Formation

Le bond de l’e-learning en mode curation : Edflex lève 5 millions d’euros

Par Philippe Guerrier | le | Digital learning

La société française, qui exploite depuis 5 ans une plateforme de curation de contenus de formation pour les entreprises, a trouvé deux alliés : MAIF et Crédit Mutuel Arkea. Entretien avec le CEO Clément Meslin.

Clément Meslin, CEO d’Edflex : l’agrégation de contenus de formation plutôt que la production - © D.R.
Clément Meslin, CEO d’Edflex : l’agrégation de contenus de formation plutôt que la production - © D.R.

Pour sa véritable première levée de fonds, Edflex marque les esprits. Le fournisseur français de solutions de formation digitale pour les entreprises vient de boucler une levée de fonds de 5 millions d’euros auprès d’un pool d’investisseurs aux profils divers :

  • MAIF Avenir (fonds corporate) ;
  • We Positive Invest (fonds de capital innovation, Groupe Crédit Mutuel Arkea) ;
  • Bpifrance ;
  • le business angel Nicolas Fritz (par ailleurs COO de la société technologique ContentSquare, qui exploite une plateforme d’Experience Analytics).

Edflex : d’abord un agrégateur de contenus pour la formation 

Edflex a été créée en 2016 par un quatuor d’entrepreneurs :

  • Clément Meslin ;
  • Rémi Lesaint;
  • Philippe Riveron ;
  • Raphaël Droissart.

Après avoir démarré sous un angle grand public, le positionnement d'Edflex a glissé vers le marché professionnel : les activités de la société e-learning ont vraiment décollé en proposant aux entreprises une plateforme d’accès aux ressources pédagogiques disponibles sur Internet (podcasts, vidéos, MOOC…).

Edflex filtre le contenus pédagogiques sur le Web - © D.R.
Edflex filtre le contenus pédagogiques sur le Web - © D.R.

Son catalogue comporte 40 000 contenus sélectionnés à partir de 1500 sources comme YouTube, Coursera ou OpenClassrooms sur une centaine de thématiques : soft skills, management, marketing, comptabilité…

« Nous avons fait un agrégateur des contenus pédagogiques sur Internet. Puis nous nous sommes tournés vers les DRH avec cette approche de curation au lieu de création de contenus : ‘Le premier réflexe de vos salariés est de se rendre sur Google pour acquérir des connaissances. Nous vous proposons un outil qui rassemble les meilleures ressources du Web. Notre objectif est d’atteindre la barre des 100 000 contenus disponibles via notre plateforme avec des interconnexions réalisées avec les intranets ou les LMS de nos clients », évoque Clément Meslin, cofondateur et CEO d’Edflex.

Actuellement, Edflex recense 500 000 membres, dont plus de 50 % hors de France (Amérique du Sud, Afrique, Europe…), qui utilisent au moins une fois par mois sa plateforme de formation accessible dans le cloud (mode SaaS).

Elle revendique une centaine de clients dont Air France - KLM, Bouygues Telecom, Orange, Total mais aussi Allianz, Groupe SEB, SNCF et PayPal aux Etats-Unis.

Effectif, clients : tout va doubler

« Le modèle économique repose sur un système de licences attribuées par client en fonction du nombre d’utilisateurs de la plateforme Edflex », évoque Clément Meslin.

D’ici 12 mois, la base de clients BtoB est censée doubler. Le développement s’accélère avec un objectif affiché d’atteindre un million d’utilisateurs dès 2022 sur la base d’une couverture de 50 pays.

Parallèlement, des partenariats ont été noués avec les acteurs producteurs directs de contenus pédagogiques comme 360Learning, Rise Up ou Talentsoft. Les concurrents frontaux désignés sont plutôt LinkedIn Learning ou Skillsoft.

« Jusqu’à présent, nous étions vraiment en mode bootstrap et rentables. La levée de fonds va nous permettre d’accélérer car nous pensons qu’il y a une place de leader à prendre sur l’e-learning », commente le CEO.

La montée en puissance passera par un renforcement de l’équipe. Toujours cette volonté de doubler…L’effectif devrait doubler d’ici 12 mois en passant de 40 à 80 salariés avec notamment du renfort attendu sur les pôles techniques et produits. Sachant que la société dispose de locaux à Paris et à Nantes.

L’expansion des usages passera aussi par des intégrations plus poussées dans des environnements de travail familiers des collaborateurs d’entreprises comme Microsoft Teams ou Slack.

Transférer cet article à un(e) ami(e)