Qvt

Macron : priorité au vaccin cet été puis une forte dose de sujets RH à la rentrée

Par Philippe Guerrier | le | Motivation & engagement

Dans son allocution du 12 juillet, on attendait Emmanuel Macron sur la vaccination Covid-19. Le Président de la République a aussi ébauché l’agenda RH de septembre : formation, chômage, retraite et revenu d’engagement pour jeunes.

Emmanuel Macron : « Vers la vaccination de tous » pendant l'été et des chantiers RH pour la rentrée - © D.R.
Emmanuel Macron : « Vers la vaccination de tous » pendant l'été et des chantiers RH pour la rentrée - © D.R.

Entre appel à la mobilisation immédiate pour la vaccination et perspectives à moyen terme avec des chantiers RH lourds comme la formation, le revenu d’engagement pour les jeunes voire la réforme de la retraite.

Lors de son allocution du 12 juillet 2021, le Président de la République Emmanuel Macron a cherché à donner une nouvelle impulsion politique pour sortir de la crise. Mais la propagation accélérée du variant Delta de la Covid-19 l’a conduit à prendre des mesures qui ne peuvent pas attendre la rentrée de septembre. 

Voici les principaux extraits de l’intervention d’Emmanuel Macron à connotation sociale et de gestion RH.

Cap de l’emploi avec le travail comme valeur cardinale

Lors de son discours télévisé, le Président de la République a fourni plusieurs tendances sur l'état de l’emploi en France sous le prisme de la politique menée.

Le cap est fixé : « Notre priorité de l’été et de l’automne est bien de retrouver, non seulement le niveau d’emploi d’avant l’épidémie, mais de nous inscrire dans une trajectoire de plein emploi. »

Emmanuel Macron a mis en exergue « le modèle social français, qui repose sur un fondement : le travail ».

Le message passera plus difficilement avec la pause estivale, période traditionnelle de relâchement dans les entreprises. L’exercice sera encore difficile pour remotiver les forces de production alors que la crise Covid-19 a laissé des traces sur le moral des Français.

Et pourtant, le chef de l’Etat rappelle le socle de notre modèle : « Sans travail, pas de production. Sans travail et sans production, pas de financement de notre santé, pas de financement du chômage partiel, pas de financement de nos retraites. »

Voici quelques indicateurs sur l’emploi fournis lors de l’allocution.

  • « En 2020, le COVID a détruit près de 300 000 emplois. Depuis le début de l’année, nous en avons déjà recréé 187 000 emplois. Sur ce seul mois de mai, nous avons atteint un nombre de CDI créés inédit, égalant notre record de 2006. »

  • « Non seulement [la politique menée] nous a permis de protéger nos entreprises, nos emplois, mais [elle] a préservé le pouvoir d’achat de nombre de Français et est à l’origine d’un vigoureux rebond. Notre croissance devrait s’établir à 6 % en 2021, en tête des grandes économies européennes.
  • Les pénuries de main d’œuvre sont nuisibles à la relance économique, a précisé le Président de la République.  »Selon la Banque de France, près d’une entreprise sur deux ne trouve pas de réponse à ses offres d’emploi.« 

  •  »Nous sommes depuis deux ans la première nation européenne du numérique et de la technologie. Nous devons donc continuer d’investir et encourager ces initiatives qui ont créé plus de 160 000 emplois.« 

Vaccination :  »la course de vitesse« 

Face à la montée du variant Delta sur fond d'épidémie Covid-19 sur le territoire national, Emmanuel Macron incite les Français à se faire vacciner plus vite.

 »L’équation est simple : plus nous vaccinerons, moins nous laisserons d’espace au virus pour se diffuser, plus nous éviterons les hospitalisations. Et plus nous éviterons d’autres mutations du virus peut-être plus dangereuses encore. C’est donc une nouvelle course de vitesse qui est engagée.« 

  • La mesure la plus ferme concerne le personnel soignant et/ou accompagnant au quotidien les seniors.

 »Dans un premier temps, pour les personnels soignants et non-soignants des hôpitaux, des cliniques, des maisons de retraite, des établissements pour personnes en situation de handicap, pour tous les professionnels ou bénévoles qui travaillent au contact des personnes âgées ou fragiles, y compris à domicile, la vaccination sera rendue obligatoire sans attendre« , évoque Emmanuel Macron.

 Des contrôles et des sanctions pourront être appliqués à partir du 15 septembre 2021.

  • Outre l’extension du pass sanitaire aux lieux de loisirs et de culture, son application concernera aussi à partir du début du mois d’août les cafés, les restaurants, les centres commerciaux, ainsi que dans les hôpitaux, les maisons de retraites, les établissements médico-sociaux mais aussi dans les avions, trains et cars pour les longs trajets.

 »Là encore, seuls les vaccinés et les personnes testées négatives pourront accéder à ces lieux, qu’ils soient d’ailleurs clients, usagers ou salariés« , précise le Président de la République.

Formation et chômage : les priorités RH à la rentrée

  •  »Nous allons continuer d’investir dans la formation tout au long de la vie dès cette rentrée. Nous formons durablement plus de demandeurs d’emploi qu’il y a quatre ans, mais ce n’est pas encore assez.« 
  •  »J’ai demandé au gouvernement dès cette rentrée de lancer un plan massif de formation et de requalification des chômeurs de longue durée« , a évoqué Emmanuel Macron lors de son allocution.
  •  »La réforme de l’assurance chômage sera pleinement mise en œuvre dès le 1er octobre 2021, autour d’une volonté simple : en France, on doit toujours bien mieux gagner sa vie en travaillant qu’en restant chez soi, ce qui n’est actuellement pas toujours le cas.« 

Création d’un revenu d’engagement pour les jeunes sans emploi ou formation

C’est un dispositif qu’Emmanuel Macron veut enclencher avant la campagne présidentielle de 2022 : son concept de revenu universel. 

 »La Nation doit une réponse à ceux qui ont été les plus touchés par la crise : à notre jeunesse qui a tant sacrifié alors qu’elle risquait peu pour elle-même, à nos aînés qui ont craint plus que les autres, pour leur vie. Nous poursuivrons le programme '1 jeune, 1 solution'.« 

 »Pour renforcer cette dynamique, je présenterai à la rentrée le revenu d’engagement pour les jeunes, qui concernera les jeunes sans emploi ou formation et sera fondé sur une logique de devoirs et de droits.« 

Retraite : dossier suivi mais priorité à la « reprise »

Lors de son allocution dense, le Président de la République a aussi évoqué la réforme du système de retraite suspendue sur fond de crise Covid-19. Dans les grandes lignes, il reste fidèle à son approche initiale.

• « Nous devrons engager, dès que les conditions sanitaires seront réunies, la réforme des retraites. J’ai toujours tenu un langage de vérité. Oui, notre système est injuste. Avec 42 régimes différents, il entretient des inégalités majeures et il faudra aller vers plus de simplicité pour plus de justice. Et donc, les régimes spéciaux devront être supprimés pour les nouveaux employés dans ces secteurs. Oui, parce que nous vivons plus longtemps, il nous faudra travailler plus longtemps et partir à la retraite plus tard. Pas demain, pas brutalement, pas de manière uniforme, car il faut prendre en compte la difficulté des métiers. Mais, progressivement, sur plusieurs années et par un système qui fait la différence selon le travail réellement exercé. Et donc l’âge de départ doit être plus tardif. »

• « Une vie de travail doit offrir une pension digne et donc toute retraite pour une carrière complète devra être supérieure à 1.000 euros par mois. Voilà ce que je veux en des termes clairs et simples pour protéger les retraites actuelles et celles de nos enfants sans augmenter les impôts. »

• « J’ai entendu les débats sur le moment. Faut-il faire cette réforme dès ce mois de juillet, à la rentrée ou bien plus tard  ? Alors si je demande au gouvernement de Jean Castex de travailler avec les partenaires sociaux sur ce sujet dès la rentrée, je ne lancerai pas cette réforme tant que l’épidémie ne sera pas sous contrôle et la reprise bien assurée. »

Article réalisé en partenariat avec News Tank RH

Transférer cet article à un(e) ami(e)