Qvt

Egalité des chances professionnelles: Chance veut exploiter la « PsyTech »

Par Philippe Guerrier | Le | Motivation & engagement

La start-up française Chance a levé 12 millions d’euros pour développer une plateforme pour les personnes aux « parcours pros non linéaires » visant à les orienter vers une trajectoire plus stimulante.

Ludovic de Gromard, CEO et cofondateur de Chance : la volonté de développer le social business - ©  Marie Daâge
Ludovic de Gromard, CEO et cofondateur de Chance : la volonté de développer le social business - ©  Marie Daâge

« En combinant les pouvoirs de la psychologie et de la technologie, Chance veut aider les gens à déterminer leur bonne direction professionnelle. Pour les publics plus défavorisés, il sera possible d’optimiser leur potentiel, de créer un déclic et d’accéder à la mobilité sociale. C’est le meilleur levier d’égalité des chances », déclare Ludovic de Gromard, CEO et cofondateur de Chance.

La plateforme de « coaching augmenté », qui veut devenir la « première licorne sociale », a levé 12 M€ auprès :

  • de Citizen Capital et d’EduCapital, des fonds d’impact et d’éducation,
  • d’un groupe de 50 entrepreneurs aux profils de business angels,
  • des 50 employés de Chance (actionnaires à travers la holding Team Chance, « qui est le plus gros actionnaire de Chance »).

Les priorités fixées avec cette levée de fonds sont :

  • d’intensifier des Duos Chance, une initiative qui consiste à favoriser les mises en relation entre les personnes qui se sont engagées dans un parcours du programme de coaching Chance pour élaborer leurs projets professionnels et des managers qui acceptent d’ouvrir leurs carnets d’adresses. Au 19/02/2022, 2.500 influenceurs et/ou décisionnaires sont signataires de Duos Chance à la suite d’une opération de communication initiée le 31/01/2022 sous forme d’appel avec 100 personnalités et sous le hashtag #provoquonslachance.
  • d’approfondir la personnalisation des parcours de chaque utilisateur du programme Chance ,• de doubler l’effectif de Chance (en passant de 50 à 100 employés) et le nombre de coaches en freelance (de 150 à 300).
  • de développer le programme Chance au niveau international avec le lancement d’une version anglaise prévu entre fin 2022 ou début 2023. « Nous nous concentrons sur l’Europe francophone dans un premier temps », évoque Ludovic de Gromard.

Programme Chance : trois étapes, quatre piliers

Chance s’adresse aux personnes avec des « parcours professionnels non linéaires »

Chance se présente comme une plateforme digitale de parcours de coaching digital pour effectuer des bilans de compétences augmenté qui combine l’innovation scientifique et technologique avec l’intégration de :

  • la psychologie,
  • la data science,
  • l’économie comportementale,
  • la narrative science,
  • la sociologie.

La plateforme repose sur de multiples services pour les personnes « aux parcours professionnels non linéaires » qui cherchent à trouver leur vocation professionnelle. Elle comporte des tests de personnalité, des tutoriels, des sessions d’auto-coaching et de vidéo-coaching avec des analyses des données transmises par l’utilisateur pour affiner le parcours.

Le programme est composé de trois étapes :

  • « introspection » et « exploration ». Ces deux étapes s’échelonnent sur une durée de 30 heures sur trois mois pour définir le projet professionnel.
  • « ouverture de la dernière porte » avec l’appui de relais d’influenceurs et/ou de managers qui aident les personnes engagées dans un parcours Chance à trouver les bons interlocuteurs pour réaliser les projets professionnels souhaités.

Quatre piliers sont pris en compte dans le programme Chance pour trouver sa voie professionnelle :

  • métier,
  • finalité,
  • environnement de travail,
  • impératifs de vie (géographiques, financiers, horaires).

Au nom de l’égalité des chances professionnelles, « au moins 25 % des personnes réalisant le parcours Chance ont un dernier salaire inférieur à 1.400 € net par mois », s’engage l’entreprise.

Trois offres pour exploiter Chance

  • Initiée en 2015 depuis le Brésil puis relancée en 2019 depuis la France, la méthode Chance a été suivie par 5.000 personnes.

Le modèle économique de Chance repose sur trois offres :

  • un parcours distribué directement aux individus (BtoC) éligible au CPF. Les frais engagés par un particulier sont fixés à 1.300 euros, avec un possible financement éligible au CPF,
  • une distribution BtoB en vue d’une mobilité interne ou externe avec des entreprises adhérentes comme Accor, Michelin, Alan ou Pernod Ricard,
  • un pendant BtoG (Business to Government) pour les demandeurs d’emploi. Des partenariats avec Pôle emploi et les régions Normandie et Hauts-de-France sont établis.

« Nous avons aussi un fonds de dotation Chance Pour Tous qui permet d’octroyer des bourses à des personnes dont le salaire est inférieur à 1.400 € net par mois (conformément à l’engagement pris par l’entreprise) en cas d’impossibilité de se faire financer par tous les autres moyens », évoque Ludovic de Gromard.

Relance de Chance en 2019 pour se rapprocher de la vision initiale

Chance veut devenir « la première licorne sociale », conformément à la vision de social business prôné par Muhammad Yunus, instigateur de la Grameen Bank au Bangladesh et récipiendaire du Prix Nobel de la Paix en 2006.

Une personnalité qualifiée « d’entrepreneur social iconique » par Ludovic de Gromard. Le fondateur de Chance a pu le rencontrer lors d’un sommet mondial à Dhaka (capitale du Bangladesh) en 2014.

C’est une renaissance de Chance en France après une première phase de développement initiée en Amérique du Sud.

« Nous avons démarré à San Francisco en 2015 mais notre premier siège se situait au Brésil en travaillant avec les jeunes des favelas. C’était un pays qui avait un très gros déficit d’orientation et une économie qui accélérait », évoque Ludovic de Gromard.

« Nous avons enclenché le modèle Chance sur place puis ouvert une branche en France en 2017. En 2018, le siège a été déplacé et on changé la stratégie de l’entreprise. On a réduit l’effectif de manière drastique (licenciement économique de 80 % du personnel alors que l’effectif se situait à 60 personnes à l'époque) pour une remise à plat afin de nous rapprocher de notre vision sociale initiale. »

En avril 2020, une levée de fonds de 5,6 M€ a été réalisée pour relancer la nouvelle version de Chance avec l’appui du fonds d’investissement britannique Zulu Group.

Transférer cet article à un(e) ami(e)