Recrutement
&
talents

Anne-Marie Husser, DRH Amazon France : « Nous contribuons au développement de l’emploi en territoire »

Par Philippe Guerrier | le | Marque employeur

Anne-Marie Husser, Directrice des ressources humaines France-Luxembourg d’‎Amazon, aborde les enjeux du recrutement et de la formation pour le compte du groupe numérique désormais bien ancré en France.

Anne-Marie Husser, DRH Amazon France-Luxembourg : comment gérer le recrutement et la formation ? - © D.R.
Anne-Marie Husser, DRH Amazon France-Luxembourg : comment gérer le recrutement et la formation ? - © D.R.

Comment Amazon France gère le recrutement et la formation ? Ces deux volet essentiels pour assurer la croissance des activités du groupe numérique américain implanté en France depuis l’année 2000, période qui correspond au lancement du site Amazon.fr.

En 20 ans, la configuration d’Amazon a changé dans le monde mais aussi en France. Désormais, la barre de l’effectif dans l’Hexagone a dépassé les 10 000 salariés avec des bureaux localisés à Clichy et à La Défense (Hauts-de-Seine) et des sites implantés dans plus de 25 villes.

Les services se sont multipliés :

  • e-commerce ;
  • activités logistiques au sens large avec des entrepôt, centres de tris et agences de livraisons ;
  • services cloud (à travers Amazon Web Services) ;
  • régie publicitaire.

Anne-Marie Husser, Directrice des ressources humaines France-Luxembourg d’‎Amazon, aborde une série d’enjeux RH.

(extrait d’un entretien accordé à News Tank RH diffusé le 30 mars 2021).

Amazon veut créer 3000 CDI en France en 2021. Parle-t-on vraiment de création de postes ?

Absolument, il s’agit de 3000 CDI supplémentaires qui viendront s’ajouter à nos effectifs, et nous compterons donc 14 500 salariés en CDI d’ici fin 2021, contre 11 500 à la fin 2020.

L’essentiel de nos effectifs est tourné vers la logistique pour l’e-commerce et la plus grande part des recrutements portera sur cette activité. Par nature, nous avons besoin de collaborateurs pour préparer les commandes des articles à livrer aux clients et pour assurer la livraison.

Nous ne parlons pas de remplacements de personnes mais bien de créations d’emplois par rapport à l’effectif fin 2020. L’an passé, nous avions déjà créé 2200 emplois supplémentaires en CDI. Avec un peu de recul, on observe que le ratio de croissance de CDI est stable sur ces dernières années.

Les taux de départ sont relativement faibles et se situent dans les normes de l’industrie.

En France, la moyenne des entreprises enregistre un taux de départ autour de 15 % tandis qu’au sein des effectifs permanents d’Amazon, il est en dessous de 10 %, preuve que l’environnement de travail y est dynamique et positif. D’ailleurs, plus de 80 % de nos salariés se disent satisfaits de travailler chez Amazon et recommanderaient l’entreprise à leurs proches.

En réalité, il existe beaucoup d’évolutions internes sur l’ensemble de nos métiers. Ainsi, un poste sur deux est pourvu par le biais de la mobilité interne.

Il est assez facile de changer de métier chez Amazon. Cette mobilité interne concerne en particulier les cadres. Nous avons un système de promotions trimestrielles qui permet de se caler aux rythmes de l’entreprise.

Selon des syndicats d’Amazon France, ces annonces de recrutement intègrent beaucoup de travailleurs intérimaires qui basculent en CDI. Quelle est votre perception ?

Nous créons des opportunités d’emplois en CDI tout au long de l’année : rappelons que nous avons créé 2200 emplois en 2020, et 1800 en 2019. Le travail intérimaire se justifie par la nature de notre activité logistique, qui connaît plusieurs pics d’activité au cours de l’année par exemple à la période des fêtes.

L’intérim est également une porte d’entrée vers un emploi stable : nos postes permanents sont pour une part importante proposés aux intérimaires qui souhaitent rejoindre Amazon sur le long terme.

Dans le cadre des 3000 emplois CDI à créer en 2021, Amazon a signé en février 2021 une convention avec le réseau Pôle emploi au niveau national pour favoriser l’égalité des chances et l’insertion professionnelle des jeunes partout sur le territoire.

Amazon contribue aussi au développement de l’emploi dans des territoires très touchés par le chômage, comme la région d’Amiens lorsque nous avons ouvert un nouvel entrepôt en 2017.

En matière de formation, quelles initiatives avez-vous mises en place ?

Tous nos collaborateurs ont accès à un catalogue de formations très varié leur permettant de se perfectionner dans leur métier, d’en apprendre de nouveaux, ou de développer des compétences interpersonnelles de gestion d’équipe par exemple.

Nous proposons de nombreuses opportunités de formation au regard des multiples métiers spécifiques chez Amazon en France. Elles se sont accentuées pendant la période de la pandémie.

Par exemple, dans l’univers de la logistique, nous recrutons sans condition de diplôme ni d’expérience préalable. Car nous nous engageons à former les salariés à travers de nombreux programmes qui permettent aux collaborateurs de se développer pour la suite de leur carrière chez nous ou à l’extérieur de l’entreprise. À son arrivée, chaque collaborateur reçoit une formation au métier d’agent logistique, qui comprend notamment une formation à la sécurité.

D’autres programmes sont plus spécifiques :

  • Avec Options de carrière, nous permettons à des salariés de développer des compétences dans des domaines porteurs en finançant jusqu’à 8000 euros des programmes de formation diplômantes susceptibles de s’étaler sur quatre ans.
  • Avec l’École Amazon lancée en 2019, une initiative française conduite avec l’AFPA, nos salariés peuvent valoriser leur expertise en termes de logistique au travers d’un diplôme reconnu par l’État, de type BEP ou CAP , acquis en plusieurs semaines. 

Dans les fonctions 'hors logistique, nous proposons des formations métiers ou interpersonnelles. Nous les avons digitalisées avec la pandémie. Il faut aussi poursuivre le recrutement et assurer l’intégration de manière virtuelle.

Nous avons instauré des sessions de co-développement avec un formateur externe sur la base du volontariat pour avancer sur une dizaine de thématiques comme :

  • les leviers d’intégration virtuelle ;
  • la gestion des priorités ;
  • l’engagement des collaborateurs sur la durée.

Nous organisons aussi des cours de langues ou des formations sur Microsoft Excel avec une société externe.

Covid-19 : des mesures de sécurité parfois au-delà des exigences gouvernementales

Avec la résurgence de la pandémie Covid-19 et de ses variants en France, Amazon France a renforcé la politique de sécurité de ses employés en entrepôts.

« Depuis le début de la crise, Amazon a revu plus de 150 processus de travail dans tous ses sites. Parfois en allant plus loin que les préconisations gouvernementales », évoque Anne-Marie Husser.

• Mise en place d’une distanciation sociale à 2 mètres ;
• Prises de températures réalisées sur l’ensemble de nos sites.

« Les collaborateurs d’Amazon dont le travail le permet sont en télétravail. Avec le déconfinement du printemps 2020, nous sommes restés prudents en accueillant uniquement 20 % de nos collaborateurs dans nos locaux de Clichy et de La Défense », évoque notre interlocutrice.

Le télétravail est étendu jusqu’à fin juin 2021 au moins, et conformément aux recommandations du gouvernement, le télétravail est généralisé, précise Amazon France.

Transférer cet article à un(e) ami(e)