé la plateforme d’entretiens vidéo en différé de la start-up parisienne.
  • Easyrecrue avait levé environ 11 millions d’euros cumulés (dont 8 millions en mai 2017), essentiellement auprès de business angels, des fonds Entrepreneur Venture et Elaia et de Bpifrance.

Mickaël Cabrol précise les contours de la nouvelle alliance HR Tech. 

Quand ce rapprochement entre Easyrecrue et iCIMS est-il survenu ?

C’est tout frais. Le closing a été réalisé hier [mardi 17 novembre] à 14h00. C’est un enseignement hallucinant.

L’ensemble du process de rapprochement et la jonction France - Etats-Unis ont été réalisés à distance avec des journées passées parfois entièrement en visioconférences Zoom. Nous ne sommes pas allés voir de visu l’équipe dirigeante iCIMS aux Etats-Unis. Nous sommes parvenus à nous faire confiance comme cela.

J’ai signé l’accord de closing avec l’outil de signature électronique DocuSign depuis le bureau dans mon salon à domicile.

De notre côté, l’équipe d’Easyrecrue avait adopté le mode 100 % télétravail depuis février. Après un bref retour au bureau en juillet, nous sommes retournés en mode complet de travail à distance à partir de septembre au regard de l’aggravation de la situation sanitaire.

Dans quelle contexte s’est concrétisée cette alliance Easyrecrue - iCIMS ?

Initialement, début 2020, nous étions partis sur un process classique de levée de fonds pour Easyrecrue. Mais, entre la fin du deuxième trimestre et le troisième trimestre, le contexte a changé globalement avec la crise Covid-19. Des industriels ont commencé à s’intéresser à nous.

Nous avons rencontré l’équipe dirigeante d’iCIMS dans le courant de l’été et nous avons commencé à parler de synergies de produits et de complémentarité géographique en termes d’activité. Nous nous sommes rendus compte qu’un rapprochement ferait beaucoup de sens.

Nous n’étions pas partenaires avant ces discussions stratégiques car iCIMS cherchait alors à développer en France. Certes, la société dispose d’un bureau à Londres depuis deux ans. Les premiers résultats obtenus ont convaincu iCIMS de s’intéresser davantage au marché européen avec des ambitions qui deviennent plus grandes.

Comment allez-vous développer les synergies entre vos produits respectifs ?

En étant historiquement positionné sur le marché des ATS, iCIMS a évolué vers d’autres segments comme la gestion des talents et la mobilité interne. Nous travaillons sur ces points depuis 18 mois de notre côté, même si ces projets étaient connexes par rapport à notre solution phare d’entretien vidéo en différé dans des processus de recrutement.

Avec iCIMS, nous allons co-construire une solution combinant ces approches et aboutir à un produit intégré. C’est notre roadmap sur les prochains 18 mois, tout en nous assurant de la bonne intégration des équipes. Tout se fera de manière très progressive et nous adapterons l’élaboration d’un produit commun en fonction de la demande des clients.

Nous allons dire à notre base de clients existants que les développements seront accélérés avec l’appui d’iCIMS et ses équipes. Nous commencerons la commercialisation en France des solution iCIMS à partir du deuxième trimestre 2021.

Profil iCIMS : un éditeur important aux USA

« Les solutions innovantes d’entretien vidéo, d’évaluation des talents et de mobilité interne d’Easyrecrue associées à notre plateforme iCIMS Talent Cloud permettront à nos clients de mieux identifier, recruter et investir dans les meilleurs talents », déclare Steve Lucas.

L’ex-CEO de Marketo (fournisseur de solutions de marketing automation tombé en 2018 dans le giron d’Adobe) a pris les fonctions de CEO d’iCIMS en février 2020. Il vient de signer la plus grosse opération de croissance externe d’iCIMS en intégrant Easyrecrue. Dans ses plus récentes acquisitions, iCIMS a racheté en juin 2019 Jibe, du nom d’un éditeur new-yorkais spécialisé dans les solutions de sourcing.

Historiquement installé depuis sa création en 1999 sur le marché des ATS (gestion des candidatures), iCIMS a progressivement dans le cloud en élargissant son champ de vision vers la gestion des talents et la mobilité interne. Son fondateur Colin Day était aux commandes opérationnelles jusqu’à la prise de fonction de Steve Lucas.

En septembre 2018, le fonds Vista Equity Partners s’était emparé de la société HRTech.

• Le plus récent chiffre d’affaires récurrent connu d’iCMIS s’élève à 250 millions de dollars. Il réalise 80 % de son business aux Etats-Unis.
• L’éditeur dispose d’un effectif d’un millier d’employés éparpillés dans plusieurs métropoles américaines (siège social à Holmdel dans l’Etat du New Jersey, New York, Washington D.C., Chicago, San Jose) et sa première extension européenne à Londres.
• Il revendique une base de 4000 clients dont Wipro, Memorial Health System et Yamaha Motor Manufacturing et un écosystème de 80 partenaires intégrateurs.

Transférer cet article à un(e) ami(e)