Formation

Nicolas Hernandez, 360Learning : « Nous voulons valoriser le partage d’expertises »

Par Philippe Guerrier | le | Digital learning

360Learning, qui développe une plateforme LMS, a levé 200 millions de dollars, notamment auprès de Softbank. Quelles sont ses nouvelles ambitions avec son approche de Collaborative Learning ?

Nicolas Hernandez, CEO et cofondateur de 360Learning - © D.R.
Nicolas Hernandez, CEO et cofondateur de 360Learning - © D.R.

360Learning met en exergue sa dimension de Collaborative Learning pour mieux marquer sa différence sur le marché du learning management system (LMS). Les utilisateurs du LMS ont créé 3 millions de cours sur la plateforme, avec des thèmes comme l’intégration des recrues, la formation des commerciaux ou les soft skills.

Créée en 2013 par un trio de start-uppers (Nicolas Hernandez, Guillaume Alary-Raisonnier, Sébastien Mignot), 360Learning vient de lever 200 millions de dollars qui serviront au développement de sa plateforme d’apprentissage et à son expansion géographique. 

Le financement est soutenu par :

  • Sumeru Equity Partners,
  • SoftBank Vision Fund 2,
  • Silver Lake Waterman,
  • et les investisseurs historiques : Bpifrance Large Venture fund, XAnge et Educapital.

L’effectif global de 360Learning, qui s’élève à 280 personnes en 2021, devrait passer à 500 employés d’ici fin 2022.

« Nous ne publions pas nos résultats financiers, mais nous avons vocation à devenir une société compatible avec une introduction en Bourse (« IPO ready »). Aucune échéance n’est fixée à ce jour« , précise Nicolas Hernandez, le CEO cofondateur, lors d’un entretien.

En revanche, pour accélérer son développement à l’international, une première opération de croissance externe sera annoncée  »prochainement".

Comment 360Learning se distingue-t-il sur le marché LMS ?

Notre plateforme de formation est centrée sur le Collaborative Learning, ce qui constitue notre principal signe de distinction sur le marché du LMS. Nous continuerons à creuser cet axe de développement et d’innovation. C’est un positionnement fort et inédit.

Chez 360Learning, l’apprenant peut :

  • savoir quel expert a créé cette formation ;
  • interroger la communauté. Les réponses aux questions posées sont organisées avec un système d’upvotes à la Stack Overflow [ndlr : portail collaboratif et communautaire pour la programmation informatique] qui permet de mettre en avant les réponses les plus pertinentes ;
  • réagir pour chaque activité réalisée pour montrer son incompréhension, signaler ou suggérer une mise à jour à accomplir par exemple.

Voilà comment nous nous distinguons de manière radicale sur le marché. Ces innovations arrivent dans une période intense de guerre des talents.

À travers la plateforme 360Learning, nous comptons valoriser le partage d’expertises. Avec la levée de fonds, nous approfondirons les recherches sur l’intelligence artificielle pour mieux exploiter la donnée issue de la collaboration. Ce qui permettra de recommander aux auteurs des améliorations sur des parties de formations.

Nous favorisons davantage la création de contenus directement en entreprise. Néanmoins, nous avons des partenariats avec OpenClassrooms ou Coursera pour proposer des modules de formations sur étagère.

Dans votre expansion, quels sont les pays qui comptent le plus en dehors de la France ?

Nous réalisons 70 % de notre chiffre d’affaires en France. Les États-Unis et le Royaume-Uni représentent 15 % chacun.

  • En 2022, les efforts porteront sur un renforcement de nos moyens aux États-Unis, mais aussi l’Allemagne que l’on vient d’ouvrir et les pays du Nord de l’Europe.
  • En 2023, nous visons l’Amérique du Sud et la zone Asie-Pacifique, hors Chine qui est malheureusement hors de portée pour des raisons règlementaires.

Actuellement, l’effectif global de 360Learning s’élève à 280 personnes. Nous avons une cinquantaine de personnes qui collaborent avec nous pour avancer aux États-Unis en mode décentralisé à partir de relais à New York, San Francisco (Californie) ou Austin (Texas).

Quelles sont vos cibles prioritaires de segments d’entreprises ?

Actuellement, nous disposons d’un portefeuille de 1500 clients avec la priorité donnée aux grosses PME de 200 salariés, aux ETI et aux grands comptes. LVMH, Groupe SNCF ou Safran sont nos clients historiques. Nous avons aussi MAIF, Toyota, Veolia et Aircall.

Pour le cas du groupe LVMH, nous avons signé un contrat-cadre et nous déployons progressivement 360Learning maison par maison [ndlr : équivalent d’une marque chez le groupe de luxe].

De votre point de vue, qui sont les concurrents les plus frontaux de 360Learning ?

C’est variable. Je dirais Cornerstone OnDemand ou Docebo en règle générale. 

Je serais surpris que nos concurrents revendiquent l’approche de collaborative learning. Ils ne mettent pas en place ce concept au centre ou en périphérie de leur développement. Sur leurs plateformes LMS que je connais bien, il est impossible d’identifier l’origine des formations installées ou de poser des questions à la communauté ou au groupe pendant la formation. D’ailleurs, vous ne savez même pas comment ce groupe est formé et avec qui il a été constitué.

Transférer cet article à un(e) ami(e)